Présidentielle : ces milliers de personnalités qui appellent à voter Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon est soutenu par des personnalités de tous horizons, en France, et dans le monde entier. Qui a dit que Jean-Luc Mélenchon était isolé et n’arrivait pas à fédérer autour de lui ? Ils s’appellent Aurélie Trouvé, Huguette Bello, Annie Ernaux, Edouard Louis, Frédéric Lordon, Bernard Friot, Barbara Stiegler, Azzedine Taïbi, Ken Loach, Christiane Taubira, Blanche Gardin, Corinne Masiero, Usul, Éric Vuillard, Pierre Lemaître, Ségolène Royal, Razmig Keucheyan, Sophia Chouviat, Sébastien Jumel, Aymeric Caron, Alma Dufour, Caroline Mécary, Bruno Gaccio, Sabrina Ali Benali, Karine Lebon, Thomas Portes, Gaël Giraud, Caroline De Haas, Dilma Rousseff, Lula…

Ils sont associatifs, intellectuels, artistes, écrivains, cheminots, militants laïques, écologistes, communistes, socialistes, personnalités politiques de l’Hexagone, d’outre-mer et du monde entier… Toutes et tous, autant qu’ils sont, soutiennent l’Union populaire, son programme, et veulent voir triompher Jean-Luc Mélenchon les 10 et 24 avril prochains. Notre article.

2 000 personnalités appellent à voter pour Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon a reçu le soutien de 2000 personnalités ce lundi. Pour eux, les 10 et 24 avril, « ce sera Mélenchon. » Caroline De Haas, Blanche Gardin, Corinne Masiero, Lyes Louffok, Annie Ernaux, Princess Erika, Usul, Sanseverino, Caroline Mécary, et des centaines d’autres ont signé cette tribune en soutien à la candidature de l’Union populaire. Après les 800 universitaires, les 600 acteurs de l’éducation nationale, les 160 économistes, les 300 cheminots, Frédéric Lordon, Bernard Friot, Édouard Louis, l’Union populaire ne cesse de s’agrandir.

« Jean-Luc Mélenchon est aujourd’hui la meilleure carte dont nous disposons pour faire bifurquer le récit qu’on nous écrit depuis plusieurs mois, depuis quelques semaines, quelque chose a changé« , écrivent ces 2 000 personnalités qui se réjouissent d’un air semblant « plus léger. » La raison ? La possibilité pour un candidat de gauche, portant un programme de rupture avec le chaos néolibéral que tous fustigent, d’arriver au second tour de l’élection présidentielle dans 6 jours. C’est en effet « une fenêtre [qui] s’entrouvre dans cet environnement politique irrespirable. » Jean-Luc Mélenchon, candidat de l’Union populaire, n’a jamais été aussi proche du second tour et est le seul capable de déjouer un nouveau duel Macron VS Le Pen que redoutent ces personnalités, comme 80% des Français.

800 universitaires « voterons pour l’Union Populaire représentée par Jean-Luc Mélenchon »

Pas moins de 800 universitaires ont décidé d’apporter leur soutien à Jean-Luc Mélenchon. Un appel notamment signé par le politiste Rémi Lefebvre, la philosophe Sandra Laugier ou encore l’historienne Aurélia Michel. Comme beaucoup, ils refusent que leur soit confisquée l’élection présidentielle. Ils ne veulent certainement pas d' »un entre-deux tours dont les seules thématiques seraient l’identité, la sécurité et l’immigration. Ils ont à cœur que soit remis « au cœur de la vie politique un projet de société démocratique, solidaire et écologique. »

Ils dénoncent « une implacable politique au service des riches et des puissants » menée depuis 5 ans et affirment leur volonté » de « lutter contre la destruction de notre écosystème« , « contre la paupérisation, la précarisation, et l’exclusion des plus vulnérables » et de voir les institutions de notre pays enfin refondées.

Enfin, ils soutiennent un programme dans lequel ils se retrouvent pour ce qui concerne leur champ : l’enseignement supérieur. L’Avenir en commun est un programme qui propose de supprimer les iniques lois LRU, LPR, Fioraso, qui propose « de recruter et d’investir massivement dans l’enseignement supérieur et la recherche » et d’en finir avec « l’autonomie des universités » et cette gestion managériale qui dégradent dangereusement » leurs conditions de travail et d’étude

Ainsi, ils voteront pour « la seule candidature aujourd’hui à même de faire entendre les voix de gauche au second tour et donc de gagner la présidentielle« . Certains présidents toujours aujourd’hui un nouveau second tour Macron/Le Pen. « Un autre second tour est possible, un autre monde aussi.« , leur répondent les 800 universitaires.

« Nous, cheminotes et cheminots, appelons à voter Jean-Luc Mélenchon« 

Plus de 200 cheminots ont signé une tribune dans Regards le 27 janvier dernier pour appeler à voter pour Jean-Luc Mélenchon. Ceux-ci rappellent d’abord les luttes dans lesquelles ils se sont engagées entre 2014 et 2020, « contre l’ouverture à la concurrence de la SNCF, la destruction des conditions de travail des salariés, les suppressions de postes, les fermetures de lignes et de gares« .

Renationaliser la SNCF et refuser la mise en concurrence des lignes de transport, refuser la suppression des lignes ferroviaires du quotidien et en réouvrir d’autres, augmenter le nombre de trains et garantir des tarifs accessibles et supprimer les lignes aériennes quand l’alternative en train est inférieure à quatre heures sont quelques-unes des mesures citées par ces cheminots pour justifier leur vote en faveur du candidat de l’Union populaire. Des mesures en phase avec leur vision d’un service public fort et accessible par tous, qui participe à la lutte contre le réchauffement climatique.

Les mots utilisés contre Emmanuel Macron sont durs : « Fidèle à son image de président au service de la Finance, Emmanuel Macron aura utilisé son mandat pour détruire la SNCF, patrimoine de la nation. Après 5 ans d’une casse sociale sans précédent, les choses doivent changer. C’est pour cela que ces cheminots appellent à voter pour Jean-Luc Mélenchon, grâce auquel nous aurons « les moyens de mettre un coup d’arrêt à ces politiques libérales mortifères qui détruisent nos services publics, patrimoine de ceux qui n’en n’ont pas.« 

320 personnalités internationales soutiennent la candidature de Jean-Luc Mélenchon

Pas moins de 320 personnalités internationales ont signé une tribune dans laquelle ils apportent leur soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Ils sont ex-présidents, ministres, chefs de partis et d’organisation de jeunesse de nombreux pays. Parmi eux, Lula et Dilma Rousseff, ex-présidents du Brésil, Rafael Correa, ex-président de l’Équateur, Evo Morales, ex-président de la Bolivie, Jean Ziegler, vice-président du comité consultatif du Conseil des droits de l’homme des Nations unies ou encore Alexey Sakhnine, journaliste et activiste russe, opposant à la guerre et à Vladimir Poutine.

Ces 320 personnalités expliquent que l’élection de Jean-Luc Mélenchon à la présidence de la République « serait non seulement une bonne nouvelle pour le peuple français, mais pour de nombreuses nations du monde. » Le camp de la paix « gagnerait une voix forte« , et la France pourrait « aider à construire dans le monde des coalitions mondiales pour la défense des biens communs comme le climat, l’eau, les océans ou les forêts. »

« Ainsi, la victoire du programme humaniste « l’Avenir en Commun » et de son candidat Jean-Luc Mélenchon enverrai dans le monde entier le signal qu’un autre avenir est possible« , concluent les 320 personnalités.

L’Appel de plus de 800 militants laïques en faveur de Mélenchon

Loin des procès en « ennemi de la République » et des accusations d’ambiguïtés coupables avec la laïcité, Jean-Luc Mélenchon a reçu le 4 février dernier le soutien de 800 militants laïques, comme Jean-Marc Schiappa ou Benoît Schneckenburger. Ils ont d’abord expliqué pourquoi Emmanuel Macron était à la fois tartuffe et saccageur sur le sujet de la laïcité, puis en quoi le candidat de l’Union populaire était un véritable républicain, défenseur de la laïcité.

Selon leurs mots, Emmanuel Macron « a saccagé au-delà de tout ce qui était possible une place-forte de la République depuis 1905, la laïcité. » Ils n’hésitent pas à dénoncer le détournement de la laïcité par les macronistes : « Il ne s’est pas passé un jour, une heure qui n’ait vu une agression contre le régime de laïcité et, perversion suprême, en invoquant la laïcité, qui n’ait vu une agression contre tout ou partie de la population. »

Ainsi, Jean-Luc Mélenchon est pour eux un véritable républicain, défendant bien mieux la laïcité que l’actuel président-candidat. Ses mesures pour élargir la laïcité à tout le territoire ainsi que sa volonté du plein rétablissement de l’esprit et de la lettre de la Loi du 9 décembre 1905 » loi « qui a garanti la paix civile dans ce pays« , ont largement convaincu ces militants laïques de voter pour lui les 10 et 24 avril prochains.

« Mélenchon est le seul candidat capable de qualifier l’écologie au second tour »

La candidature de Jean-Luc Mélenchon a été ralliée par de nombreux figures écologistes. Ces nombreux soutiens témoignent de sa crédibilité sur les questions écologiques, et la possibilité qu’il a de porter la bifurcation écologique au second tour. On peut parmi elles citer l’économiste Gaël Giraud, le porte-voix de la cause animale Aymeric Caron, l’économiste figure de l’écologie de rupture, Razmig Keucheyan, l’ancien porte parole de Sandrine Rousseau, Thomas Portes, la figure des marches pour le climat, Claire Lejeune, ou encore Alma Dufour, ancienne chargée de campagne des Amis de la Terre.

Face à l’urgence climatique, Gaël Giraud appelle à voter Mélenchon

L’urgence cliamatique nous fait face. Le GIEC nous dit que nous avons 3 ans pour faire bifurquer notre modèle économique. Il n’est plus temps d’attendre et de défendre une écologie libérale économiquement, axée sur la responsabilité individuelle et la culpabilisation de citoyens. Ainsi, Jean-Luc Mélenchon porte une écologie de rupture avec notre modèle économique, une écologie populaire, s’attaquant aux responsables du dérèglement climatique plutôt qu’à ses victimes. Avec comme boussoles politiques la « règle verte » et la planification écologique, le programme de l’Union populaire pourrait mener à bien une rupture avec notre modèle économique, nécessaire avant qu’il ne soit trop tard.

« Nous, économistes, soutenons le programme économique de Jean-Luc Mélenchon« 

Jean-Luc Mélenchon a reçu le soutien de plus de 160 économistes qui se sont prononcés dans une tribune en faveur de son programme. Parmi eux, la figure communiste Bernard Friot, les économistes Jacques Généreux, Gilles Raveaud et Aurélie Trouvé, aujourd’hui présidente du Parlement de l’Union populaire. Tous soutiennent ainsi sa candidature. Venant de différents courants de pensée, ils reconnaissent la cohérence, la crédibilité du programme l’Avenir en commun et l’urgence à l’appliquer.

Ainsi, ces 160 économistes jugent « crédible » le programme de l’Union populaire parce qu’il est le « fruit d’un travail collégial expert et citoyen« , parce que « sa cohérence et le sérieux de son chiffrage sont communément reconnus« , et parce que, plus largement, il est « le plus à même de rassembler à gauche pour atteindre le second tour et tenter de remporter l’élection. »

Enfin, ils saluent un programme construit pour répondre aux défis de notre temps. Il symbolise une alternative au néolibéralisme. Selon eux, celui-ci permettrait enfin « de relier l’immédiateté de l’urgence sociale au temps long d’un mode de développement désirable. » Cette méthode porte un nom et est chère à Jean-Luc Mélenchon : la planification écologique, « alternative à la centralisation par les marchés financiers du pilotage de l’économie.« 

« Pour défendre les Outres-mers, nous appelons à voter Mélenchon »

Dans une tribune, six importants élus des Outres-mers appellent « à voter pour le candidat le plus à même de défendre l’intérêt de ces territoires et de ses habitants : Jean-Luc Mélenchon. » Ils s’appellent Huguette Bello, présidente de la région Réunion, Karine Lebon, Jean-Hugues Ratenon et Jean-Philippe Nilor, députés de la Nation, Gabriel Serville, président de la Collectivité territoriale de Guyane et Younous Omarjee, député européen et président de la commission du développement régional du Parlement européen..

Ils déplorent que les Outres-mers soient « les parents pauvres des politiques sociales du gouvernement » et que « la France s’illustre par son abandon de ces territoires. » « Refus d’indemnisation des victimes du chlordécone en Martinique, obstruction au processus d’autonomie de la Nouvelle Calédonie, impuissance face au pillage des ressources minières et halieutiques en Guyane… » Nous pourrions continuer cette liste qui dresse un sombre bilan du gouvernement d’Emmanuel Macron vis-à-vis de ces territoires, qui n’a fait que renforcer la défiance des Outres-mers vis-à-vis de l’Etat et le sentiment d’abandon.

La « pauvreté, le chômage massif d’une jeunesse en désespérance » et l’urgence écologique sont les trois principaux maux des territoires d’Outre-mer. Ainsi, les signataires de cette tribune saluent un plan ambitieux proposé par le candidat de l’Union populaire « pour répondre, de façon immédiate, aux urgences sociales et écologiques auxquelles sont en proie ces territoires. » Ils louent enfin les autonomies alimentaires et énergétiques pour leurs territoires, promues par Jean-Luc Mélenchon, qui sont la clé de leur développement.

Jean-Luc Mélenchon est soutenu par des personnalités de tous bords, de tous horizons, De l’Hexagone, de l’Outre-mer et du monde entier. Toutes et tous soutiennent ainsi Jean-Luc Mélenchon, l’Union populaire et son programme l’Avenir en commun. Parce qu’ils sont tous persuadés qu’un autre monde est possible, ils glisseront dans l’urne le bulletin de Jean-Luc Mélenchon les 10 et 24 avril prochains. La vraie gauche a une occasion historique de se qualifier pour le second tour de l’élection présidentielle. Rendez-vous dans deux jours.