Présidentielle : la figure communiste Bernard Friot appelle à voter Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon a reçu le soutien de Bernard Friot, militant communiste depuis le début des années 70, et de plus de 160 autres économistes qui se sont prononcés dans une tribune en faveur de son programme. Ils soutiennent ainsi sa candidature. Ces économistes de différents courants de pensée reconnaissent la cohérence, la crédibilité du programme des insoumis et l’urgence à l’appliquer. Parmi eux Bernard Friot, économiste et sociologue reconnu, théoricien du « salaire à vie » et militant communiste historique. Notre article.

Bernard Friot et plus de 160 économistes soutiennent « un programme crédible » : l’Avenir en commun

Pourquoi le programme de l’Union populaire, l’Avenir en commun, est-il crédible ? Parce qu’il est le « fruit d’un travail collégial expert et citoyen« , parce que « sa cohérence et le sérieux de son chiffrage sont communément reconnus« , et parce que, plus largement, il est « le plus à même de rassembler à gauche pour atteindre le second tour et tenter de remporter l’élection. »

Les insoumis ont le sourire. Au-delà du soutien de plus de 160 économistes qui atteste de la crédibilité et de la force de leur programme, nombre d’entre eux retiennent le nom de Bernard Friot dans la liste des soutiens. Militant communiste depuis le début des années 1970, il est un économiste et sociologue reconnu, théoricien du « salaire de vie » qu’il continue à défendre bec et ongles encor aujourd’hui. Il a notamment publié l’ouvrage Vaincre Macron en 2017.

Après le soutien de Frédéric Lordon sur lequel nous sommes revenus dans nos colonnes, c’est un soutien de poids de plus à la candidature de l’Union populaire. Avec lui, Bernard Friot avait sorti Conversation sur le communisme en octobre dernier. Loin d’être d’accord sur tout avec l’économiste, Jean-Luc Mélenchon a toujours eu beaucoup de respect pour Bernard Friot, à la fois pour le militant qu’il est, et le chercheur qui « bouscule et fait réfléchir tout le monde. »

Plus de 160 économistes sont favorables au programme de Mélenchon, construit pour répondre aux défis de notre temps

« Le programme l’Avenir en commun porté par Jean-Luc Mélenchon propose de rompre avec les politiques qui accroissent les inégalités, fragilisent les services publics, abîment les écosystèmes et érodent la base productive« , résument les économistes dans l’introduction de leur tribune. C’est en effet un programme de rupture avec l’ordre néolibéral qui est porté par Jean-Luc Mélenchon. Pour enfin pouvoir répondre aux défis de notre temps à travers un credo simple : atteindre « l’harmonie des êtres humains entre eux et avec la nature« .

Les 160 économistes commencent par vilipender les réponses des candidats néolibéraux devenus « obsolètes. » Emmanuel Macron, Valérie Pécresse, Marine Le Pen, Eric Zemmour veulent tous augmenter l’âge de départ à la retraite, continuer la casse des services publics et ne veulent pas augmenter les salaires, sauf par une baisse des cotisations, qui aurait pour conséquence « ’d’affaiblir la Sécurité sociale« .

L’Avenir en commun, programme de l’Union populaire, symbolise une alternative au néolibéralisme, aux portes du second tour. Il permettrait enfin « de relier l’immédiateté de l’urgence sociale au temps long d’un mode de développement désirable. » Cette méthode porte un nom et est chère à Jean-Luc Mélenchon : la planification écologique, « alternative à la centralisation par les marchés financiers du pilotage de l’économie.« 

Jean-Luc Mélenchon propose des mesures de rupture pour répondre à l’urgence sociale du pays et à la principale préoccupation des Français, à savoir le pouvoir d’achat : blocage des prix, SMIC à 1400 euros net, retraite à 60 ans payée au SMIC pour une carrière complète, garantie d’autonomie de 1063 euros pour chaque jeune. Mais il ne pense pas cette urgence sociale et la nécessité d’y répondre séparément « d’un projet productif à long terme compatible avec le respect de la biosphère. » D’où son souhait de mettre en œuvre la bifurcation écologique de notre économie. Bref, un programme complet, crédible, chiffré, porté par un candidat qui peut gagner l’élection présidentielle et désormais soutenu par 160 économistes. Réponse dans 7 et 21 jours.