Les larmes de la députée aide-soignante Caroline Fiat après sa victoire pour les EHPAD

EHPAD. Caroline Fiat, première aide-soignante élue députée, aujourd’hui vice-présidente de l’Assemblée nationale est en pleurs. Ce sont des larmes de joie. Après 5 années de combat (disons quatre car elle était occupée pendant le Covid à sauver des vies), d’interpellations virulentes et de rapports fouillés pour obtenir un ratio minimal soignant/résident dans les EHPAD, l’élue insoumise a obtenu une première victoire. Un de ses amendements a finalement été voté lors de l’examen du projet de loi sur le financement de la Sécurité sociale. Il ne devrait pas être retiré du projet de loi final à cause d’un énième 49.3. Notre article.

Victoire de Caroline Fiat, la première aide-soignante élue députée de l’histoire

Dès 2018, le rapport Iborra-Fiat demandait l’instauration d’un ratio minimal soignant/résident dans les EHPAD. Les membres du gouvernement n’ont rien voulu savoir. Bien qu’il soit co-signé par une députée de la majorité et une aide-soignante qui a priori, en sait un peu plus qu’eux sur la situation dans les maisons de retraite, ils ont enterré aussitôt le rapport.

En 2020, première secousse : le système de santé est au bord de l’effondrement

Les EHPAD ne tiennent le coup que grâce au dévouement sans limite du personnel, bien au-delà de ce qu’on peut attendre d’un être humain en matière de charge de travail et de stress. Le Covid-19 met en lumière l’état du système de soins en France. Nous sommes passés très très proches de la catastrophe par manque de moyens et de personnel.

Relire : 11 témoignages chocs de soignants pour plonger au cœur de la crise de l’Hôpital

2022, deuxième secousse, le scandale Orpea

L’ouvrage Les fossoyeurs, écrit par Victor Castanet, révèle les conditions de vie totalement indignes dans les EHPAD du groupe privé ORPEA.

Ce livre décrit un système où les soins d’hygiène, la prise en charge médicale, voire les repas des résidents sont « rationnés » pour améliorer la rentabilité du groupe. « Nous étions rationnés : c’était trois couches par jour maximum. Et pas une de plus. Peu importe que le résident soit malade, qu’il ait une gastro, qu’il y ait une épidémie. Personne ne voulait rien savoir », raconte une femme dans le livre.

Budget de la sécurité sociale 2022 : le parti présidentiel, minoritaire, ne peut empêcher le vote de l’amendement pour le radio patient/soignant

141 voix pour (Nupes + LR + RN) et 98 contre (toute la macronie unie : MODEM, Horizon, Renaissance). L’amendement est adopté.

Larme de joie de la vice-présidente LFI-NUPES. 5 années de combats acharnés, sans jamais rien lâcher, ont fini par payer

Première victoire. La bataille n’est toutefois pas encore gagnée. L’amendement permet d’obliger l’exécutif à fournir un rapport « évaluant les effets sur la loi de financement de la sécurité sociale de l’instauration d’un ratio minimal d’encadrement des résidents par le personnel soignant d’au moins six professionnels pour dix résidents ».

Une première pierre sur laquelle fonder une puissante avancée pour toutes les personnes en situation de dépendance et toutes les personnes qui dédient leur vie à les accompagner dans leur fin de vie. Comme l’a rappelé Caroline Fiat lors de la défense de cet amendement victorieux : « le ratio minimal soignant/résident dans nos EHPAD, c’est la condition sine qua non pour que les collègues arrêtent de démissionner et pour que ceux qui sont partis reviennent. »

Reste un dernier danger : le gouvernement va-t-il encore dégainer le 49.3 ?

Le gouvernement est en train de développer une sale manie : utiliser le 49.3. Non seulement pour passer en force sur un texte de loi sans vote des députés. Mais en plus, en choisissant parmi les amendements travaillés avec sérieux et dévouement par les élus de la Nation ; lesquels plaisent ou non au gouvernement. Ce, sans aucun respect, sans aucune considération pour les travaux des députés et de leurs attachés parlementaires. « Am-stram-gram, toi t’as l’air sympa, on te garde. Pic et pic et colégram, : à toi, ta tête ne me revient pas, poubelle ! »

Un amendement a priori passant entre les mailles du filet « 49.3 »

Interpellé directement sur Twitter par le groupe parlementaire LFI-Nupes, le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran a promis : « L’amendement sera bien conservé dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale ». Caroline Fiat s’en est immédiatement réjouie sur Twitter.

Cependant, il s’agit d’une promesse d’un membre du gouvernement d’Emmanuel Macron. Ce dernier n’a pas hésité à relayer une faxe news sur la NUPES cette semaine. Les votes le prouvent : le gouvernement n’a plié qu’à cause du rapport de force que le premier groupe d’opposition à réussi à imposer. Pour que cette victoire d’étape se change en victoire finale, il ne faudra rien céder.

L’espoir est donc permis. Car « céder », « lâcher », « renoncer », ne sont pas des mots qui font partie du vocabulaire de Mme. Fiat

Par Ulysse