Motion de censure : la grosse fake news de Macron contre la NUPES

Emmanuel Macron a lâché une fake news hier soir en direct sur France 2. Le mensonge sur la motion de censure de la NUPES, l’alliance historique de la gauche, est parti de François Kalfon, un « hollandiste », une frange moribonde du PS qui déteste la NUPES. Sans aucune vérification, le président de la République a repris cette rumeur en direct à la télévision. Sans aucun respect pour sa fonction, censée incarner la Nation, porter sa voix dans le monde, Emmanuel Macron n’a pas manqué cette occasion de se vautrer goulument dans la propagation de fausse-information. Notre article.

Le fan-club de François Hollande a encore perdu une occasion de se taire

Avec sa motion de censure rejetée à seulement 50 voix, la NUPES a démontré une nouvelle fois qu’elle était la première force d’opposition à Emmanuel Macron.

Insupportable pour les derniers éléphants du PS, dernière relique de cette triste époque où l’on appelait « gauche » des hommes politiques qui faisaient des cadeaux de plusieurs milliards aux multinationales sans aucune contrepartie, détruisaient le code du travail et proposaient la déchéance de nationalité.

François Kalfon est de ceux-là. Il fait partie de cette curieuse engeance capable de prononcer des phrases comme : « ah le quinquennat de François Hollande, quelle belle réussite ! » ou « Vivement le retour de Jean-Christophe Cambadélis sur le devant de la scène politique ».

Il y a visiblement de la friture sur la ligne de son oreillette.

Cette fake news n’aurait eu aucune importance si elle n’avait pas été propagée, sans aucune vérification, par le président de la République

Sur France 2, en direct, voilà ce qu’a déclaré Emmanuel Macron mercredi 26 octobre : « Vous pensez que nos compatriotes qui ont voté pour un député socialiste ou écologiste lui ont demandé de porter une majorité avec des députés du Rassemblement National (RN) et lui ont demandé de déposer une motion de censure qui a, à dessein, été changée par cette coalition baroque de la NUPES ? »

Que le Président minoritaire cherche à tout prix à fracturer sa première opposition, c’est de bonne guerre. Après tout, la NUPES est la seule alternative crédible, la seule véritable opposition, avec un programme en rupture complète avec le néo-libéralisme dont Macron est le champion.

Pour creuser ce sujet : Législatives : la NUPES dévoile son programme partagé

Qu’il ne soit pas très regardant sur la grosseur de la ficelle consistant à essayer de dresser une ligne entre les « bons » opposants, et les méchants extrêmes… C’est son problème s’il n’a aucune finesse politique. Depuis sa création, la NUPES a maintes fois démontré sa résilience et sa volonté de rester soudée pour incarner une opposition puissante face au programme de destruction sociale mené par Macron et discrètement soutenu par Le Pen.

Pour creuser ce sujet : Super-profits, PME, chômage : Le Pen et Macron s’allient contre le peuple

Mais c’est faux. Sans aucune précaution, une nouvelle fois, le chef de l’État a relayé un mensonge. Il abime ainsi un peu plus la confiance des citoyennes et des citoyens dans la parole publique. Dans un monde où l’extrême-droite, de Donald Trump à Vladimir Poutine en passant par Bolsonaro ou Salvini aiment jouer la carte de la post-vérité, Emmanuel Macron joue à un jeu dangereux pour la démocratie.

Pour creuser ce sujet : Fake News : le mensonge de Macron sur le temps de travail

Heureusement que certaines rédactions de journalistes consciencieux poursuivent leur mission d’information. Leur travail doit être salué et relayé afin de rétablir la vérité.

Le mot immigration ou aucun dérivé n’a jamais figuré dans aucune des versions de la motion de censure de la Nupes

Sophie Taillé-Pollian, vice-présidente du groupe écologiste à l’Assemblée nationale, explique clairement la raison dans l’Humanité : « Nous avons choisi de mettre, dans notre motion, des marqueurs relatifs au fond des textes et l’immigration n’est clairement pas un sujet budgétaire. »

« Le mot immigration ou aucun dérivé n’a jamais figuré dans aucune des versions de la motion de censure de la Nupes. Il n’a jamais pu être retiré par LFI. » écrit sur Twitter Emilio Meslet. La vérité a désormais été rétablie. Un président ne devrait pas dire ça.