ELABE : l’institut de sondage qui se plantait dans les grandes largeurs

Un nouveau sondage ELABE vient de sortir ce lundi 18 mai 2022. La NUPES, l’alliance historique de gauche, est donnée en tête, à 27,5%. Talonnée par Renaissance (ex LREM), le parti d’Emmanuel Macron, estimé à 27%. Fait pour le moins surprenant : avec 0,5% en moins, la macronie obtiendrait, selon ce sondage, 130 sièges en plus que la NUPES. Pour rappel, à 4 semaines du premier tour des présidentielles, ce même institut donnait Jean-Luc Mélenchon à 13%, soit 9 points de moins que son résultat final. Un institut qui se plante régulièrement dans les grandes largeurs, toujours en faveur du pouvoir. Notre article.

La NUPES, première force politique à l’approche des législatives

Au niveau national, la Nouvelles Union Populaire Écologique et Sociale se place en tête dans le dernier sondage ELABE. Désormais à 27,5%, la NUPES confirme sa dynamique et devance l’alliance menée par LREM (27%), le Rassemblement national (21,5%), l’alliance divers droite à 10% et le parti Reconquête d’Eric Zemmour à 5%. Une avance qui se fait d’autant plus ressentir chez les 18-24 ans.

Un autre sondage, de l’institut Harris interactive cette fois-ci, sorti également ce lundi, confirme que la NUPES est bien la favorite de ces élections législatives. L’alliance historique de gauche est estimée en progression à 29% (+1 point en une semaine), et creuse l’écart avec la majorité présidentielle qui stagne à 26%. 3 points séparent désormais les deux principales forces politiques du pays. Le RN est distancé à 23%, en chute d’1 point en une semaine.

Les projections farfelues de l’institut ELABE

Si la dynamique de la NUPES s’affiche clairement dans les sondages au niveau national, les projections qui en ressortent posent parfois questions. En effet, dans la même étude d’opinion de l’institut ELABE, le nombre de sièges attribués à l’alliance menée par Jean-Luc Mélenchon semble bien inférieur à ce que laisse entendre la première partie de leur analyse.

Et pour cause, avec pourtant 0,5 points d’avance au niveau national sur les candidats “Renaissance” (La République en marche, MoDem, Horizons et Agir), la NUPES serait mystérieusement distancée en nombre de sièges au soir du second tour. Avec 27%, les candidats soutenus par Emmanuel Macron obtiendraient de 290 à 330 sièges à l’Assemblée nationale contre seulement 160 à 185 sièges pour la NUPES et ses 27,5%. Un écart important (jusqu’à 170 sièges de différence) que rien n’explique dans le sondage publié par l’institut. 

Celui-ci indique seulement se baser, pour ses projections, sur “le rapport de force actuel mesuré dans l’intention de vote, le résultat aux élections précédentes et l’histoire politique dans les circonscriptions”. Des indicateurs a priori flous, qui laissent imaginer un nouveau couac pour les instituts de sondages les 12 et 19 juin prochains lors des élections législatives. En effet, lors de la dernière élection présidentielle, des différences flagrantes avaient été constatées entre les sondages et le résultat final.

ELABE, une longue tradition : se planter dans les grandes largeurs 

L’opinion publique n’existe pas, selon la célèbre formule de Pierre Bourdieu. Elle semble en tout cas particulièrement difficile à mesurer pour les experts de l’institut ELABE. Ces derniers s’étaient déjà plantés dans les grandes largeurs pour les estimations durant la campagne présidentielle.

À trois jours du premier tour de l’élection présidentielle, ELABE donnait Jean-Luc Mélenchon à 17,5%. Le leader du bloc populaire réalise 22% trois jours plus tard. Une sous-estimation de… 5 points ! Pire, si on prend leurs estimations à 4 semaines du premier tour de la présidentielle, même distance qui nous sépare du premier tour des législatives. ELABE donnait Jean-Luc Mélenchon à 13%, soit 9 points de moins que son résultat final ! Oracle.

Une longue tradition. En février 2017, à deux mois et demi du premier tour, ELABE estimait Jean-Luc Mélenchon à… 10% des intentions de vote. Soit la moitié de son score final (19,5%). Une sous-estimation systématique de Jean-Luc Mélenchon, et une surestimation systématique de l’extrême-droite, comme nous vous l’expliquions dans un article avant le premier tour des élections présidentielle.

Aux élections régionales, dernières élections avant les présidentielles, une fois n’est pas coutume, ELABE avait vu juste. Là aussi à un mois du scrutin, le 26 mai 2021, ELABE donnait LREM à 33% et le RN à un impressionnant 43%. Un mois plus tard, LREM réalisera 31% (-2) et le RN… 36%, soit 7 points de moins que ce que les oracles de l’institut avaient prédit. 

Il est donc plus sérieux, si vous voulez avoir une idée de la prochaine majorité à l’Assemblée nationale et de l’identité de la force politique qui gouvernera le pays, de ne pas vous fier aux prédictions d’ELABE. L’alliance historique à gauche est bien la grande favorite de ces élections législatives, même si ces instituts privés s’acharnent années après années à vous faire croire qu’un autre monde est impossible.

Par Pierre Joigneaux.