Sondage : chez les jeunes, Mélenchon loin devant, Macron s’effondre

Jean-Luc Mélenchon est le candidat le plus plébiscité par les jeunes. Selon un dernier sondage de l’institut Ipsos, les 18-24 ans votent en large majorité pour le candidat de l’Union populaire. Il obtiendrait 26% des voix, loin devant Emmanuel Macron (20%) et Marine Le Pen (18%). On note à la fois la dynamique en faveur de Jean-Luc Mélenchon qui prend 3 points et l’effondrement du président-candidat qui perd 5 points, par rapport au précédent sondage réalisé entre le 21 et le 24 mars.. En 2017, les jeunes avaient préféré voter pour Jean-Luc Mélenchon. Les insoumis espèrent bien réitérer cela, en portant au pouvoir le candidat qui répond le mieux aux aspirations de la jeunesse. Notre article.

Macron, un quinquennat perdu pour la jeunesse

La chute des intentions de vote pour Emmanuel Macron n’est pas étonnante, étant donné le traitement de la jeunesse pendant ses 5 années à l’Élysée. Pour rappel, l’une des premières mesures de son quinquennat a été la baisse de 5 euros d’APL. Dans le même temps, l’ISF était supprimé. Plus tardivement, pendant que les jeunes faisaient la queue devant les banques alimentaires pour se nourrir, le gouvernement avait préféré agiter le drapeau de la menace d’un pseudo « islamo-gauchisme » qui gangrènerait les universités. Par ailleurs, alors que la crise sanitaire n’était toujours pas finie, le gouvernement avait supprimé les repas à 1€ pour les étudiants non-boursiers.

Le quinquennat Macron a aussi été celui de l’instauration de la plateforme Parcoursup, source de grandes angoisses pour tous les jeunes gens de ce pays. En effet, c’est une plateforme d’orientation au caractère extrêmement discriminatoire : « Selon le lycée dans lequel vous êtes, vous n’allez pas pouvoir accéder aux mêmes formations. Cela crée vraiment des inégalités dès le lycée qui vont se répercuter sur la suite de l’existence« , expliquait Clémence Guetté.

Emmanuel Macron a-t-il répondu aux colères des jeunes, de plus en plus effrayés par le changement climatique et atterrés par l’inaction coupable des gouvernements à le résorber ? Non, surtout que par deux fois, les tribunaux de ce pays ont condamné son gouvernement pour inaction climatique. Emmanuel Macron a aussi piétiné les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat qui proposait à la France de bifurquer dans une autre direction, face à l’urgence climatique. Bref, 5 ans de perdus pour la jeunesse.

Mélenchon porte les colères et les espoirs des jeunes

Jean-Luc Mélenchon avait exprimé à la fois sa colère devant ces images de files d’attente peuplées de jeunes, espérant trouver quelque chose à manger à une banque alimentaire. Face à la précarité étudiante, aggravée par la crise sociale qui fracasse toujours notre pays, le candidat de l’Union populaire propose à chaque jeune une garantie d’autonomie de 1063 euros par mois, pour qu’ils puissent ne passer leur temps qu’à étudier, et non à se casser le dos entre plusieurs petits boulots.

L’absence d’emplois pérennes et les conditions de travail qui vont avec accablent au plus haut point la jeunesse de notre pays. Emmanuel Macron ne propose pas de hausse des salaires et veut aller toujours plus loin dans la précarisation du marché du travail dont pâtissent les jeunes gens. Jean-Luc Mélenchon, lui, leur offre une solution avec plusieurs propositions qui s’articulent : l’augmentation du SMIC à 1400 euros net, la limitation du recours aux contrats courts par les entreprises, la création de 300 000 emplois-jeunes payés au SMIC, dans le secteur public et non-marchand, ou encore la garantie d’emploi.

Enfin, l’urgence climatique fait partie des priorités de la jeunesse. Elle attend des mesures fortes pour y faire face, et c’est une des priorités de Jean-Luc Mélenchon Son programme contient des mesures largement plébiscitées par la plupart des associations écologiques. Elles saluent l’ambition des mesures proposées et leur adéquation vis-à-vis de l’urgence qui nous fait face. Plus que jamais, Jean-Luc Mélenchon est le candidat le plus à même de répondre aux aspirations de la jeunesse. Réponse dans les urnes les 10 et 24 avril.