Clémence Guetté, l’insoumise qui a plié le débat jeunes Élysée 2022

Clémence Guetté représentait la Génération Mélenchon durant le débat organisé sur LCI sur la jeunesse et ses préoccupations ce mercredi. Ce débat rassemblait huit représentants des principaux candidats de la présidentielle. Face à l’extrême-droite lepenisée et zemmourisée et à la droite LR et macroniste, elle a démontré que Jean-Luc Mélenchon était le seul candidat capable de répondre aux aspirations de la jeunesse. Notre article.

Clémence Guetté taille en pièces le bilan d’Emmanuel Macron pour la jeunesse

Tout le long du débat, Clémence Guetté, co-responsable du programme des insoumis et Secrétaire Générale du groupe LFI à l’Assemblée nationale, a pu dénoncer le bilan éhonté d’Emmanuel Macron pour la jeunesse. Face au président des Jeunes avec Macron Ambroise Méjan, elle a pu rappeler des vérités sans doute oubliées. La première d’entre elle restera toujours que l’une des premières mesures du quinquennat a été la baisse de 5€ d’APL. Dans le même temps, l’ISF était supprimé. Le « et en même temps » du président des riches dès les premières heures du quinquennat.

Plus tard dans le quinquennat, alors que la crise sanitaire n’était toujours pas finie, le gouvernement a supprimé les repas à 1€ pour les étudiants non-boursiers. Clémence Guetté a pu rappeler le scandale de cette mesure, alors que l’on voyait des étudiants faire la queue devant des banques alimentaires.

Concernant l’enseignement supérieur, Clémence Guetté a attaqué un quinquennat terrible pour les étudiants. Dépressions, famines, suicides, nos étudiants ont été oubliés en pleine tempête. Des étudiants faisant la queue pour pouvoir bouffer dans la 6ème puissance économique. La responsable du programme des insoumise a dénoncé la création de la plateforme Parcoursup, rappelant son caractère extrêmement discriminatoire : « Selon le lycée dans lequel vous êtes, vous n’allez pas pouvoir accéder aux mêmes formations. Cela crée vraiment des inégalités dès le lycée qui vont se répercuter sur la suite de l’existence.« 

Clémence Guetté : Jean-Luc Mélenchon est « le seul à avoir des propositions sérieuses à mettre en place tout de suite pour la jeunesse »

Face aux représentants des autres candidats, dont le contour des mesures pour les jeunes était des plus flous, Clémence Guetté a pu mettre sur la table des mesures concrètes et réalistes pour la jeunesse. Inscrites dans le programme l’Avenir en Commun, elles seront prêtes à être appliquées de suite si Jean-Luc Mélenchon remporte la présidentielle en avril 2022.

Clémence Guetté a pu rappeler une des mesures-phares de Jean-Luc Mélenchon pour la jeunesse : une allocation d’autonomie de 1063€ par mois pour tous les jeunes. Elle permettrait à chaque jeune de se concentrer pleinement sur ses études et les empêcherait de se casser le dos entre plusieurs petits boulots pendant ou après les cours. Pour financer cette mesure, rien de plus simple. Au-dessus de 12 millions d’héritage, on prend tout et on donne aux jeunes !

Par ailleurs, Clémence Guetté a rappelé la triste réalité du chômage des jeunes. Celui-ci est 3 à 4 fois plus élevé que dans les autres pans de la population. Pour répondre à cet enjeu majeur, les insoumis proposent la création de 100 000 emplois-jeunes payés au SMIC, dans le secteur public et non-marchand. Il faut faire cesser les inquiétudes du lendemain liées au manque d’emplois pérennes.

Clémence Guetté : « Il y a une vraie prise de conscience de l’urgence écologique » chez les jeunes »

L’urgence climatique fait partie des priorités de la jeunesse. Clémence Guetté a eu l’occasion de le rappeler, en ne manquant pas de dénoncer le pitoyable bilan du mandat d’Emmanuel Macron. D’une part, l’État a été condamné par deux fois pour inaction climatique par la justice. D’autre part, Emmanuel Macron a organisé une convention citoyenne pour le climat, pour finalement sortir de son chapeau une loi sans aucune ambition, très critiquée par les ONG écologistes et les citoyens de la convention.

Elle a pu souligner les dangers de l’énergie nucléaire, et rappeler qu’il était possible d’en sortir d’ici 2045 d’après le scénario NegaWatt. Plus largement, elle a pu démontrer qu’à côté du faux « champion de la terre » macroniste et du climato-scepticisme d’extrême-droite, Jean-Luc Mélenchon était le candidat qui porte le mieux la question écologique. C’est de la survie de l’humanité dont il est question, mais encore trop peu l’ont véritablement saisi.

Clémence Guetté plie le plateau sur la question du sexisme et des féminicides

Clémence Guetté a pu ainsi tailler en pièces Stanislas Rigault, représentant des jeunes avec Zemmour sur les multiples déclarions sexistes de son candidat. Vous savez, celui qui regrette « le bon temps où les chauffeurs de bus pouvaient mettre les mains sur les fesses des jeunes femmes qui montaient dans leur bus« . Celui qui pense que les femmes ont « un cerveau archaïque ».

Enfin, Clémence Guetté a pu aborder le sujet des féminicides en pliant ses contradicteurs. Elle a dénoncé l’hypocrisie macroniste sur la lutte contre les violences faites aux femmes en rappelant que plus de 100 femmes continuent de mourir chaque année. La soi-disante « grande cause du quinquennat » n’était en fait qu’une vaste opération de communication. Ayant travaillé avec les associations féministes, elle a pu expliquer pourquoi il fallait leur accorder 1 milliard d’euros. Jean-Luc Mélenchon en ferait une véritable grande cause, lui. Clémence Guetté a montré qu’il était le seul à pouvoir répondre aux aspirations de la jeunesse. En avril, remportons la victoire grâce à l’Union Populaire !