Macron assurance-chômage chômage

Retraites – Attention, énorme arnaque : la pension à 1200 euros brut minimum ne concerne que… 0,002% des salariés !

Pas de pension retraite en dessous de 1200 euros brut ? Les macronistes sont très fiers de pouvoir l’annoncer. Sauf que… c’est une énorme douille, il n’y a rien derrière. Premièrement, c’était déjà dans la loi depuis 2003, il suffisait de l’appliquer. Surtout, c’est pour une carrière complète au SMIC. Donc cela ne concerne que 0,002% des salariés. C’est ça le progrès pour Macron : voler deux années à tous les travailleurs et travailleuses du pays, en moyenne 36 210 euros par personne, et augmenter de moins de 100 euros une personne sur 50 000. Et après il s’étonne que 93 % des Français rejettent son projet. Notre article.

Équilibre, justice, progrès : derrière un membre du gouvernement Macron, ces mots sonnent faux

Mardi 10 janvier. Derrière la Première ministre qui présente le projet de retraite à 64 ans, trois mots trônent : équilibre, justice, progrès. Design sobre, léché. Ça pour le service marketing, il y a du budget en macronie. Plus que pour financer de la protection sociale visiblement. L’histoire ne dit pas si le cabinet McKinsey a été mis à contribution pour trouver ce perfide slogan.

Ces mots sont ce qu’on appelle des concepts mobilisateurs en rhétorique. Dans le langage courant on dit : des mots creux. Des mots qui sonnent bien, super sympa en apparence. Mais en fait, suivant qui les utilise, cela prend un sens ou le contraire. Depuis 2017 et sa Révolution, c’est devenu la marque déposée des discours de Macron.

Équilibre, c’est pour dire aux gens qu’on va les forcer à travailler deux années de plus pour combler un déficit qui n’existe pas. Justice, c’est pour dire que ce sont toutes les classes populaires qui travailleront deux années de plus pour financer les douces et longues années de retraites des plus privilégiés. Progrès, c’est pour une seule et unique mesure : le minimum retraite à 1200 euros.

Cette mesure n’est pas un exemple des progrès supposément apporté par la retraite à 64 ans alors présentée par Elisabeth Borne, c’est la seule et unique mesure qui permet de justifier l’emploi de cet adjectif. C’est plus que culotté ! Toute l’histoire du mouvement ouvrier, du progressisme, c’est la réduction du temps de travail, soit l’exact opposé du report de l’âge de départ en retraite. Surtout que cet argument sur lequel se base tout l’argument des macronistes depuis des mois est une arnaque totale.

LA mesure présentée comme un progrès par tous les macronistes ne concernera que 0,002 % des salariés

La retraite minimale annoncée à 1 200 euros est une arnaque, car elle concernera seulement les personnes :
• ayant eu une carrière complète : parmi les 20 % des retraités les plus pauvres, 9 sur 10 n’ont pas une carrière complète…
• étant restées au SMIC toute leur carrière.

Au final cela ne concernera que 0,002 % des salariés soit une personne sur 50 000 !

Même le montant est un mensonge : c’est en réalité 1 193 € brut, donc 1 150 € net…

Le minimum de la décence : assurer une retraite au dessus du SMIC pour les personnes qui ont travaillé toute leur vie.

Une autre retraite est possible. Celle portée par Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle 2022 et par la Nupes aux législatives qui ont suivi. 60 ans et 40 annuités qui ouvrent le droit à une retraite supérieur au SMIC revalorisé, donc 1600 euros net. C’est cela le progrès. Comment peut-on décemment offrir moins que le SMIC a des personnes qui ont usé leur corps pendant 40 années au travail ? Ces gens n’ont-il pas de parents ? Ne connaissent-ils aucune personne retraité qui galère avec sa toute petite pension de retraite ?

Les députés et les membres du gouvernement Macron font partie d’une poignée de privilégiés qui fait sécession du reste de la société. Il ne connaisse pas la réalité de la vie des gens. Le peuple doit les ramener sur terre. Cela a déjà commencé le 19, le 21 et le 31 janvier avec trois immenses succès de la mobilisation populaire.

Prochaine épisode : le 7 et le 11 février par des manifestations qui s’annoncent encore plus massive et le 7 et 8 février par deux journées de grèves.

Partager

Vous avez aimé cet article ?

Recevez chaque semaine une sélection de nos meilleurs articles en vous abonnant.

Les + vus

Soutenez les médias insoumis !

Abonnez-vous à l’ensemble des médias insoumis et recevez à votre domicile l’hebdo et le magazine de l’insoumission.