« Nous dessinons un nouveau Front populaire » : Mélenchon à la marche du 16 octobre

Un nouveau Front Populaire ? « Lutter pour nos salaires, c’est lutter contre la vie chère » : 1936. « Union populaire contre la vie chère » : 1947. « À bas l’inflation, effrayez les patrons ! » : 1973. Ce dimanche, 140 000 personnes ont déferlé dans les rues de Paris, démonstration de force historique pour la gauche, avec un mot d’ordre : l’union populaire face à la vie chère qui fracasse le pays. L’union populaire face aux tentatives de division de l’alliance du capital et de l’extrême droite. « Avec ce que nous sommes en train de faire aujourd’hui, nous dessinons un nouveau Front populaire », a déclaré le leader de la NUPES, Jean-Luc Mélenchon.

Alors que la minorité présidentielle se prépare à dégainer le 49.3 pour faire passer en force son budget, la colère sociale continue à monter dans le pays. La CGT, FO et la FSU appelle à la grève générale pour l’augmentation des salaires et contre les réquisitions des salariés ce mardi 18 octobre. Les raffineries, les docks, le nucléaire, la chimie, les stations services, la SNCF, la police, le théâtre, la RATP et la Fonction publique appellent à la grève ce mardi. L’époque est à l’insoumission. Un automne du peuple ? Notre article.

Marche du 16 octobre, 49.3 et appel à la grève générale : Mélenchon décrit une « semaine hors du commun » pour le pays

« Une semaine hors du commun, qui commence aujourd’hui » se profile, a expliqué l’ancien candidat insoumis à l’élection présidentielle. Le succès de la marche contre la vie chère et l’inaction climatique et la vie en sont les prémices. 140 000 personnes ont manifesté contre la macronie et son monde et pour un projet de rupture avec le capitalisme ce dimanche à Paris. Elles se sont mobilisées contre la vie chère, dénonçant un gouvernement qui a choisi son camp : celui des actionnaires et des super-profits. La foule a aussi critiqué l’inaction climatique du gouvernement, condamné par deux fois par la justice, et la retraite à 65 ans voulue par Emmanuel Macron.

« Demain, Madame Borne va présenter le 49.3 à l’Assemblée nationale pour faire taire les députés ! » a fustigé Jean-Luc Mélenchon lors de sa prise de parole. La minorité présidentielle prépare un coup de force anti-démocratique. Mais certains amendements relatifs au budget ont été adoptés contre l’avis du gouvernement, comme la taxe sur les super-dividendes ou le rétablissement de l’exit tax, deux bonnes nouvelles. Au lendemain de la marche contre la vie chère et l’inaction climatique, le coup de force en marche serait la deuxième étape d’une « semaine hors du commun » pour le pays.

L’appel à la grève générale lancé par la CGT, FO et la FSU en constituerait la troisième étape, selon Jean-Luc Mélenchon. Cet appel est une réponse à la demande de réquisition des salariés des raffineries, formulée par la Première ministre. Une déclaration de guerre conte le monde du travail. « Le 18 octobre, il y a appel à la grève générale. Les gens, n’y manquez pas ! Ne laissez pas votre devoir et votre place au combat à d’autres. Alors, vous aurez la conjonction de la mobilisation populaire, de la mobilisation syndicale et de la crise institutionnelle ! » s’est exclamé le tribun insoumis.

Contre la macronie et son monde, Mélenchon appelle à un nouveau Front Populaire

Dans ce contexte social et politique explosif, Jean-Luc Mélenchon a appelé à la création d’un nouveau Front Populaire : « Avec ce que nous sommes en train de faire aujourd’hui, avec tant d’organisations qui y appellent, nous sommes en train de dessiner la construction d’un nouveau Front Populaire qui exercera le pouvoir dans son pays le moment venu. Et qui, comme chaque fois, commencera par s’occuper du pauvre peuple, de ceux qui pâtissent et ne peuvent se défendre ! ». « Le blocage des prix, l’augmentation des salaires, le rétablissement de l’ISF, un plan sérieux contre l’inaction climatique » et la défense des retraites sont les principes revendications de ce nouveau Front Populaire.

« Regardez-vous : vous êtes le nombre, vous êtes la force, vous êtes ceux qui savent comment on fait tourner ce pays. Ne vous résignez pas ! Une autre vie est possible, débarrassée du pillage du profit. Un autre monde est possible, libéré du saccage du productivisme capitaliste. Oui, nous le pouvons si nous le voulons. L’Union Populaire peut devenir un Front Populaire et nous le souhaitons tous ! ». L’époque est à l’insoumission. Un automne du peuple ?

Par Nadim Février.

insoumission