LA COMPTINE MORTELLE DE VOTRE POLITIQUE

doadcatqmwcsddefault

Amiante, chlordécone, glyphosate et maintenant néonicotinoïdes.

Vous jouez avec nos vies.

Nous le savons, vous le savez, mais vous donnez aux entreprises des permis de tuer.

Ça y est, la majorité a voté définitivement pour l’empoisonnement généralisé de la population et de nos écosystèmes.

L’hôtel de la rue : un lieu créé par des SDF pour les SDF !

ihutgxdtohamaxresdefault

« C’est parce que toutes les portes se fermaient devant nous suite à la disparition de notre ami que nous avons décidé d’agir. Nous ouvrons tous seuls L’hôtel de la rue, la maison des peuples, avec une seul idée en tête : en faire un prototype, pour que d’autres citoyens reproduisent ce que nous avons réalisé. Une sacrée aventure ! »

Dans ce nouvel épisode de 2 poings sur le i, Edson Laffaiteur, de l’association La roue tourne, nous raconte ce lieu qui a déjà permis d’héberger plus de 1000 personnes en un an et demi à Strasbourg.

Dans 2 POINGS SUR LE i, je vais à la rencontre de personnalités inspirantes, expertes sur un sujet ou actives dans un domaine.N’hésitez pas à mettre des pouces, à partager, et surtout à commenter !
Envoyez-nous vos précieux retours qui nous permettrons de nous améliorer, et n’hésitez pas à nous suggérer les thèmes que vous souhaiteriez qu’on aborde ou les gens que vous voudriez entendre prochainement !

❌RECONFINEMENT : LA CONSTERNANTE INCURIE DE LA MACRONIE (France info TV, 28/10/20)

wv5g7qqbz ahqdefault

Intervention de Danièle Obono, mercredi 28 octobre 2020, sur France info TV

L’annonce hier d’Emmanuel Macron d’un reconfinement est consternante : il va nous falloir suivre les consignes sanitaires d’un gouvernement qui prétend avoir été surpris par la 2e vague, alors que c’est une hypothèse qui est discutée depuis des mois, et qui n’a rien anticipé. Quelques jours auparavant, samedi 24 octobre, le gouvernement a refusé de répondre aux parlementaires, lors des débats sur la prorogation de l’état d’urgence sanitaire, sur l’éventualité d’un nouveau confinement. Il ne l’a pourtant pas décidé du jour au lendemain. Les projections scientifiques existent. Mais pour la Macronie, c’est une surprise et la faute à “pas de chance”.
La population a suivi les consignes et accepté les restrictions. Cela a permis de faire baisser la circulation du virus de la covid-19. Mais comment comprendre une stratégie qui s’attaque uniquement à nos libertés et pas aux foyers de propagation à l’école et au travail ?
On a l’impression d’être de retour à la case départ. Qu’a fait ce gouvernement en 7 mois ? À entendre E. Macron : tout ce qu’il fallait. À l’évidence : n’importe quoi. On continue à manquer de lits et le projet de loi de financement de la Sécurité sociale réduit le budget de l’hôpital public.
Au final, puisqu’il faut malgré tout suivre les consignes, et que le gouvernement est clairement incompétent, c’est à nouveau la population et les soignant·es qui devront faire face et organiser l’essentiel de la réponse sanitaire.

Confinement 2 : «Nous n’avons pas confiance»

sk kslzuwjcmaxresdefault

Le jeudi 29 octobre 2020, Jean-Luc Mélenchon répondait depuis l’Assemblée nationale à l’annonce d’un nouveau confinement par Emmanuel Macron. Le président du groupe « La France insoumise » a dénoncé l’absence de préparation du gouvernement alors que des alertes nombreuses avaient été faites sur cette 2e vague. Il a également réagi à l’attaque terroriste survenue à Nice le matin même à l’église Notre-Dame.

Voici la retranscription de son intervention :

« Président, ministres, collègues,

Je veux en tout premier lieu exprimer au nom de tous les insoumis de France nos condoléances affligées et horrifiées aux familles des victimes, mais aussi, et je veux le souligner, notre totale solidarité avec les catholiques de France, menacés dans la pratique de leur foi. Il est significatif qu’en France, après la liberté de savoir, ce soit la liberté du culte qui soit attaquée et je voudrais rappeler que la laïcité en France est l’héritière d’une bataille implacable pour la liberté du culte.

Dès lors, c’est dans ce contexte glaçant que nous sommes conduits à discuter d’un sujet qui nous oppose il est vrai : la méthode et les manières de faire face à la situation de détresse sanitaire que nous sommes en train d’affronter.

Personne, Monsieur le Premier ministre, ne vous reprochera la pandémie, ce serait absurde. Voici la deuxième vague de l’épidémie. Le Président, avez-vous noté, a annoncé la troisième vague et tout le monde peut constater que vous êtes pris de court, « surpris » a dit le président ! Pourtant il fanfaronnait en juillet : « tout est prêt ». Le plan de déconfinement a été un échec. Personne ne s’en réjouit.

Vous n’avez pas préparé ce qui devait l’être. Dès lors, l’épidémie est hors de contrôle et permettez-moi de vous le dire : il me semble que le Président aussi.
D’où sort le plan qu’il a présenté hier soir ? Vous le reprenez aujourd’hui dans votre discours, Monsieur le Premier ministre, mais qui est l’auteur de ce plan ? Pas l’Assemblée nationale, pas sa commission, pas le gouvernement non plus. Il ne s’est pas réuni pour en délibérer. De qui alors Monsieur Castex êtes-vous le facteur ?

Le « Conseil de défense », a déclaré hier le porte-parole du gouvernement. Une sorte de gouvernement secret qui décide sans rendre de comptes à personne ni avoir été élu par personne. De « défense » dites-vous, parce que les chefs militaires s’y trouvent avec les chefs du renseignement. Mais nous ne sommes pas en guerre. Nous sommes en crise sanitaire. Nous affrontons un virus. Le virus n’a pas de stratégie. Son traitement est un fait sanitaire, pas militaire.

C’est au gouvernement de gouverner, pas à un conseil aux délibérations secrètes. C’est au gouvernement de prévoir, de planifier les actions après avoir consulté ses conseils scientifiques et médicaux. Au lieu de quoi, un homme décide de tout, tout seul, entouré de ce Conseil de défense hors sol.

Hélas, hélas, hélas. Aucune leçon ou presque n’a été tirée des mésaventures du premier confinement. On se bat encore une fois pour empêcher la saturation des lits de réanimation. Car le problème, c’est encore une fois le bilan de la destruction de l’hôpital public et cela continue. Vous nous présentez un plan. Un plan à prendre ou à laisser sans un mot, sans un amendement possible ni une ligne. Vous nous demandez un vote de confiance. Et bien nous n’avons pas confiance. Et nous avons de moins en moins confiance, autant vous le dire.

Nous respecterons les disciplines sanitaires que vous aurez fait adopter ici par le vote de votre majorité. Mais nous le ferons pour le salut commun et par respect pour les nouveaux sacrifices demandés aux soignants. Mais ne nous demandez pas de fermer les yeux sur ce qui nous semble être une incohérence majeure : les principaux foyers de contamination restent en service. Nous ne vous demanderions pas d’adopter nos onze propositions de loi, nos cinq plans pour faire face à l’urgence sanitaire, ni les conclusions de notre commission d’enquête. Nous ne vous demanderions pas de faire amende honorable pour nous avoir ri au nez quand nous vous mettions en garde contre une deuxième vague possible. Ni pour les réponses arrogantes que vous nous avez faites tout au long de la discussion de la loi de finances de sécurité sociale… »

Retrouvez la suite sur le blog : https://melenchon.fr/2020/10/29/confinement-2-nous-avons-pas-confiance/

***S’ABONNER AUX PODCASTS***
– Spotify : https://spoti.fi/2UfhFr1
– iTunes : https://apple.co/2QIMWQN
– Deezer : https://bit.ly/2xhh2nN

***RETROUVEZ JEAN-LUC MÉLENCHON SUR***
– Facebook : https://www.facebook.com/jlmelenchon/
– Twitter : https://twitter.com/JLMelenchon
– Snapchat : @MelenchonJL
– Instagram : https://www.instagram.com/jlmelenchon/
– Linkedin : http://linkedin.com/in/jlmelenchon
– Periscope : https://www.periscope.tv/JLMelenchon
– Twitch : https://www.twitch.tv/jlmelenchon
– Telegram : https://t.me/JLMelenchon
– TikTok : https://www.tiktok.com/@melenchonjl

Projet de loi de finances 2021 sur la mission enseignement supérieur et recherche.

z9bkh2hv0hcmaxresdefault

🏛💼🔬💶 Projet de #Loi de finances 2021 sur la mission #EnseignementSupérieur et recherche.

J’ai défendu des amendements portant sur :

➡ La politique de sélection d’entrée à l’université
➡ La mise en place d’un plan de titularisation des précaires exerçant sur des fonctions pérennes
➡ L’augmentation de la rémunération des vacataires
➡ La création d’une allocation d’autonomie pour les étudiants
➡ Le recrutement d’assistants sociaux au sein des CROUS.

#AssembleeNationale
#PLF2021
#PrecariteEtudiants
#Crous
#ParcourSup

Projet de loi de finances 2021 sur la mission enseignement supérieur et recherche

lhb4cadh8femaxresdefault

🏛💼🔬💶Projet de loi de finances 2021 sur la mission #EnseignementSupérieur et #Recherche.

J’ai défendu des amendements portant sur :

➡ La politique de sélection d’entrée à l’université
➡ La mise en place d’un plan de titularisation des précaires exerçant sur des fonctions pérennes
➡ L’augmentation de la rémunération des vacataires
➡ La création d’une allocation d’autonomie pour les étudiants
➡ Le recrutement d’assistants sociaux au sein des CROUS.

#AssembleeNationale
#PLF2021
#PrecariteEtudiants
#Crous
#ParcourSup
#Master

Émission spéciale : lancement de l’application de #Linsoumission

kn3kyolc4ssmaxresdefault

Vous pouvez dès maintenant télécharger l’application :
– Sur Google Play : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.shapper.linsoumission
– Sur l’AppStore : https://apps.apple.com/fr/app/linsoumission/id1535823240

Pour s’abonner aux médias insoumis : https://linsoumission.fr/sabonner/

Retrouvez l’émission du 28 octobre pour le lancement de l’application de L’insoumission et de l’offre d’abonnement aux journaux « Le Journal de l’insoumission » et « L’insoumission Hebdo ».
Une émission produite par l’insoumission en partenariat avec Les Jours Heureux.

Les invités pour cette émission :
– Jean-Luc Mélenchon, député LFI
– Séverine Véziès, Le Journal de l’insoumission
– Matthias Tavel, L’insoumission Hebdo
– Julie Garnier, oratrice LFI
– Antoine Léaument, linsoumission.fr

🏛️ ÉTAT D’URGENCE SANITAIRE : LA PANTALONNADE DE MACRON GRIBOUILLE (24/10/20)

uyjysfsyrousddefault

Interventions de Danièle Obono, samedi 24 octobre 2020, lors des débats en séance du projet de loi de prorogation de l’état d’urgence sanitaire

Du clairon à la capitulation
Discussion générale
Le gouvernement justifie les restrictions de libertés par la saturation des hôpitaux après avoir supprimé 4200 lits en 2018 & 3400 en 2019. Cet exécutif méprise constamment la démocratie sanitaire, sociale & parlementaire. Nous ne lui signerons pas un chèque en blanc.

Impréparation et manque de transparence du reconfinement
Article 1 – Amendement 3
Le gouvernement n’a pas d’argument solide pour justifier la prorogation de l’état d’urgence sanitaire, sauf s’il prévoit un reconfinement. Si c’est le cas, il doit le dire, plutôt que de louvoyer et réclamer des pouvoirs exorbitants qui lui permettent de contraindre les libertés.

Stop au mépris de la représentation nationale et des parlementaires !
Rappel au règlement (art. 58)
Plutôt que de répondre sur le fonds des critiques, le sinistre Véran traite des parlementaires comme des têtes de turc, méprisant ainsi toute la représentation nationale à laquelle il est pourtant constitutionnellement tenu de rendre des comptes.

Le gouvernement rejette toutes les propositions et privilégie les opérations de com’
Amendements de repli de divers groupes sur l’article 1 (24/10/20)
Le gouvernement rejette toutes les propositions visant à mieux encadrer une prorogation de l’état d’urgence sanitaire qui lui donne des pouvoirs exorbitants. Alors même qu’il n’a rien prévu pour anticiper la deuxième vague qui était pourtant imminente.

L’état d’urgence sanitaire doit être déclaré par le Parlement
Après article 1 – Amendement 87
Compte tenu de l’importance et la gravité du sujet, la déclaration de l’état d’urgence sanitaire ne peut être laissée à la discrétion du seul gouvernement. Il doit être voté par le Parlement et renouvelé ensuite tous les 12 jours.

Il faut protéger, pas réprimer
Après article 1 – Amendement 4
Les contraventions réprimant le non-respect des dispositions de l’état d’urgence sanitaire ne doivent pas être inscrites au casier judiciaire. Les moyens doivent être mis au service de la protection de la population, pas de la répression !

Le Parlement ne doit pas accepter d’être réduit au silence
Article 2 – Amendement 5
L’ajout à ce texte du régime transitoire de sortie de l’état d’urgence sanitaire étend de fait les prérogatives exorbitantes de l’exécutif jusqu’au 1er avril 2021 et réduit les marges de manoeuvre du Parlement alors que ce dernier devrait être sollicité plus régulièrement.

Un système de suivi pas si efficace ni suffisamment protecteur
Article 3 – Amendement 6
Les systèmes centralisés d’information et de suivi mis en place ne sont pas aussi efficace que le gouvernement voudrait le faire croire. Il y a en outre un enjeu en matière de secret médical et de protection des données de santé.

Il faut financer la recherche, pas des gadget !
Intervention à la fin de l’article 3
La centralisation des données de santé remet en cause le secret médical et le recours à des plateformes étrangères pose un réel problème de souveraineté. L’urgence c’est aussi celle des protections numériques !

Évaluer l’impact de la crise permettrait de mieux y remédier
Après l’article 4 – Amendement 9
La crise sanitaire a encore plus précarisé les réfugié·es, demandeur·euses d’asile, migrant·es, personnes détenues, LGBTQI, femmes et enfants victimes de violences intra-familiale. Nous proposons qu’un rapport du gouvernement évalue l’impact de l’épidémie sur ces populations vulnérables, pour pouvoir intervenir au mieux.