Ivan Rioufol
Ivan Rioufol, 4 septembre 2009, MEDEF, Flickr, CC BY 2.0.

Portrait – Ivan Rioufol : l’éditorialiste qui compare Greta Thunberg aux jeunesses hitlériennes

Ivan Rioufol, à l’image de ses collègues et amis dont nous avons déjà dressé le portrait ici, court les rédactions et plateaux télés au son des trompettes du « on-peut-plus-rien-dire », qu’on entend pourtant bien trop. Officiant ou ayant officié entre autres au Figaro, RTL et CNews, Ivan Rioufol profite de ses passages surmédiatisés pour pourfendre « la bien-pensance gauchiste » : comprendre, tout ce qui est trop progressiste à son goût. Parfois, il s’adonne même à des propos révisionnistes, sans broncher. Il était temps de faire son portrait.

Les éditorialistes de plateaux, loin, très loin de l’objectivité affichée, sont des militants politiques déguisés en journalistes. Chaque jour, ils défendent une idéologie en direct aux heures de grandes écoutes. Les éditorialistes sont des acteurs de la bataille culturelle. Révéler d’où ces acteurs parlent, quels sont leurs parcours, leurs liens avec le capital, les 9 milliardaires qui possèdent 90% des médias du pays, est une œuvre nécessaire pour éclairer le débat démocratique. Fin d’un mythe : non, les éditorialistes ne sont pas des journalistes neutres. Pour qui militent-ils ?

Onzième épisode de notre série pour démasquer les éditorialistes que vous voyez chaque jour à la télé. Portrait de Ivan Rioufol.

Viktor Orban, Vladimir Poutine, et les autres dadas de Rioufol

Les sujets de prédilection de Ivan Rioufol sont tout aussi classiques que ses arguments de mauvaise foi : l’islam, l’écologie, les luttes LGBTQ+, la vaccination durant la pandémie de COVID-19, la jeunesse des quartiers populaires… Autant de sujets sur lesquels il est assez facile de deviner sans mal ses prises de positions. Prenons par exemple la très décriée loi de 2021 sur l’homosexualité en Hongrie : le 15 juin 2021, le pays a voté une loi visant à interdire la promotion ​de l’homosexualité ou du changement de sexe auprès des mineurs.

Cette loi a vu se dresser contre elle et ainsi contre (excusez du peu !) un pays membre de l’Union européenne, quinze de ses co-membres. Elle aura été qualifiée de… « loi un peu maladroite » par Ivan Rioufol. Sans grande surprise de la part de l’admirateur affirmé d’Orban qu’est Ivan Rioufol.

Un peu plus à l’Est et sur un autre sujet, cet orbano-poutinophile n’hésita pas à rapidement reprendre les éléments de langage de Vladimir Poutine au début de la guerre en Ukraine. Au moment en effet de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, on pouvait ainsi l’entendre déclamer (sur Cnews, sans surprise) que « Poutine n’a pas envahi l’Ukraine, il a reconnu l’autonomie d’états indépendants ». Un brin audacieux à défaut d’être surprenant pour ce fin géopolitologue qui prédisait dans cette même intervention en 2022 que Poutine n’envahirait pas l’Ukraine au-delà des régions du Donbass.

Pour Rioufol, Greta Thunberg est une nazie : l’éditorialiste plus chaud que le climat

Après l’intervention de Greta Thunberg à l’ONU, en 2019, Ivan Rioufol a fait partie de la meute des éditorialistes qui n’a cessé d’aboyer sur tous les plateaux, et sur tous les tons, pour accabler la jeune militante écologiste. Dans ses chroniques, l’éditorialiste a déjà pointé à maintes reprises « l’écologisme qui menace la France » et « la jeunesse manipulée des marches climat ». 

Un soir de 2019 sur CNEWS, il a aussi battu son propre record de folie en déclarant : « On se souvient de l’embrigadement des jeunesses dans les régimes totalitaires, les jeunesses hitlériennes […] Son fanatisme m’inquiète ». Il conclut « Ce que veulent les écologistes les plus radicaux, c’est un changement de société ». Donc, d’après Ivan Rioufol, Greta Thunberg chercherait à restaurer le 3ème Reich, ou à en créer un 4ème ? Chapeau l’artiste.

Une chose est sûre, et ses déclarations l’attestent sans le moindre doute, Ivan Rioufol est un climato-sceptique acharné. À tel point que la co-présidente du GIEC, Valérie Masso Delmotte, a critiqué vertement la chaîne qui diffuse « un ensemble spectaculaire de fausses informations à une heure de grande écoute ».

Covid, Conspirations et Co…mment ne pas évoquer l’islam

À peu près à la même période, Rioufol, ayant contracté la COVID-19, a jugé malin de s’auto-médicamenter avec des produits qui, au mieux, sont inefficaces, et au pire dangereux. En effet, nonobstant les recommandations de l’OMS et de l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament, ndlr), Ivan Rioufol est fier d’annoncer à son audience son auto-administration d’ivermectine et d’azithromycine en dépit à la fois des risques et de la non-probité de leur efficacité sur le COVID-19. Quant à la vitamine D, quand bien même sa prise (modérée) reste sans risque, sa supposée efficacité contre le COVID-19 n’est basée que sur les résultats d’une étude biaisée du CHU d’Angers et n’est donc, au mieux, que peu pertinente en l’occurrence.

Tout cela n’est que bien peu étonnant quand on prête attention aux propos odieux de l’éditorialiste à la même période, comparant la politique sanitaire en vigueur durant la pandémie de COVID-19 à de la « ségrégation hygiéniste », faisant ici un parallèle plus que douteux entre mesure sanitaire et comportement génocidaire : « [Didier Raoult] dit qu’il faut faire attention à la ségrégation hygiéniste, parce que la ségrégation hygiéniste, on a connu ça sous le nazisme notamment, où il cherchait l’homme parfait, l’homme sain, l’homme sans poux et sans sang contaminant ! ».

Pour aller plus loin : Ghetto de Varsovie : Ivan Rioufol, le révisionnisme en direct sur CNews

Puis, Ivan Rioufol s’enfonce dans le mensonge et le révisionnisme : « Rappelez-vous quand même que quand le ghetto de Varsovie a été créé en 1940, c’était un lieu de contaminés. C’était d’abord un lieu hygiéniste, qui a été fait pour préserver du typhus. La comparaison s’arrête là, on ne peut pas aller beaucoup plus loin que ça. Cette ségrégation qui s’est installée au nom d’un hygiénisme d’État est tout à fait totalitaire ». Cette idée reçue (ce mensonge, plutôt) des camps de concentration construits « pour préserver du typhus » n’est rien de moins qu’une reprise des arguments de propagande nazie qui furent prétextes et aidèrent à la ségrégation des personnes juives au début des années 1940.

Ivan Rioufol : « Il est inexact de soutenir que l’islam est compatible avec la République »

Enfin, sur la thématique de l’islam, Ivan Rioufol suit évidemment la ligne directrice lepéno-bolloréenno-praud-zemmourienne en déclarant sans gêne, le 10 septembre 2020 dans les colonnes du Figaro où il officia pendant des années : « Il est inexact de soutenir (…) que l’islam est compatible avec la République ». Un écart ? Pas le moins du monde pour cet odieux personnage. Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) l’a d’ailleurs épinglé vivement à la suite de propos outrageux sur une supposée popularité des idées de l’État Islamique chez les jeunes « des cités », pour reprendre ses termes.

On notera l’habituelle victimisation des personnages dans son genre, mettant sur le compte de son signalement au CSA l’« islamo-fachosphère » – un terme et une stratégie que reprendra quasiment à l’identique une certaine Marlène Schiappa qui indiquait récemment à Valeurs Actuelles être victime d’un complot de « toute l’islamosphère » concernant sa gestion du Fonds Marianne. On suppose donc que ce terme aussi idiot que flou englobe aussi les membres de la commission d’enquête du Sénat, dont les révélations à l’encontre de l’ex-ministre proche du chef de l’État ont été accablantes. Ils seront sans doute ravis de l’apprendre.

Pour aller plus loin : Schiappa, Sifaoui, Gravel et Fonds Marianne : retour sur un scandale d’État

Ivan Rioufol fait partie de cette tribu d’éditorialistes accompagnant la droite dans sa déchéance extrême. Fidèle au diptyque habituel de déclarations outrancières suivi de pleurnicheries enrobées de leur sauce bien connue nommée « onpeupluriendir », il n’est pas surprenant de retrouver Ivan Rioufol dès qu’il s’agit d’entretenir la confusion sur la gauche française à travers une forme de négationnisme ubuesque : « S’il y a un totalitarisme qui vient, c’est au cœur de la gauche marxiste et révolutionnaire qu’il faut le traquer, comme toujours historiquement. (…) L’entourloupe sur « le cordon sanitaire » a permis à l’extrême gauche, sectaire et violente, de se comporter en terrain conquis ». On croit rêver

Et de mensonge, il en est aussi question lorsqu’Ivan Rioufol s’applique avec ses bons amis à dénoncer une fantasmée gauchisation des médias français pour mieux se poser en défenseur d’une liberté d’expression complètement dévoyée de sa définition et en dépit du bon sens et de la réalité.

Nous espérons que cet article vous aura été utile, dans un esprit de lutte et de veille constantes, afin de mieux cerner un autre de ces déverseurs de haine qui polluent quotidiennement nos écrans de télévision malgré un nombre extrêmement élevé de signalements à l’Arcom au sujet de nombreuses déclarations outrancières. En espérant que ces nouveaux réactionnaires fassent vite partie de l’Histoire ancienne.

Par Wilfried Nass