Caisses de grèves : de la force aux grévistes contre Macron et les multinationales pétrolières

Les caisses de grèves sont des instruments cruciaux de la lutte. Le bras de fer se durcit entre les travailleurs et travailleuses qui défendent leur droit à une juste rémunération et le gouvernement d’Emmanuel Macron qui défend les super-profits des multinationales pétrolières. Les caisses de grève sont le seul moyen pour les grévistes de tenir face aux patrons et à l’État, à leur service. Tant que les caisses de grèves sont pleines, la lutte continue et la victoire est possible. Notre article.

Fidèle à sa doctrine : « doux avec les forts et fort avec les faibles », le chef de l’État a ordonné la réquisition des personnels des raffineries. Il menace par conséquent de 10 000 euros d’amende les grévistes qui refuseraient de retourner travailler. Rappelons que chaque journée de grève coûte une journée de salaire aux travailleurs. Les ultra-riches pensent toujours qu’en frappant au porte-monnaie, ils auront toujours l’avantage. Mais ils oublient une chose : ils ont des millions mais le peuple est million.

C’est sur cette force du nombre que repose la puissance des caisses de grèves. Celles-ci existent depuis le XIXème siècle. Elles ont par exemple joué un rôle important dans la révolte des Canuts. Grâce aux caisses de grèves, le peuple a la capacité de concentrer ses efforts en un point. Cette concentration des forces est nécessaire pour inverser le rapport de force avec l’oligarchie capitaliste.

La lutte des ouvriers et des ouvrières des raffineries pourrait s’étendre à d’autres secteurs. La victoire d’un seul secteur donnerait de la légitimité aux revendications sociales de tous les autres. La solidarité est la plus grande force de celles et ceux qui luttent.

Voici les principales caisses de grèves recensées par les équipes de l’Insoumission.fr

Pour financer directement les grévistes qui ont reçu l’ordre de réquisition aujourd’hui et sont donc à la pointe du combat social.