Motion de Censure : Mathilde Panot tacle Macron « le Président des lobbys qui roule pour Uber »

Ce lundi 11 juillet 2022 , Mathilde Panot a défendu à l’Assemblée nationale la motion de censure du gouvernement portée par la NUPES. L’occasion pour la présidente du groupe LFI de dénoncer une « lune de miel » entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Et de poser clairement l’enjeu : les députés qui ne voteront pas cette motion de censure seront les partisans du RSA conditionné à des heures d’activité gratuites, de la mise à sac de la Sécurité sociale, de la stagnation des salaires, de la retraite à 65 ans et de l’inaction climatique du gouvernement. L’occasion également de tacler « le Président des lobbys qui roule pour Uber », alors qu’Emmanuel Macron fait face au scandale d’État des Uber Files révélé ce dimanche. Son discours.

Le discours de Mathilde Panot

Motion de défiance

Madame la Présidente,

Madame la Première Ministre,

Collègues,

Il est logique que le refus de la confiance récolte la défiance.

Nous voilà enfin de retour en démocratie parlementaire.

Pour résumer : vous avez été nommée par le Président de la République en mai, puis, au lendemain du naufrage des législatives, vous lui présentiez votre démission. Le Président vous a maintenue en poste. Et ce, alors même que vos idées sont minoritaires dans le pays.

Vous ne tirez donc votre légitimité ni des élections législatives, ni même du Parlement, à qui vous n’avez pas demandé s’il vous faisait confiance pour conduire la politique de la Nation.

En d’autres termes, vous êtes, à cette fonction, une anomalie démocratique.

Vous avez, la semaine dernière, longuement parlé.

Une heure et demie de déclaration, alternant truismes, flagornerie, clins d’oeil appuyés et subtils à certains de mes collègues, vaines tentatives de diviser la NUPES, mots creux dont la Macronie raffole : « territoires », « égalité des chances », « bâtir ensemble », « avancer »…

Pour mieux emballer une ligne ultralibérale qui ne vous a jamais quittée.

Car oui, votre déni de réalité continue. On trouve dans votre discours une ressemblance frappante avec celui d’Emmanuel Macron sur son programme présidentiel en mars. Sauf que c’était déjà il y a 4 mois. Depuis, vous vous êtes engouffrés dans une ellipse temporelle pour effacer votre défaite.

Votre déclaration, c’est l’insoutenable continuité de votre projet, entre autosatisfecit et congratulations. Vous prononcez 5 fois le mot « compromis », mais pas l’ombre d’un regret des 5 années passées.

Pourtant, vous simulez un rétropédalage. Votre Ministre de l’Intérieur, dans la presse, nous dit que la situation (je cite) : « consiste à corriger, sans doute, un certain nombre de choses programmatiques, de comportements que nous avons eus ». Vous-même, Madame la Première Ministre, nous dites : « Les Français nous demandent d’agir, et d’agir autrement. […] Ils nous invitent à des pratiques nouvelles ».

C’est là que la grande énigme commence. De quelles pratiques parlez-vous ? Quelles sont donc ces « choses programmatiques à corriger » ? Il n’est pas une mesure que vous ayez reniée dans votre déclaration. Votre arrogance vous empêche toute forme de désaveu, cette même arrogance a précédé votre débâcle.

Alors, voici venu le moment de vérité. Cette motion de défiance tiendra lieu de clarification politique. Puisque vous n’avez rien changé sur le fond, que votre programme de malfaisance sociale et écologique est intact, ce vote permettra de distinguer ceux qui souhaitent servir de béquille à ce pouvoir, ou font semblant de s’y opposer, de ceux qui portent une réelle alternative pour le pays.

À ce sujet, le porte-parole de votre gouvernement parle de « motion de posture ».

Comme toujours, vous inversez la responsabilité. Sachez, Madame la Première Ministre, que défendre la démocratie n’a rien d’une posture. Cela échappe probablement à votre « pensée complexe », vous qui pendant 5 ans, avez méprisé la démocratie. Vous qui avez gouverné pendant la pandémie sous état d’urgence sanitaire, dans un conseil de défense couvert par le secret défense. Vous, qui avez eu pour seule réponse à toutes les manifestations de colère du peuple, la matraque. Aux Gilets jaunes qui demandaient le référendum d’initiative citoyenne et une vie digne, ce furent 32 éborgnés, 5 mains arrachées et la mort de Zineb Redouane. Aux Guadeloupéens qui demandaient des moyens de santé, des mesures contre la vie chère et le droit à l’eau, ce fut l’envoi du GIGN et du RAID. Aux écologistes qui luttent pour la survie de l’humanité, c’est une pluie de procès et de perquisitions. C’est savoureux, venant de vous qui avez confondu le Parlement avec la chambre d’enregistrement des desiderata du Président.

Le temps où vous considériez la démocratie comme accessoire est révolu. À l’inverse d’une posture, cette motion de défiance sert à démasquer les impostures.

Car oui, elle tient lieu de clarification. Ceux qui ne voteront pas cette motion de défiance seront les partisans de votre politique.

Avec vous, aucune mise à contribution des plus riches ni des grandes entreprises. Pourtant, 100% des entreprises du CAC40 ont reçu des aides publiques. L’année dernière, les deux tiers ont battu leurs records de profits. Leurs actionnaires vont recevoir plus de 80 milliards d’euros. Dans votre projet de loi de finances rectificatives, vous leur faites encore cadeau de 8 milliards d’euros sans contrepartie sociale, écologique, ou d’égalité de genre.

À vous entendre, les incantations suffisent. Vous nous dites : « Le pouvoir d’achat est un combat collectif. […] J’attends des employeurs qui le peuvent qu’ils prennent leurs responsabilités ».

En d’autres termes, aucune contrainte ne pèsera sur les entreprises. Mais à l’inverse, les allocataires du RSA, eux, auront désormais des « devoirs » en contrepartie de leurs droits.

Par conséquent, ceux qui ne voteront pas cette motion seront les partisans de la politique pour les riches, et du RSA conditionné à des heures d’activité gratuites.

Avec votre loi pouvoir d’achat, vous alignez les exonérations de cotisations. Avec les primes prévues, vous donnez des miettes aux salariés en lieu et place d’une augmentation des salaires.

Donc, j’imagine que ceux qui ne voteront pas cette motion seront d’accord avec la mise à sac de la Sécurité sociale et la stagnation des salaires.

Le plus risible, c’est que vous agitez à tout bout de champ la menace de la dette, tout en liquidant méthodiquement les recettes de l’Etat. Quand on veut tuer son chien, on l’accuse d’avoir la rage. Avec toutes ces mesures, vous privez la puissance publique de milliards d’euros pour mieux justifier votre infâme réforme des retraites.

J’en conclus que ceux qui ne voteront pas cette motion seront les partisans de la retraite à 65 ans.

Vous singez l’Etat stratège en annonçant la renationalisation d’EDF. En réalité, c’est la dernière station avant le dépôt de bilan. Votre politique énergétique hasardeuse a précipité notre fleuron national au bord de la faillite. Le groupe pourrait être endetté de 70 milliards d’euros à la fin de l’année. Comme toujours, vous socialisez les pertes, et vous privatisez les profits. Avec vous aux manettes d’EDF, plus rien ne vous empêche d’enclencher le projet Hercule, cher à Emmanuel Macron.

Alors, alors, quelle ironie de voir ceux qui jouent les défenseurs de l’industrie, de la souveraineté nationale à longueur de journée, s’apprêter à cautionner cette gabegie. En d’autres termes, ceux qui ne voteront pas cette motion seront d’accord avec la destruction de notre principal outil de planification énergétique.

Emmanuel Macron disait, récemment, que le « quinquennat sera écologique ou ne sera pas ». Vous avez donc choisi : il ne le sera pas. Là encore, il y a les mots, et il y a les actes.

Les mots, c’est vous, lorsque vous dites : « Nous serons, la première grande nation écologique à sortir des énergies fossiles. ». Les actes, ce sont vos députés européens qui votent le projet de taxonomie pour inclure le gaz et le nucléaire dans les énergies vertes. Les actes, c’est votre gouvernement qui propose, dans la loi « pouvoir d’achat », un article en faveur du gaz de schiste américain. Les actes, c’est ce cadeau à TotalEnergies et Engie, qui n’auront même pas à souffrir d’une étude d’impact environnementale. Et rien sur la sobriété énergétique ou le développement des énergies renouvelables.

Ceux qui ne voteront pas cette motion seront donc les complices de votre inaction climatique.

Alors certes, il y a une chose sur laquelle vous êtes revenue. C’est la déconjugalisation de l’allocation adulte handicapés. On saura, pour la prochaine fois, qu’il vous faut refuser une mesure 6 fois avant que vous ne daigniez l’examiner. Peut-être était-ce pour faire oublier une séquence désastreuse où vous invitiez une femme porteuse de handicap à reprendre le chemin du travail ? Ou simplement, un acte de courtisanerie, la seule chose que vous semblerez concéder aux oppositions.

Pour résumer : qui est d’accord ici pour poursuivre la politique de casse et d’injustice sociale ? Qui est d’accord avec le retour du passe sanitaire ? Avec la destruction de nos services publics, de notre système d’éducation ou de santé ? Qui est d’accord avec le Président des lobbys qui roule pour Uber ?

Car non, Madame la Première Ministre, vous n’avez pas changé. Ni sur le fond, et pas même sur la forme.

Je me souviens d’une époque récente, pendant l’entre-deux tours, où certains d’entre vous parlaient opportunément de « valeurs communes » avec Jean-Luc Mélenchon. Depuis, vous êtes aux abois. Vous peinez à dissimuler votre alliance objective avec l’extrême-droite, alors vous renvoyez dos à dos ce que vous appelez désormais « les extrêmes ».

Malgré tout, vous vous improvisez arbitre des élégances. Nous serions des « zadistes ». Des « brailleurs ». Vous suintez le mépris. Et lorsqu’un pouvoir est bien mal en point, il ne recule devant rien. 

La semaine dernière, la Macronie et ses épigones ont déployé une ingénierie de mesquinerie pour éviter que l’on parle de l’essentiel.

Je ne m’adresse pas à vous Madame la Première Ministre, mais je dis à votre camp : regardez ce que vous faites. Était-il bien nécessaire d’instrumentaliser la mémoire d’un crime contre l’humanité à des fins politiciennes ?

Cet épisode est d’autant plus troublant, qu’il a provoqué en Macronie un émoi inversement proportionnel à l’élection de 89 députés d’extrême-droite, parmi lesquels on trouve sans mal des promoteurs de l’antisémitisme. D’autant plus troublant, qu’il ne masquera pas votre lune de miel avec le Rassemblement National consommée aux yeux de tous. Darmanin souhaite expulser les étrangers ayant commis des actes graves, Marine Le Pen applaudit des deux mains. Madame la Première Ministre, on ne récolte jamais impunément les soutiens de ce côté-là de l’hémicycle. 

Mais voici un bon aperçu de ce dont vous êtes capables, pour maintenir votre pouvoir illégitime et votre cap contre le peuple.

Ce vote mettra au jour ceux qui veulent livrer la guerre sociale et écologique avec vous, et ceux qui mèneront la bataille contre vous.

Collègues, choisissez !

Mathilde Panot