Police : 12 suicides en janvier, LFI seule force politique à alerter

Police. En janvier, 12 policiers se sont suicidés. Cette situation est inacceptable et ne peut plus durer. Cela fait depuis longtemps que les insoumis alertent le gouvernement à ce sujet. En avril 2019, le député Alexis Corbière avait proposé la création d’une commission d’enquête « sur les risques psychosociaux » dans la police, en vain. Les insoumis semblent être les seuls à vouloir s’emparer de cette question. Notre article.

Police : nombreux suicides avérés, faible intérêt de la classe politique

En moyenne, 45 policiers se suicident chaque année. 59 suicides ont été dénombrés en 2019. En ce début d’année 2022, déjà 12 policiers sont passés à l’acte. Les deux derniers ont eu lieu pas plus tard que le week-end dernier. Les deux policiers se sont suicidés à leur domicile, avec leur arme de service. Cela ne peut plus continuer ainsi. Face à cette situation dramatique, les policiers sont abandonnés par le gouvernement. Celui-là même qui les défend quelles que soient les circonstances.

En avril 2019 déjà, un député insoumis avait décidé de se saisir de la question. Ainsi, Alexis Corbière a proposé la création d’une commission d’enquête « sur les risques psychosociaux dans les forces de gendarmerie et de la police nationale et l’évaluation des dispositifs de lutte contre le harcèlement, la dépression et le suicide« . Cette question aurait pu faire consensus pour être traitée rapidement et de façon trans-partisane. Mais il n’en est rien. Jean-Luc Mélenchon était d’ailleurs revenu sur ce sujet lors de l’émission #AlloMélenchon du 1er février 2022.

Police : Mélenchon veut « une refondation de la cave au grenier »

D’aucuns répètent que les insoumis sont « anti-flics ». Le sont-ils vraiment ? Le programme de LFI est tellement anti-flic qu’il propose de recruter 10 000 policiers… Les insoumis souhaitent que leur pays ait une police républicaine, digne de ce nom. La police doit être refondée de fond en comble et ils ont un programme précis pour cela.

En plus du manque d’effectifs auquel les insoumis veulent répondre, les policiers ont besoin d’une meilleure et plus longue formation. Il n’est pas normal que celle-ci dure seulement 8 mois : elle sera portée à 2 ans. Pour son fonctionnement, Jean-Luc Mélenchon a pu expliquer qu’il était contre la politique du chiffre. Il y mettra fin. Pour le maintien de l’ordre et l’amélioration des relations entre la police et les citoyens, les insoumis souhaitent mettre fin aux grandes de désencerclement, aux flash-balls, et aux techniques d’immobilisations létales comme le plaque ventral ou la clé d’étranglement.

Plus précisément sur les suicides, Jean-Luc Mélenchon y était revenu durant sa 139e « Revue de la semaine ». Il cite la façon dont sont employés les policiers « pour les manifestations et autres, dans des conditions affreuses« , dans lesquelles 32 personnes ont été éborgnés. Aucun coupable n’est d’ailleurs connu. Il estime qu’il existe « un régime de la peur » au sein de la police. Il parle ensuite des « conditions matérielles, [des] commissariats qui sont dans un état lamentable, [des] heures supplémentaires que l’on ne peut pas rattraper« . Le candidat de l’Union Populaire déplore cette situation dans laquelle l’organisation policière « pose problème aux policiers et à nous aussi« .

D’ici l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon réfléchit avec le député Ugo Bernalicis à l’organisation d’une réunion réservée aux policiers. L’objectif serait de discuter des propositions des insoumis avec les principaux concernés pour une refonte républicaine de la police. Une rencontre comme celle-ci permettrait d’aller à l’encontre de l’image « anti-flic » colportée par de nombreux responsables politiques et syndicats policiers sur la France Insoumise. Sans rien céder aux syndicats factieux et aux racistes dans ses rangs, Jean-Luc Mélenchon compte reconstruire la police républicaine que la France mérite, pour les citoyens mais également pour les policiers eux-mêmes, dont la souffrance ne peut plus durer. Pour cela, une solution : en avril 2022, le bulletin de l’Union Populaire !

Par Nadim Février