Darmanin prépare une nouvelle unité de « Supers CRS » qui inquiète

D’après des informations révélées par Europe 1, une nouvelle Force d’Appui Rapide devrait être créée dans les prochains mois au sein de la police. Son objectif : renforcer les interventions anti-émeutes à l’aide de « Supers CRS » mobiles et lourdement équipés. La décision du ministère de l’Intérieur soulève déjà de nombreuses critiques parmi les forces de l’ordre.

200 CRS et des 4×4 rapides pouvant franchir des barricades

Le ministère de l’Intérieur a lancé la création d’une nouvelle unité d’élite au sein de la police : la Force d’Appui Rapide (FAR). Composée de 200 CRS, elle aura pour but d’intervenir lors de violences urbaines ou de « troubles graves » selon les informations d’Europe 1. Pour remplir sa mission, ces « Supers CRS » seront équipés de nouveaux matériels d’intervention. Un casque plus léger mais aussi un uniforme anti-feu et des véhicules 4×4 pouvant franchir des barricades. D’autres équipements anti-émeutes pourraient être testés dans le futur au sein de cette nouvelle unité.

La « force » d’intervention sera basée à Bièvres dans l’Essonne. Contrairement aux Brigade de répression de l’action violente motorisée (BRAV-M) uniquement présentes dans quelques grandes villes, la « FAR » devra intervenir sur l’ensemble du territoire et être mobilisable 24h sur 24 et 7 jours sur 7. D’autres unités devraient être créées à l’avenir pour être reparties dans toute la France.

Les policiers pas convaincus par cette nouvelle unité

La mise en place de ces « Supers CRS » provoque de nombreuses critiques au sein des forces de l’ordre. Dans un premier temps à cause de l’absence de concertation avec les représentants des policiers et des CRS. Le ministère de l’Intérieur et la Direction générale de la police nationale ont lancé les grandes manœuvres sans aucune consultation préalable. De quoi mettre en rogne plusieurs syndicats comme Unsa-Police, SGP Police FO ou CRS-VIGI qui remettent en cause cette décision en catimini et l’utilité de la démarche.

Interrogés par plusieurs médias, les syndicats de police dénoncent une opération de communication de la part du ministère. En effet les missions attribuées à cette nouvelle unité font déjà partie du cœur de métier des CRS. Cela représenterait de nouvelles dépenses sans réelle impact. Enfin, le fait de faire intervenir ces « Supers-CRS » sur l’ensemble du territoire tout en étant basés à Paris laisse planer le doute quant à la rapidité d’intervention de cette unité.

Darmanin renforce son arsenal répressif

Après le projet de loi de sécurité globale, largement critiqué, le ministre de l’Intérieur continue de renforcer l’arsenal répressif du gouvernement. La mise en place de ces nouveaux moyens d’interventions s’inscrit directement dans l’escalade sécuritaire engagée depuis le début du quinquennat Macron.

À titre d’exemple, les unités BRAV-M, lancées en 2019 pour réprimer les manifestations de Gilets jaunes ont déjà provoquées de nombreux cas de violences depuis leur création. Elles aussi sont rapides, mobiles, destinées à intervenir en milieu urbain et dotées d’un équipement spécifique. De quoi craindre un bis repetita avec cette nouvelle « Force d’Appui Rapide » ?

Par Maxime Charpotier.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Vous avez aimé cet article ?

Recevez tous les mercredi une sélection de nos meilleurs articles.