Scandale : Macron rattrapé par son passé chez Rothschild à 13 jours du premier tour

Une part de la rémunération d’Emmanuel Macron par la banque Rothschild a-t-elle été versée dans un trust à l’étranger ? Ce sont en tout cas les soupçons qu’émettent les journalistes d’investigation Jean-Baptiste Rivoire et Gauthier Mesmier. Une enquête qui jette le soupçon sur sa déclaration de patrimoine, dont les faibles sommes annoncées ont étonné beaucoup d’observateurs. Le président-candidat avait lui-même avoué « avoir perçu près de 3 millions d’euros entre 2009 et 2013. Il aurait en réalité touché largement davantage, toujours selon les deux journalistes d’investigations, notamment grâce à un juteux « deal » entre Nestlé et Pfizer pour plus de 9 milliards d’euros, « deal» réalisé à l’époque par la banque Rothschild et piloté par Emmanuel Macron en personne. L’enquête « Patrimoine de Macron : où sont passés les millions ? » sort ce soir à 18h sur le site Off Investigation. Notre article.

Macron : une déclaration de patrimoine qui interroge après son passage chez Rothschild

Les soupçons des deux journalistes partiraient des faibles sommes indiquées par le président-candidat dans ses déclarations de patrimoine. En effet, « Emmanuel Macron ne déclarait que 156 000 euros de patrimoine en 2014, 500 000 en 2022« . Ce, alors que l’intéressé avouait lui-même avoir perçu près de 3 millions d’euros entre 2009 et 2013. Déjà en 2017, l’association Anticor avait saisi la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP), pointant « le manque de cohérence entre les revenus et le patrimoine d’Emmanuel Macron. »

Cela a poussé les deux journalistes d’investigation à enquêter de manière plus approfondie sur son patrimoine. Ils se sont penchés sur un « deal » juteux mené par la banque Rothschild : le rachat par Nestlé d’une filiale de Pfizer en 2012 pour plus de 9 milliards d’euros. Or, Emmanuel Macron « était en première ligne » pour cette opération, selon Jean-Baptiste Rivoire : « en avril 2012, Emmanuel Macron a un rôle absolument clé dans ce deal énorme« . Les journalistes auraient de « sérieux doutes sur les honoraires reçus par le chef de l’État en 2012 à l’occasion de ce rachat« .

Toujours selon les deux journalistes « Rothschild aurait donc touché entre 45 et 135 millions d’euros« . Dans cette somme, Emmanuel Macron « aurait très probablement touché entre 5 et 10 millions de ‘bénéfices industriels et commerciaux’. » D’où le titre de leur documentaire disponible à partir de ce soir 18h sur le site Off Investigation : Patrimoine de Macron : où sont passés les millions ? »

Patrimoine de Macron : plusieurs millions dans un trust à l’étranger ?

« Où sont les millions ?« , s’interrogent en effet Jean-Baptiste Rivoire et Gauthier Mesmier. Une personnalité proche de chez Rothschild livre une piste, expliquant que la banque « a conclu des arrangements avec Bercy dans les années 2000 pour que les honoraires de ses associés-gérants ne soient pas forcément fiscalisés en France. » Toujours selon cette source anonyme, une partie importante des rémunérations serait « versée à l’étranger, dans des trusts qui ne sont même pas au nom des associés gérants ou de la banque. »

Les deux journalistes précisent ne pas avoir « de preuve absolue« . Mais ils font part de leurs questionnements face au silence radio de l’Élysée et de Rothschild, malgré de nombreuses sollicitations. Dans sa déclaration de patrimoine, « Emmanuel Macron a l’obligation de déclarer la totalité de ce qu’il possède » et ne peut pas mettre de côté des sommes importantes qui lui auraient été remises à l’étranger, explique Jean-Baptiste Rivoire : « ce ne serait donc pas fiscalement répréhensible, mais il pourrait tomber dans le délit d’omission d’une partie de son patrimoine. »

Le journalisme d’investigation, ennemi de Bolloré et cauchemar de Macron

Jean-Baptiste Rivoire est l’ex-rédacteur en chef de « Spécial Investigation » sur Canal+. Avec l’arrivée au pouvoir sur la chaîne cryptée du groupe Vivendi, le journaliste d’investigation a été placardisé par Vincent Bolloré. Depuis, il joue « au jeu du chat et de la souris » avec le groupe Canal. En décembre 2021, il est assigné aux prud’hommes par ce dernier pour « ses propos tenus dans un documentaire de Reporters Sans Frontières intitulé Le système B« . Ce documentaire « revenait sur les méthodes brutales de Vincent Bolloré pour obtenir le silence des journalistes. » Nous sommes revenus dans nos colonnes sur le cas Vincent Bolloré, expliquant comment il symbolisait « la terreur médiatique au service de l’extrême-droite« . Nombreux sont ceux qui se mobilisent contre lui désormais.

Jean-Baptiste Rivoire a commencé l’année 2022 tambour-battant. En janvier, il a sorti « un livre sur les pressions de L’Élysée sur l’information » intitulé L’Élysée (et les oligarques) contre l’info. Il a sorti également une série-documentaire qui s’appelle Emmanuel, un homme d’affaires à L’Élysée. Elle est disponible gratuitement sur Youtube. Concernant les soupçons d’omission d’une partie de son patrimoine que nous vous avons détaillé, affaire à suivre.

Aujourd’hui, Emmanuel Macron a réagi à la polémique sur les cabinets de conseil qui désormais lui colle à la peau comme le sparadrap du capitaine Haddock. Nous vous en parlions la semaine dernière dans nos colonnes. La défense du président-candidat ne tient pas : « les propos d’Emmanuel Macron traduisent une grande fébrilité« , note le président de la commission d’enquête du Sénat Arnaud Bazin (LR). McKinsey, Rothschild, la macronie commence t-elle à trembler ?