« Blanquer démission » : journée de mobilisation historique dans l’éducation nationale

Des dizaines et des dizaines de milliers de manifestants ont battu le pavé partout en France au cri de Blanquer démission ! La gestion désastreuse de la crise sanitaire par le Gouvernement a entrainé un mouvement de grève massif dans l’Éducation Nationale : 75% de grévistes dans le primaire, 62% dans les collèges et lycées selon les syndicats et près d’une école sur 2 fermée. Dans la rue, il y avait également des personnels de direction, des inspecteurs de l’Éducation nationale, beaucoup d’AED et d’AESH, des médecins et des infirmières scolaires, des parents d’élèves, des territoriaux, des lycéens… Une grève historique. Notre article.

« Blanquer démission » : la réponse au mépris macroniste

Méprisés depuis des mois par Blanquer puis Castex qui annoncent des mesures dans les médias sans aucune concertation avec les personnels et les parents. Sommés d’appliquer des protocoles inapplicables. Pointés du doigt par leur ministre comme « absentéistes » quand ils sont malades. La coupe est pleine !

Tous demandent des protocoles sanitaires protecteurs : des masques, des campagnes de dépistage massives, des capteurs de CO2, des fermetures de classe quand c’est nécessaire, des recrutements d’enseignants sur les listes complémentaires des concours et qu’enfin les mensonges incessants cessent.

L’insoumission en force dans la rue !

Députés, conseillers régionaux, élus départementaux et municipaux de la France insoumise ainsi que les membres du Parlement de l’Union Populaire sont venus soutenir ces revendications. A Paris, Jean-Luc Mélenchon a été longuement applaudi et a pris la parole :

« Vous êtes profs, vous êtes directeurs d’une école les consignent change tous les jours ou tous les deux jours, c’est ingérable ! et puis ils voient bien que les moyens n’y sont pas ! (…) Il est temps de commencer à faire les choses sérieusement ! (…) Si on s’y était pris au premier confinement, on n’en serait pas là aujourd’hui ! »

Anne Hidalgo a quant elle été copieusement huée : les enseignants n’ont pas oublié le bilan catastrophique du parti socialiste et en particulier le gel du point d’indice.

Critiqué au sein même du Gouvernement, Jean-Michel Blanquer a été contraint de bouleverser son agenda et de recevoir les syndicats à la fin de la manifestation… en présence de Jean Castex ! Preuve que le ministre n’est plus capable de gérer la pagaille qu’il a lui-même créée à l’école.

Foule manif
Belle foule massive 1
Blancron
photo 2022 01 13 18 58 37
photo 2022 01 13 18 58 48
photo 2022 01 13 18 59 04
photo 2022 01 13 18 59 14
photo 2022 01 13 18 59 17
Allez