Menaces de mort de l’extrême-droite : Mathilde Panot secoue l’Assemblée nationale

Au lendemain des révélations de StreetPress sur les menaces de mort à l’encontre du candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon, de la députée Danièle Obono, des journalistes Taha Bouhafs et Mathieu Molard et d’un militant syndicaliste, tous dessinés des cibles sur le front par un groupuscule d’extrême-droite, et alors qu’aucun membre du gouvernement n’a toujours daigné réagir, la Présidente des insoumis a secoué l’Assemblée nationale ce mardi 16 novembre 2021. Mathilde Panot a lancé un nouvel appel au gouvernement sur la menace grandissante que fait peser l’extrême-droite sur notre République : « vous taire c’est être complice, n’attendez pas un passage à l’acte. » Son discours.

Monsieur le Président,

Monsieur le Premier ministre,

Dans les milieux de l’extrême-droite la plus crasse, l’impunité règne.

Il y a un mois, la fachosphère déversait sa bile raciste, antisémite, sexiste et ses injures à l’encontre de ma collègue Danièle Obono et de moi-même.

Hier, le journal Streetpress révélait que Jean-Luc Mélenchon et des membres de notre groupe, des journalistes, des juifs et des musulmans étaient ciblés, à nouveau, par des appels au meurtre sur une chaîne Telegram tenue par les mêmes militants.

En l’espace de 2 mois, nous avons porté plainte 2 fois.

Pour de nombreuses personnalités engagées, comme nous, contre l’extrême-droite, ces méthodes nauséabondes ne sont pas nouvelles.

Mais depuis des mois, l’extrême-droite s’en donne à cœur joie, galvanisée par la semi-candidature d’un semeur de haine et par celle de sa comparse. Désormais, elle a son rond de serviette partout : à la radio, à la télévision, dans les journaux. Un torrent de boue déferle sur les réseaux sociaux et ailleurs – partout, le discours raciste, sexiste, antisémite, homophobe déborde.

L’atmosphère médiatique dans notre pays est devenue irrespirable. Il y a quelques semaines, le même journal révélait que des militants d’extrême-droite s’entraînaient au tir sur des caricatures racistes. D’autres projettent des attentats.

Selon les renseignements territoriaux, cette mouvance d’ultra-droite armée représenterait 3000 personnes. Car oui, Monsieur le Premier Ministre, les discours accompagnent, préparent et facilitent les actes, et dans ce contexte, vous taire reviendrait à vous rendre complice du monstre à venir.

Cette menace ne se combat ni par le silence, ni en employant ses mots, ni en chassant sur son terrain. Nous ne devons pas céder un millimètre à sa vision du monde mortifère.

Monsieur le Premier Ministre, le peuple ne rêve pas de s’entre-haïr, il rêve de solidarité, d’entraide, et de vies dignes. Vous ne pouvez pas rester silencieux et passif face à cette extrême-droite qui menace notre République, sème la haine et la violence dans notre pays.

Monsieur le Premier Ministre, n’attendez pas un passage à l’acte pour réagir !

Mathilde Panot.