Contre la casse sociale, des milliers de manifestants partout en France

Les mots d’ordre étaient nombreux pour cette première grande mobilisation interprofessionnelle de rentrée. Réduction du temps de travail, gratuité des maques, hausse des salaires ou encore abandon de la réforme des retraites, la contestation contre la casse sociale orchestrée par Macron et son gouvernement a réuni partout en France des milliers de manifestants.

"La question sociale est le cœur des questions qui se posent"

Organisées à l’initiative de plusieurs syndicats, des manifestations se sont déroulées dans de nombreuses villes de France ce jeudi 17 septembre. Un premier grand rendez-vous de rentrée pour s’opposer à la politique d’Emmanuel Macron.

Dès la matinée, Jean-Luc Mélenchon, président du groupe LFi à l’Assemblée, défilait dans les rues de Marseille en rappelant que « la question sociale doit revenir au cœur des préoccupations ».

L’occasion de remettre sur la table les fermetures d’entreprises, le chômage partiel, le niveau des salaires ou les licenciements. La question sociale est d’autant plus d’actualité que le groupe Bridgestone vient d’annoncer vouloir fermer son site de Béthune et menacer ainsi plus 800 emplois. Une décision jugée  inacceptable par les insoumis. En effet, le cas de Bridgestone vient s’ajouter à celui de plusieurs grands groupes comme Auchan ou Cargill qui ont reçu des aides d’État, qui distribuent de l’argent à leurs actionnaires, mais qui licencient à tour de bras chaque année.

Le député du nord Adrien Quatennens était d’ailleurs présent à Béthune auprès des salariés de Bridgestone.

Travailler moins, travailler mieux, travailler tous

À Paris, de nombreux parlementaires insoumis étaient sur place parmi les manifestants et, comme à Marseille, les revendications sur le thème du travail étaient particulièrement visibles dans les cortèges.

La France insoumise affichait ses propositions pour travailler moins (retraite à 60 ans, 6ème semaine de congés payés), travailler mieux (augmentation des salaires, amélioration des conditions de travail) et travailler tous (réduction du temps de travail, création d’emploi par la planification écologique).

Après les gilets jaunes le 12 septembre, cette nouvelle mobilisation nationale confirme que le bras de fer se poursuivra contre la régression sociale mise en oeuvre par Macron et son gouvernement. Salariés, chômeurs, étudiants, entrepreneurs sont bien décidés à ne pas payer la crise du Covid pendant qu’une minorité en profite.

Par Maxime Charpotier.

La journée de mobilisation en images

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Vous avez aimé cet article ?

Recevez tous les mercredi une sélection de nos meilleurs articles.