JUSTICE D’EXCEPTION : BELLOUBET REFUSE D’Y METTRE FIN

Jeudi 14 mai, l’Assemblée nationale étudiait le projet de loi portant diverses dispositions urgentes pour faire face aux conséquences de l’épidémie du Covid-19.

Ugo Bernalicis a amendé le volet pénal, concernant le prolongement des mesures judiciaires d’exception permettant nombre d’entorses aux procédures classiques. N’ayant pu rester dans l’hémicycle pour défendre ses amendements, son collègue Loïc Prudhomme a pris la parole pour défendre quatre de ses amendements. Tous seront rejetés par la majorité, malgré la période de déconfinement entamée.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Vous avez aimé cet article ?

Recevez tous les mercredi une sélection de nos meilleurs articles.