pouvoir d'achat manon

Sur BFMTV, Manon Aubry s’impose comme candidate du pouvoir d’achat

Austérité VS pouvoir d’achat. Sur le plateau de BFMTV ce lundi 27 mai, la tête de liste insoumise n’a pas mâché ses mots face à ses concurrents. « Vous êtes d’une hypocrisie totale sur ce plateau » a cinglé Manon Aubry, rappelant que « aucun candidat ici ne s’est opposé au marché européen de l’électricité, chacun pourra aller regarder les votes ! ». Responsable de la hausse des factures d’électricité de près de 45% sur deux ans, ce marché a en effet été conforté par un vote au Parlement européen le 11 avril dernier. Le groupe de LFI est le seul à avoir combattu cette réforme.

Dès le début de l’émission, Manon Aubry s’est distinguée en prenant la défense du porte-monnaie de tous les citoyens, face à des concurrents ayant voté les nouvelles règles budgétaires européennes à l’origine du détricotage des services publics. « Le Gouvernement fait la poche aux Français. On peut agir à trois niveaux : blocage des prix, sortir du marché européen de l’électricité, en finir avec l’austérité budgétaire qui sacrifie nos écoles publics, nos hôpitaux » a-t-elle asséné dès son introduction.

Une casse sociale d’ailleurs en grande partie validée par l’extrême droite, les macronistes mais surtout, plus étonnant, les socialistes. Et oui, les mêmes qui se targuent de défendre le pouvoir d’achat des français via leur tête de liste Raphaël Glucksmann ont en réalité voté pour la pire cure d’austérité décidée au Parlement européen en avril 2024. « On a maintenant la troïka Macron-Glucksmann-Meloni ! » avait ironisé Manon Aubry après ce vote funeste.

Souveraineté alimentaire, taxation plus juste, agriculture rémunératrice et respectueuse de l’environnement, production énergétique durable…Face à tous ces thèmes sur BFM, l’insoumise Manon Aubry a porté avec brio le projet insoumis pour les intérêts du peuple, rappelant les batailles déjà menées par les eurodéputés insoumis au Parlement européen. À deux semaines du scrutin du 9 juin, Manon Aubry a réussi à faire du thème du pouvoir d’achat une question centrale de ces élections, et un enjeu majeur du programme des insoumis. Notre brève.

Manon Aubry, candidate du pouvoir d’achat face à l’austérité des macronistes, des socialistes et de la droite

Face aux mesures de casse sociale décidées par le duo Macron-Commission européenne mais aussi les socialistes, le camp insoumis mené par Manon Aubry est bien décidé à riposter. Le vote du de la réforme du Pacte de Stabilité et de Croissance par le Parlement européen a été un coup de plus porté aux millions de Français et d’Européens plongés dans la précarité à cause de ces politiques néolibérales de compression de la dépenses publique.

Dans la continuité de Macron, Attal et Le Maire et leur entêtement à réduire le déficit, le Parlement européen renoue avec les pires exigences austéritaires budgétaires de l’Union européenne. Celles-là même que combat la liste de l’Union Populaire de Manon Aubry. « Une pure folie ! Le 9 juin, la riposte viendra du peuple ! » avait-elle déclaré après le vote au Parlement européen. Une opposition qu’elle a rappelé avec brio sur BFM.

Pour aller plus loin : Austérité en Europe : les socialistes, les macronistes et la droite votent pour le racket

En débat avec les autres têtes de liste ce lundi 27 mai, Manon Aubry a remis à les pendules à l’heure. « Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 20%. Dans ce contexte, le Gouvernement, avec le soutien de la Commission européenne et de l’extrême droite, fait le choix de faire les poches aux Français : réforme de l’assurance chômage, réforme des retraites, augmentation du reste à charge sur les médicaments ».

Elle a ensuite détaillé son plan d’action : « On peut agir à trois niveaux. Premièrement, bloquer les prix de première nécessité en bloquant les marges des entreprises agroalimentaires qui se sont gavés. Deuxièmement, sortir du marché européen de l’électricité qui ont fait exploser les factures des Français de plus de 45% ces deux dernières années. Je suis la seule à m’être opposée au Parlement européen. Troisièmement, en finir avec l’austérité budgétaire qui sacrifie nos services publics, nos hôpitaux, nos écoles et aller chercher l’argent où il est en taxant les superprofits »

Surtout, Manon Aubry a démasqué l’arnaque sociale du Rassemblement national dès le début du débat. Dès son introduction, Manon Aubry a recadré l’extrême droite de Bardella en lui rappelant ses votes gênants contre le pouvoir d’achat :

« Monsieur Bardella, vous prétendez défendre les Français, mais la réalité c’est que vous votez systématiquement contre l’augmentation du SMIC et un salaire minimum européen, l’instauration d’un impôt sur la fortune, le blocage des prix de première nécessité. Dites aux Français que vous avez voté pour le marché européen de l’électricité [qui a fait augmenté les factures d’électricité des Français de 45% en deux ans pour les profits des grands énergéticiens] ! Assumez vos votes ! »

Face à un Jordan Bardella qui n’assume pas ses votes et ne répond pas à la question de Manon Aubry, la tête de liste a mis KO le représentant du RN :

« Monsieur Bardella, vous dites la France aux Français, mais la vérité c’est qu’à Bruxelles vous vendez la France au marché et vous avez refusé de vous opposé au marché de l’électricité et tout le monde l’aura noté ce soir. Je sais que vous n’allez pas souvent au Parlement européen, mais il faut rappeler aux Français ce que vous avez voté ».

Manon Aubry a rappelé plus largement être la seule à être constante et cohérente dans ses positions pour permettre aux citoyens de vivre dignement de leur travail, quel qu’il soit. Elle a dénoncé la « triple hypocrisie » de tous ses concurrents présents sur le plateau de BFM.

« Il y a une triple hypocrisie ici. D’abord sur le marché européen. Ici, personne ne s’est opposé à ce marché. Je suis la seule à avoir voter contre. Deuxième hypocrisie : sur les prix planchers rémunérateurs pour les agriculteurs. Il y a eu une immense crise agricole, et les agriculteurs nous ont dit « Nous voulons vivre de notre travail ». Ce que vous avez fait Madame Hayer, aidée par l’extrême droite, c’est jeter par la fenêtre des normes environnementales sans jamais répondre à leur première demande, celle de vivre dignement de leur travail, quand vous avez refusé les prix planchers ».

Elle conclue : « Dernière hypocrisie, c’est que tout le monde ici siègent dans des groupes qui votent les accords de libre échange. Vos familles politiques votent pour ces accords qui tuent nos agriculteurs. Je suis fière de présider le seul groupe qui s’y oppose ».

Pour aller plus loin : Inflation – Manon Aubry recadre Jordan Bardella en lui rappelant ses votes contre le pouvoir d’achat

Sur BFM, Manon Aubry a rappelé les propositions phares des insoumis pour le pouvoir d’achat

Les insoumis, eux, ont proposé nombre de mesures pour le pouvoir d’achat des Français mais aussi de tous les Européens. Manon Aubry a rappelé ces propositions sur BFM dès les premières minutes du débat : blocage des prix, sortie du marché de l’électricité, taxe sur les superprofits. Voici les trois mesures d’urgence présenté par Manon Aubry, qui s’accompagnent d’un plan d’action plus large.

Pierre angulaire du programme, « Sortir de l’austérité et partager les richesses » constitue en ce sens le tout premier chapitre du programme des insoumis disponible en ligne. Manon Aubry a déclaré a plusieurs reprises vouloir faire du 9 juin un « référendum contre l’austérité et le racket social de Macron ». La France Insoumise se bat notamment depuis des années, pour l’abandon des critères de Maastricht (l’obligation d’un déficit inférieur à 3% du PIB et 60% du PIB), inventés « sur un coin de table » dans les années 80 pour des raisons politiques, sans aucun fondement économique.

Contre les règles budgétaires européennes, contre le sacrifice des services publics, contre la pauvreté et le gavage de quelques milliardaires, la France insoumise bataille pour un plan européen d’investissement pour la bifurcation écologique et social, et la taxation des superprofits.

Ce soir en grand débat BFM face à ses concurrents, Manon Aubry a une fois de plus démontré la force et le sérieux du projet insoumis pour le porte-monnaie du peuple. Pouvoir d’achat VS austérité en Europe : voilà la ligne de clivage qui se dessine entre le camp insoumis et les néolibéraux pour les élections du 9 juin.

Pour aller plus loin : Élections du 9 juin : l’insoumise Manon Aubry veut fixer un salaire maximal pour les PDG

Partager

Vous avez aimé cet article ?

Recevez chaque semaine une sélection de nos meilleurs articles en vous abonnant.

Les + vus

Soutenez les médias insoumis !

Abonnez-vous à l’ensemble des médias insoumis et recevez à votre domicile l’hebdo et le magazine de l’insoumission.