Macron électricité

LFI lance une pétition contre la hausse de 200 euros par an des factures d’électricité

Hier, la déclaration de Bruno Le Maire a secoué des millions de foyers. Le ministre de l’Économie et des finances a confirmé que les factures d’électricité allaient bondir de 10% au 1er février 2024 par la réintroduction d’une taxe, soit près de 200 euros en plus à payer, par an et ce, pour tous les ménages. La décision a été prise sans la moindre justification et « sans lien avec les coûts réels de production de l’électricité en France » souligne l’UFC Que Choisir, qui s’alarme des « conséquences dramatiques qu’elle aurait sur les ménages ». L’association de consommateurs a demandé un « gel des tarifs », proposition balayée d’un revers de la main par le ministre de l’Économie.

Au total, avec cette hausse de 10% qui s’ajoute à celle de 25% sous 2023, le prix de l’électricité aura augmenté de 37,5% sur un an. Une situation insupportable pour des millions de foyers, à commencer par les 11 millions de pauvres que compte le pays, dans un contexte où tout augmente sans que les salaires ne suivent. Les associations telles qu’UFC-Que Choisir ne sont pas les seules à alerter. Côté insoumis, le mouvement de Jean-Luc Mélenchon a lancé une pétition pour « exiger du président de la République et de son gouvernement qu’ils renoncent à cette augmentation inacceptable ». Une pétition utile et à relayer pour éviter que les compteurs ne s’affolent de plus belle en février. Notre brève.

Retrouvez le lien de la pétition en cliquant ici.

Électricité : Plus d’un quart des Français et 80% des moins de 35 ans ont froid chez eux

Cette augmentation décidée par le gouvernement se fait « sans lien avec les coûts réels de production de l’électricité en France » souligne UFC-Que Choisir. L’association s’alarme des « conséquences dramatiques qu’elle aurait sur les ménages » et demande un « gel des tarifs ». En effet, cette explosion de leurs factures inquiète les Français. Plus d’un quart d’entre eux déclarent avoir froid chez eux. 80% des moins de 35 ans se disent dans cette situation. Entre la hausse de 20% des prix alimentaires sur deux ans, l’inflation généralisée, de nombreux Français n’arrivaient déjà plus à joindre les deux bouts. Une telle augmentation constituerait un véritable coup de massue, avec, pour certains l’obligation de choisir : augmenter le chauffage ou éviter de rater un repas ?

Pour aller plus loin : Hausse de 10% des tarifs de l’électricité en 2024 – Bruno Le Maire confirme et refuse tout gel des tarifs

Mathilde Panot, présidente du groupe parlementaire insoumis, a fait part de son exaspération ce matin sur BFM TV : « En 2 ans, il y aurait une augmentation de +37,5% de la facture d’électricité. C’est irresponsable ! On a déjà des gens qui ont froid chez eux […] Nous demandons solennellement au gouvernement de renoncer à la hausse de 10% sur les prix de l’électricité. D’ailleurs, nous avons lancé, avec le mouvement insoumis, une pétition que tout le monde peut aller signer ! ».

Alors que les températures sont négatives ou autour de zéro sur une grande partie du pays, le droit à l’énergie devrait être au cœur du débat. Comme le blocage des prix, la sortie du marché européen, également responsable de la hausse des prix de l’électricité, est une proposition portée de longue date par La France insoumise et Jean-Luc Mélenchon. Dans le 7ᵉ puissance du monde, il est inacceptable que des sans-abri meurent de froid dehors, que des millions de personnes aient froid chez elles parce qu’elles n’ont pas les moyens de se chauffer convenablement. Entre Emmanuel Macron, Bruno Le Maire et les Français, le courant ne passe définitivement plus.