1er mai : tous dans la rue contre la retraite à 65 ans

Dimanche 1er mai, des manifestations sont organisées partout en France pour la journée de lutte pour les droits des travailleurs. Elle est l’occasion pour les Français d’affirmer leur opposition à Emmanuel Macron et à son programme de casse sociale. Cette journée prend une importance toute particulière à la suite de la réélection du candidat de l’extrême-argent face à une extrême-droite toujours plus haute. Ce dimanche annonce le début de la grande bataille des retraites, avant le 3ème tour de l’élection présidentielle qui permettre au peuple français de trancher : retraite à 65 ans avec un gouvernement Macron, retraite à 60 ans avec un gouvernement Mélenchon. À Paris, le cortège s’élancera depuis la place de la République à 14h30. Notre article.

1er mai : dans la rue contre Macron et son monde

Dimanche 24 avril, Emmanuel Macron a été réélu président de la République. La couleur de son quinquennat est déjà annoncée. Pendant 5 ans, il a mené une politique casse sociale : réforme de l’assurance-chômage, précarisation accrue du marché du travail, casse de l’école publique, de l’Hôpital public, de la Justice.

Pour son nouveau mandat, les annonces sont déjà faites : attaque du RSA en obligeant ses bénéficiaires à travailler gratuitement, nouvelles attaques contre l’école publique, de nouveaux cadeaux au capital. Mais surtout une nouvelle réforme des retraites pour faire passer l’âge de départ à 65 ans. Bruno Le Maire n’a d’ailleurs pas exclu un passage en force à l’Assemblée nationale grâce au fameux article 49.3. La bataille des retraites commence ce dimanche 1er mai dans la rue.

Dimanche, c’est la première occasion que le peuple aura de signaler à Emmanuel Macron qu’il est pleinement mobilisé contre lui, qu’il est contre la retraite à 65 ans et contre son monde. Il a été le 2ème président le plus mal-élu de la 5ème République, dans un océan d’abstention et de bulletins nuls. Sans parler des 42% de ses électeurs qui ont simplement voulu barrer la route à l’extrême-droite. Non, le pays ne se réjouit pas à l’idée d’avoir un président des riches pour cinq années de plus.

Défendre les droits des travailleurs et un autre monde

Le 1er mai s’inscrit dans l’histoire du mouvement ouvrier. Les droits sociaux ont été conquis de haute lutte par les travailleurs pendant des décennies. C’est ce combat qui est commémoré chaque 1er mai. C’est cette bataille que nombreux s’engagent à poursuivre chaque année.

Les insoumis y défendront entre autres l’augmentation du SMIC à 1400 euros net, la 6ème semaine de congés payés, la réduction du temps de travail, dans la journée (8h), dans la semaine (35h maximum) et dans la vie (retraite à 60 ans). « Quoi qu’il arrive, ne baissez jamais la tête » avait rappelé Jean-Luc Mélenchon devant ses soutiens le soir du premier tour. Le message est passé, pour le 1er mai d’une part, pour les élections législatives qui arrivent d’autre part. Rendez vous dimanche !