Pesticides : un rapport dérangeant enterré par la macronie

Pesticides. Le gouvernement a caché un rapport dressant un bilan plus que décevant « des dernières années d’actions politiques en matière de réduction de l’usage des pesticides« , selon l’association France Nature Environnement. Il pointe l’échec flagrant du plan Ecophyto dont l’objectif est de diviser par deux d’ici à 2025 l’usage des pesticides en France. Plus largement, le rapport nous rappelle le bilan calamiteux de la macronie sur le sujet, entre promesses non-tenues et réintroductions de pesticides comme les néonicotinoïdes. Notre article.

Un rapport dérangeant pour la macronie mis sous le tapis

Il s’agit d’un rapport confidentiel qui a été remis au ministre de l’Agriculture. Commandé en juillet 2020 par le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, il a été remis en mars 2021, mais non rendu public. Le rapport a pointé les faiblesses du plan Ecophyto lancé sous Nicolas Sarkozy, puis relancé sous François Hollande et enfin sous Emmanuel Macron. Le compte n’y est pas : « le report de 2018 à 2025 de l’objectif d’une division par deux » de l’usage de pesticides n’y a rien changé.

Les quantités vendues ont par ailleurs augmenté en France : « + 34 % pour les fongicides sur la période 2016-2018 par rapport à 2009-2011, + 25 % pour les herbicides ou encore + 6 % pour les insecticides« . Sans parler de la gestion du plan Ecophyto qui est « incomplète » en plus de « manquer de visibilité« . Le rapport pointe également à la fois les promesses non-tenues et les retours en arrière de la macronie sur la question des pesticides.

Néonicotinoïdes, glyphosate : sur les pesticides, zéro pointé pour la macronie

« Les renoncements ont été nombreux avec la poursuite de l’utilisation des néonicotinoïdes et du glyphosate« , selon France Nature Environnement. Concernant les néonicotinoïdes en effet, les macronistes ont ré-autorisé l’utilisation de ces pesticides tueurs d’abeilles, de la biodiversité et des agriculteurs le 30 octobre 2020. Ce, malgré une opposition populaire massive car « 7 Français sur 10 se sont dits opposés à cette dérogation » et aussi malgré l’appel de « 31 organisations environnementales« .

Comment oublier la promesse non-tenue sur le glyphosate ? En 2020, Emmanuel Macron promettait une interdiction du glyphosate sous 3 ans. En 2020, on attendait encore. Est-ce que la situation a évolué depuis ? Pas du tout. L’inconscience du danger que constituent les pesticides est flagrante. Emmanuel Macron ne sait sans doute pas qu’aujourd’hui « près de deux tiers des fruits, légumes et céréales de l’agriculture conventionnelle commercialisés en France contiennent au moins un résidu de pesticide. »

Voici ce que l’on peut lire dans l’un des plans de l’Avenir en Commun intitulé « Bien nourrir tout le monde » : « pour protéger la biodiversité et la santé des dangers des pesticides, le Parlement interdit immédiatement les néonicotinoïdes et le glyphosate. » Dans le cadre du protectionnisme écologique que les insoumis veulent mettre en place, cette interdiction s’appliquerait aussi sur les produits importés pour ne pas pénaliser les agriculteurs. Pour une révolution alimentaire et agricole sans pesticides, un seul vote les 10 et 24 avril : celui de l’Union populaire, celui de Jean-Luc Mélenchon.