SONDAGE – Mélenchon en forte hausse (+4)… notamment chez EELV (+8)

C’est le principal enseignement du sondage « baromètre politique du Figaro Kantar-Onepoint pour le mois de Septembre 2020 » : à la question « souhaitez-vous lui voir jouer un rôle important au cours des mois et des années à venir ?« , Jean-Luc Mélenchon s’envole à 28% avec +4 points d’opinions favorables. Il s’établit en tête des personnalités classée à gauche dans ce classement et enregistre +8 points chez les sympathisants EELV. Une belle séquence pour le chef de file des insoumis.

Jean-Luc Mélenchon s’envole chez les sympathisants EELV, Yannick Jadot boudé par son propre camp

C’est une belle séquence pour le chef de file des insoumis. Après des universités d’été où son discours de clôture, centré sur l’urgence écologique et les causes communes a marqué les esprits, Jean-Luc Mélenchon était ce dimanche 30 août sur le plateau de Questions Politiques. « Rassembleur », « philosophe », « visionnaire », « en propositions »… ces mots sont ceux de Françoise Fressoz, Nathalie Saint-Cricq, Laurence Peuron et Ali Baddou pour qualifier le député de Marseille. La journaliste du Monde est même allée jusqu’à qualifier Jean-Luc Mélenchon d' »hégémonique » sur la question de la planification. Durant toute la séquence du confinement, les insoumis ont en effet réclamé la planification de la mobilisation sanitaire, puis celle du déconfinement économique. À l’occasion des campagnes présidentielles de 2012 et de 2017, Jean-Luc Mélenchon avait également martelé l’urgence de mettre en place une planification écologique.

Bonne nouvelle pour le député insoumis : il semble que ses propositions soient de plus en plus partagées et entendues. Dans le baromètre politique de rentrée du Figaro, Jean-Luc Mélenchon décolle en effet avec +4 points d’opinions favorables. Fait intéressant, il gagne 8 points d’opinion favorable chez les sympathisants EELV. Yannick Jadot, de son côté, chute de… 9 points chez ses propres sympathisants. Le seul candidat déclaré chez EELV, peinerait donc à convaincre son propre camp. Son discours favorable au capitalisme européen aux universités d’été du MEDEF n’a pas dû aider. Il semblerait qu’entre l’écologie libérale de Yannick Jadot (-9 ) et l’écologie populaire de Jean-Luc Mélenchon (+8), les sympathisants écologistes aient tranché.

Une belle séquence pour les insoumis et pour Jean-Luc Mélenchon

Omniprésents à l’Assemblée nationale, mobilisés dans la rue aux côtés des gilets jaunes et durant la très longue bataille parlementaire des retraites, puis force de proposition depuis le début de l’épidémie de Covid-19, les insoumis sont sur tous les fronts. Création d’un pôle public du médicament, nationalisation de Luxfer, seule entreprise sur le sol européen à créer des bouteilles d’oxygène médicale, annulation des dettes publiques détenues par la Banque centrale européenne, bifurcation écologique… les députés insoumis ont déposé de nombreux projets de lois pour être utiles au pays durant le confinement. La gratuité des masques, réclamée depuis le 29 avril par les insoumis, rencontre un écho particulièrement fort dans la population. Un sondage indique en effet que 78% des Français soutiennent la proposition de loi des insoumis visant à instaurer la gratuité des masques.

Cette séquence s’est traduite par une rentrée politique remarquée, les « AMFiS », les universités d’été des insoumis qui se sont déroulées du 20 au 23 août à côté de Valence. Plus de 150 intervenants et intervenants extérieurs aux insoumis ont participé à plus d’une centaine de débats et de conférences. La venue du maire EELV de Grenoble Éric Piolle aux AMFiS, a notamment été remarquée. À l’instar de celle de Raphaël Glucksmann, venu débattre de la souveraineté avec l’eurodéputé insoumis Manuel Bompard. Ou encore des visites de Philippe Martinez (CGT), Aurélie Trouvé (ATTAC) et Jean-François Julliard (Greenpeace), venus débattre de la reconstruction après la crise du Covid-19 et de la bifurcation écologique et sociale. Des AMFiS ouverts et rassembleurs conclus par un meeting remarqué de Jean-Luc Mélenchon le dimanche 23 août, qui a expliqué qu’il prendrait sa décision pour une éventuelle candidature à l’élection présidentielle en octobre.

Par Pierre Joigneaux.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Vous avez aimé cet article ?

Recevez tous les mercredi une sélection de nos meilleurs articles.