Police : ce que propose vraiment Mélenchon

Présent, le 13 juin, à une manifestation contre le racisme et les violences policières, Jean-Luc Mélenchon a déclaré aux caméras de BFMTV vouloir « une police aussi désarmée que possible pour qu’elle inspire le respect aux citoyens. » Précisant que l’objectif des policiers « ne doit pas être de faire peur, mais d’être respecté. »

« Police aussi désarmée que possible », une idée loin d’être « baroque » pour plusieurs pays européens

Quelques jours plus tard à l’Assemblée nationale, et après les violents affrontements qui se sont tenus à Dijon, le Premier ministre balayait d’un revers de la main la possibilité d’avoir une police désarmée, arguant qu’il s’agissait d’une « idée baroque ».

Pourtant, dans plusieurs pays européens les policiers sont bien moins armés qu’en France. En Allemagne, Royaume-Uni, Belgique, Suède, Finlande, Irlande, Norvège et Autriche, l’usage des LBD et des grenades est totalement proscrit pour le maintien de l’ordre, l’encadrement des manifestations. Contrairement en France, où ces armes ont déjà causé plusieurs mutilations comme des yeux crevés et des mains arrachées, notamment lors du mouvement des Gilets Jaunes. Avec la France, seulement 3 autres pays européens autorisent l’utilisation sans limite de ces armes par la police, dont la Turquie d’Erdogan.

Opposer l’idée de désarmer la police avec les affrontements à Dijon : des arguments fallacieux

Après la déclaration de Jean-Luc Mélenchon le 13 juin, de nombreux hommes politiques de droite et d’extrême-droite comme le député LREM Raphaël Gauvain et le porte-parole du RN Sébastien Chenu ont critiqué cette idée à l’aulne des affrontements dijonnais. Pourtant, les arguments utilisés sont souvent fallacieux.

Jean-Luc Mélenchon s’est expliqué plus longuement sur sa vision de la police lors d’une interview sur le plateau de LCI. Concernant les violences à Dijon, il répond : « Il y a des unités de police et de gendarmerie spécialisées dans ce type de violences. C’est le RAID et le GIGN. Les tâches de police sont différentes. Je n’ai jamais proposé de désarmer le GIGN ou le RAID ! ». Le président du groupe parlementaire de la France insoumise propose en revanche de « désarmer la police qui fait la circulation, désarmer la police qui vient dans les manifestations ou qui est au commissariat ». Il justifie cette idée par le fait que « la vue d’un homme ou d’une femme désarmé porteur de l’autorité vous conduit vous-même à une certaine retenue quand le ton monte ». Avant de revenir à une idée déjà évoquée le 13 juin : la police doit inspirer le respect et non la peur, « l’État, comprenez ça, l’autorité de l’État ne dépend pas des revolvers. Elle dépend du consentement à l’autorité. »

En résumé : Jean-Luc Mélenchon propose de désarmer la police en contact avec la population, et notamment la police en charge de l’encadrement des manifestations, comme c’est le cas dans d’autres pays européens. Il est nullement question de désarmer le RAID et le GIGN, qui sont des unités spécialisées dans les missions dangereuses et ont des tâches de police spécifiques.

Par Flore Cathala.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Vous avez aimé cet article ?

Recevez tous les mercredi une sélection de nos meilleurs articles.