« La France est un paradis fiscal : 2% d’impôt seulement pour les 380 familles » : l’alerte de l’économiste Gabriel Zucman

2% d’impôts seulement, c’est ce que payent les 380 familles les plus riches du pays. Vous avez bien lu. Seulement 2% d’impôts. Un rappel salutaire de l’économiste Gabriel Zucman sur le plateau de l’émission C Ce soir, mercredi 18 janvier 2023. « La France est un paradis fiscal pour les ultrariches », dénonce l’économiste proche de Bernie Sanders et Alexandria Occasio Cortez.

La France championne du monde des taxes ? Pas pour les gros. Désintox économique : la France est un paradis fiscal pour milliardaires. Avec Emmanuel Macron au pouvoir, les assistés d’en haut peuvent dormir sur leurs deux oreilles : pas de taxe sur les super-profits, suppression (très) rapide de l’ISF, flat tax sur les revenus du capital, suppression de l’exit tax… Et ainsi de suite.

Et aujourd’hui, le gouvernement veut décaler l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans. Sa raison ? « Sauver notre système de retraite ». Une taxe de 2% sur la fortune des milliardaires français suffirait à financer ce déficit. C’est aux ultras riches de participer à l’effort collectif, pas aux Français de travailler deux années supplémentaires pour financer leurs cadeaux. Notre brève.

Seulement 2% d’impôt pour les 380 plus riches ménages français : l’économiste Gabriel Zucman lance l’alerte

L’émission C Ce soir du 18 janvier 2023 s’intitulait « Mondialisation : la fin d’un mythe ? ». Lors d’une partie nommée « Ultrariches : la fête est finie ? », l’économiste Gabriel Zucman a réalisé une mise au point salutaire. Difficile de critiquer les milliardaires sur un plateau sans être taxé d’« anti-riches ». Sauf lorsque l’on est un économiste reconnu pour ses travaux sur les inégalités sociales et les paradis fiscaux comme Gabriel Zucman.

L’économiste commence à dénoncer un double-discours existant lorsque les « milliardaires » sont évoqués de manière générale sur des plateaux télé : « C’est toujours les milliardaires des autres pays qui posent problème […] Mais non en France, nos milliardaires sont vertueux, mais le problème ce sont les milliardaires américains ! ». Quel est le problème lié aux milliardaires français ? « Une des spécificités des milliardaires français, c’est qu’ils paient vraiment particulièrement peu d’impôts : la France est un paradis fiscal pour les ultrariches, il faut le dire », assène Gabriel Zucman.

Devant un plateau quelque peu interloqué, l’économiste continue son argumentation : « les milliardaires français ne paient quasiment aucun impôt sur le revenu parce qu’ils peuvent se payer des dividendes qu’ils gardent dans leurs sociétés holding, donc ils ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu des personnes physiques, il n’y a plus d’Impôt Sur la Fortune (ISF). […] Si vous regardez les taux effectifs d’imposition pour les très très grandes fortunes françaises, les 380 ménages aux revenus les plus élevés donc les 0,001%, leur taux effectif d’impôt sur le revenu, c’est de l’ordre de 2% ». La France est un paradis pour les milliardaires.

La France, paradis des milliardaires

Combien de fois avez-vous entendu un « expert » économique ou un éditorialiste de plateaux fustiger le taux d’imposition trop élevé en France, surtout celui des plus riches ? Ou expliquer que la France fait vivre un enfer à ses habitants les plus fortunés ? Un vieux refrain ronflant : la France est championne du monde des milliardaires. Un vieux disque rayé, comme celui des « milliardaires méritants qui ont réussi sans l’aide de personne ». En effet, 80% des milliardaires sont des fils à papa : leur fortune vient en très large partie de ce qu’ils reçoivent en héritage.

Entre 2009 et 2022, le patrimoine des milliardaires a bondi de 439 % en France. En Allemagne, ce chiffre n’est « que » de 175%. La France, un « enfer fiscal », vraiment ? On se moque du monde. Avec Emmanuel Macron au pouvoir, les assistés d’en haut peuvent dormir sur leurs deux oreilles. « Le président des ultrariches », selon l’expression des Pinçon-Charlot, a eu le temps d’être généreux avec eux : suppression (très) rapide de l’ISF, flat tax sur les revenus du capital, suppression de l’exit tax…

image 40

Malgré une inflation à 7% en janvier et en février selon l’INSEE, malgré une explosion des prix de l’énergie menaçant de nombreux petits commerces de fermeture depuis de longues semaines, le camp présidentiel n’a jamais voulu mettre à contribution les profiteurs de crise. Même si ces derniers ont engrangé des fortunes, et « en même temps » de nombreux Français ont plongé dans la précarité.

Aujourd’hui, le gouvernement veut décaler l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans. Sa raison ? « Il faut sauver notre système de retraite », soi-disant en danger à cause d’un faible déficit. Une taxe de 2% sur la fortune des milliardaires français suffirait à le financer ce déficit. C’est au capital français de payer, pas aux Français de trimer jusqu’à à 64 ans.