Retraite à 64 ans : le coup fatal de Macron aux associations ? 

Reporter de deux ans l’âge légal de départ à la retraite aurait des conséquences dramatiques pour les associations. La suppression de l’impôt sur la fortune (ISF) avait déjà fortement diminué les dons aux associations. La suppression des contrats aidés avait diminué les capacités d’emploi des associations. Avec sa retraite à 64 ans, c’est le nombre de bénévoles qui chuterait drastiquement.

Le temps libéré par les conquêtes sociales n’est pas du temps perdu, gâché comme l’imaginent les libéraux pour qui tout ce qui ne permet pas d’accumuler un maximum de pognon est inutile. Bien au contraire, ce temps libéré du capitalisme est du temps utile, utile pour soi et surtout utile aux autres. Aujourd’hui 50% des présidents d’association sont des personnes retraitées et 40% des maires des petites communes sont des retraités. Notre article. 

Emmanuel Macron, pourfendeur de la solidarité

Décidément, Emmanuel Macron semble s’être juré d’en finir avec la belle vitalité du tissu associatif de la Nation française. Déjà en 2018, la suppression de l’ISF avait conduit à un effondrement des dons aux associations. De 270 millions d’euros en 2017, ce montant était passé à 120 millions dès 2018. Ce cadeau aux plus riches a donc conduit à une baisse de 55% des financements des actions de solidarités au profit des plus nantis du pays. 

La même année, la suppression progressive des contrats aidés (achevée en toute discrétion en 2022) a également gravement impacté le secteur qui concentre plus du tiers des emplois aidés. Perte nette pour les associations : un milliard d’euros de financement chaque année. Et on ne parle pas du prix du malheur de ces gens heureux d’être aidés à pouvoir consacrer leur vie professionnelle à l’action association. 

La retraite à 64 ans : coup de massue pour les associations

Nouveau mandat, même mantra : assécher les mécanismes de solidarité. Avec le report de l’âge légal de départ en retraite à 64 ans, ce sont les forces bénévoles qui font vivre les associations qui sont menacées. Comme l’a rappelé Jean-Luc Mélenchon, jeudi 12 janvier 2023 sur France 2 : « 50% des présidents d’association sont des personnes retraitées et 40% des maires des petites communes sont des gens retraités ». 

Le temps libéré par les conquêtes sociales n’est pas du temps perdu, gâché comme l’imagine les libéraux pour qui tout ce qui ne permet pas d’accumuler un maximum de pognon est inutile. Bien au contraire, ce temps libéré du capitalisme est du temps utile, utile pour soi et surtout utile aux autres. 

« Quand vous êtes grands-parents, vous vous occupez de vos petits-enfants. Mais le fait qu’il y ait une vie de famille, qu’il y ait une cohérence intergénérationnelle, c’est possible comme ça. Et celui dont le conjoint est malade, et s’en occupe, mais qui va payer pour ça ? » s’était indigné Jean-Luc Mélenchon sur France 2. Dans tous leurs calculs d’économie, le gouvernement Macron oublie de compter le prix du malheur. De ces familles déstabilisées quand les parents comptent sur l’aide des grands-parents pour s’occuper des plus jeunes. De ces associations qui auront le plus grand mal à trouver de nouvelles personnes bénévoles.  

Scoop : pour être bénévole dans une association, il faut être en bonne santé

Or, l’espérance de vie en bonne santé n’augmente que très lentement depuis 20 ans. D’après la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), elle est même stable depuis 10 ans à 64,1 ans pour les femmes et 62,7 pour les hommes. Le report de l’âge légal conduirait donc à ce qu’en moyenne, les Français n’arrivent plus à la retraite en bonne santé.

Est-ce vraiment une mauvaise chose du point de vue des libéraux en général et du gouvernement Macron en particulier si le peuple a moins de temps pour s’opposer à ses politiques anti-sociale, anti-écologique et anti-démocratique ? 

Les forces que le peuple peut consacrer à l’entraide, à la protection de l’environnement ou à l’activisme démocratique risquent donc dramatiquement diminuer. Si la contre-réforme des retraites passe. Mais 80% des Français y sont opposés. La bataille ne fait que commencer.

Par Ulysse