Scandale : Total et Renault ne payent pas un seul centime d’impôt en France

Total et Renault ont payé… zéro euro d’impôts en France en 2021. Vous avez bien lu : pas un centime d’euro d’impôts payé à l’État pour ces deux mastodontes du CAC 40. Pour des bénéfices respectifs nets de 15 900 et 967 millions d’euros en 2021 dans le monde. Concernant l’ensemble du CAC 40, le record de bénéfices nets de 2007 a été pulvérisé : les entreprises du CAC ont réalisé 174 milliards d’euros de bénéfices en 2021. Le capital s’est gavé comme jamais.

28 sociétés du CAC 40 ont payé seulement 9,8 milliards d’euros d’impôts à la société, soit… 4,5% de leurs bénéfices mondiaux avant impôts. La France, un enfer fiscal ? Le constat est limpide : une caste fait aujourd’hui cession en France et se croit au dessus des lois communes. Une poignée de séparatiste qui confisque toutes les richesses dans un océan de misère, qui piétine chaque jour le principe d’Égalité républicaine. Des ennemis de la République auquel il devient vital de s’attaquer. Notre article.

Total et Renault assument de ne pas payer d’impôts en France

« Commençons par celles qui assument ne rien payer. Elles sont deux. Renault et Total. », écrivent Mathieu Aron et Caroline Michel-Aguirre dans L’Obs. L’hebdomadaire titre cette semaine « Impôts : les privilèges du CAC 40 ». Aucun impôt payé en France pour Total, alors que la multinationale a réalisé près de 16 milliards de bénéfices dans le monde en 2021 et qu’elle emploie 35 000 salariés sur le territoire. Sans parler de l’explosion des prix de l’essence, aujourd’hui à plus de 2 euros le litre. Mais hors de question pour Total de rogner sur ses marges pour faire un peu baisser le prix du carburant à la pompe.

De son côté, Renault paye également zéro euros d’impôts, alors que son bénéfice est de près de 1 milliard d’euros dans le monde. Une certaine idée de la solidarité nationale. Ce, alors que la crise sociale fracasse les Français et que notre pays a plus que jamais besoin de partager les richesses colossales qu’il produit chaque année. D’ailleurs, Renault et Total assument de ne pas payer d’impôts en France, alors que les deux entreprises sont françaises. Cherchez l’erreur.

174 milliards d’euros de bénéfices pour les entreprises du CAC40 en 2021

Le record de 2007 (100 milliards de bénéfices sur une année) est pulvérisé. Le capital s’est gavé comme jamais. Ce chiffre est même supérieur aux prévisions réalisées par l’Agence Bloomberg (137 milliards d’euros) et par « Les Echos » (160 milliards). En 2021, les compteurs ont explosé. Les entreprises du CAC 40 ont réalisé 174 milliards d’euros de bénéfices. De même pour les rémunérations des patrons du CAC 40 qui ont atteint des sommets. Les patrons du CAC 40 vont toucher 7,4 millions d’euros en moyenne cette année. Si un travailleur au SMIC voulait gagner autant, il devrait travailler depuis… le règne de François 1er. De tels chiffres font tourner la tête.

Il paraît que l’argent des premiers de cordées devrait ruisseler sur le reste des Français. Ceux qui subissent de plein fouet la crise sociale n’en ont toujours pas vu la couleur. Les entreprises du CAC 40 se gavent de bénéfices, certaines d’entre elles esquivent l’impôt comme Renault et Total, et poussent des cris d’orfraie dès qu’on leur parle de partager les richesses. Pendant ce temps, les 38 millions de Français gagnant moins de 2000 euros par mois n’ont plus que 55 euros sur leur compte bancaire le 10 du mois.

Qu’est-ce que l’on attend pour partager les richesses ? La NUPES, l’alliance historique de la gauche, propose de mettre en place une taxe exceptionnelle sur les profiteurs de crise, et d’augmenter les impôts pour les plus riches. De son côté, la macronie préfère distribuer des chèques que d’augmenter les salaires. Toujours plus pour le capital, toujours moins pour le travail. Cela ne peut plus durer.