Mélenchon dénonce la « classe d’assistés » devant 8 000 personnes à Montpellier

Jean-Luc Mélenchon était en meeting à Montpellier devant 8 000 personnes ce dimanche. Une véritable démonstration de force pour le candidat de l’Union Populaire qui a réalisé son plus grand meeting. La ferveur était au rendez-vous, l’énergie militante contagieuse, l’espoir de la victoire dans toutes les têtes.

Ce meeting a conclu une semaine très intense pour les insoumis, marquée notamment par la prestation réussie de Jean-Luc Mélenchon durant l’émission Elysée 2022 jeudi 10 février. Émission pendant laquelle les éloges se sont succédés, venant même du président du MEDEF. Le meeting de Montpellier est venu achever une semaine où les insoumis ont arboré de larges sourires. Après le tour de force du meeting de Nantes, le meeting de Montpellier a marqué les esprits et a fait monter d’un cran l’intensité de la campagne côté insoumis.

Le meeting a commencé par de courtes prises de paroles : Geneviève Legay, gilet jaune victime de violences policières, Claire Lejeune, figure des marches pour le climat ou encore Didier Maïsto, ancien directeur de Sud Radio. Ils ont raconté leurs luttes, et les raisons qui les ont poussées à rejoindre l’Union Populaire. Puis, Jean-Luc Mélenchon est entré en scène.

Devant 8 000 personnes Jean-Luc Mélenchon a dénoncé le parasitisme du capitalisme financier et la « classe d’assistés » que constitue le capitalisme français. Il a comparé les chiffres du déficit de l’Etat (140 milliards d’euros) et ceux des aides versées aux grandes entreprises : le CICE (40 milliards d’euros), le crédit impôt recherche (20 milliards) et les autres aides directes (80 milliards). L’addition faite, il assène : « Le déficit de l’Etat est égal aux sommes que l’on a données au Capital cette année. Autrement dit, le capitalisme français est une classe d’assistés ! »

« Je suis caricatural parce que la situation est caricaturale« , a clamé Jean-Luc Mélenchon : « Les milliardaires français ont gagné en 19 mois, 236 milliards d’euros, c’est-à-dire 12 milliards par mois, 414 millions par jour, 17 millions par heure, 287 000 par minute, 4 790 par seconde ! » Ces chiffres indécents accumulés par le capital sont à comparer avec les salaires des « métiers des braves gens » : aide à domicile et aide ménagère : 682 euros par mois ; AESH : 750 euros par mois ; agent d’entretien : 766 euros par mois… La liste est longue et révoltante.

Face à la crise sociale et à ces inégalités écrasantes, Jean-Luc Mélenchon propose entre autres le SMIC à 1400 euros net par mois, le blocage des prix des biens de première nécessité et la retraite à 60 ans. Des mesures concrètes, applicables dès le premier jour si les insoumis arrivent au pouvoir. « Avec un bulletin de vote, on peut lancer un tel appel au monde. Il faut que tout change. J’y suis prêt ! » a conclu le candidat de l’Union populaire.