Un pont historique démonté pour… faire passer le yacht d’un milliardaire

Incroyable mais vrai. Un pont historique de Rotterdam démonté pour… faire passer le yacht de Jeff Bezos. L’idéal type de la folie du capitalisme résumé en une actualité. Notre article.

Bezos et son yacht : une richesse folle qui donne tous les droits

L’argent ne se mange pas, mais il engloutit les valeurs et les belles promesses démocratiques. Sauvé de la démolition par la mobilisation populaire à Rotterdam, l’historique pont affectueusement surnommé « De Hef » a été rénové en 2017. Le maire avait alors juré que jamais le pont ne sera démantelé. Il est l’emblème du génie industrieux et scientifique de la ville, l’image d’un glorieux passé toujours vivant grâce au dur labeur transmis de génération en génération. Un symbole qui mérite respect.

Mais voilà, Jeff Bezos est riche. Très riche. Aussi démesurément riche que dépourvu de scrupules. Dès lors, aucun obstacle ne doit se dresser entre les trois immenses trois mâts de son yacht de 127 m de long et la mer. Aucun obstacle n’est tolérable face aux rêves fous de ce milliardaire mégalomane. Aucune limite pour ce criminel devant les générations futures pour les saccages sociaux et environnementaux d’Amazon, la multinationale au sourire de clown triste.

Bezos VS Rotterdam : David contre Goliath ?

Le porte-parole de la mairie a dû finalement afficher sa résignation. Finalement, au vu des intérêts économiques en jeu, c’est-à-dire les miettes de capital financier généreusement laissées par Bezos pour la municipalité, le pont serait démonté à l’été.

Les habitants de Rotterdam se mobilisent et tentent de s’opposer à cette décision. La piste privilégiée : stocker des œufs jusqu’à l’été pour les lancer sur le yacht lors de son inauguration. La menace semble dérisoire. Il y aura probablement de nombreuses personnes sous-payées et maltraitées pour réparer les dégâts. Malgré des similitudes dans le commencement, pas certain que cette histoire se termine comme David contre Goliath…

Le capitalisme financier a permis à une infime minorité d’acquérir des sommes colossales d’argent, à ne plus savoir quoi en faire. La fortune des milliardaires dans le monde a davantage augmenté en 19 mois de pandémie qu’au cours de la dernière décennie. Depuis le début de la pandémie, « le monde compte un nouveau milliardaire toutes les 26 heures, alors que 160 millions de personnes sont tombées dans la pauvreté« , selon le dernier rapport de l’ONG OXFAM. Il est temps de démonter le capital.