Pass vaccinal : saisie du conseil constitutionnel menée par Ugo Bernalicis !

Pass vaccinal. Le député Ugo Bernalicis et au total plus de 60 autres députés et sénateurs ont saisi le Conseil Constitutionnel sur le pass vaccinal. Les insoumis, accompagnés de parlementaires issus d’autres groupes politiques, ont tenu la tranchée face à une majorité sourde et arrogante. Le pass vaccinal, petit frère du pass sanitaire, constitue une illusion de sécurité sanitaire d’une part. D’autre part, il s’attaque avec virulence à nos droits fondamentaux et aux principes de notre République. Les insoumis attendent donc du Conseil Constitutionnel qu’il joue son rôle ! Notre article.

Pass vaccinal : discriminatoire et liberticide

Le pass vaccinal, encore davantage que le pass sanitaire, exclu de fait de nombreux citoyens des lieux de vie commun : cafés, théâtres, restaurants, cinémas, etc. L’impossibilité désormais de présenter un test PCR ou antigénique négatif pour y entrer constitue ni plus ni moins qu’une obligation vaccinale déguisée encore plus contraignante et sournoise. Dans la vie quotidienne, il a même des conséquences sur les déplacement de nombreux Français. En effet, il peut même être exigé dans les transports inter-régionaux.

Ensuite, l’instauration d’un pass vaccinal dans les réunions politiques pose des questions démocratiques fondamentales. Celles-ci sont exemptées de ce type de restrictions, protégées par la Constitution, comme l’avait indiqué le Conseil Constitutionnel le 9 novembre dernier. Il ne serait pas acceptable que des citoyens soient exclus des lieux communs politiques en pleine élection présidentielle.

Contre l’entrée dans une société de contrôle

Le député Michel Larrive avait pu rappeler dans l’hémicycle combien les insoumis sont opposés à la société de contrôle que souhaite mettre en place la macronie. Le dispositif du pass vaccinal permet que des personnes privées effectuent des contrôle d’identité. Est-ce vraiment un pouvoir que l’on souhaite advenir dans notre société à terme ? Le Conseil Constitutionnel a toujours indiqué que des contrôles de ce type ne pouvaient être effectués uniquement que par des forces de l’ordre. Nombreux restaurateurs, pour ne citer que cette profession-là, ont déjà indiqué qu’ils ne les effectueront pas, puisque ce n’est en aucun leur rôle.

Pour ce qui concerne les contrôles des faux pass vaccinaux, Ugo Bernalicis a expliqué que se créaient des problèmes qui n’existaient pas avant : « Pas de pass, pas de fraude« . Ce sont des problèmes qui n’ont rien à voir avec la gestion de la pandémie. En effet, l’objectif n’est pas de contrôler les faux pass mais que les gens se fassent vacciner. Réponse du Conseil Constitutionnel vendredi, à 15h. La tranchée continue d’être tenue !