130 fusils d’assaut et 200 kg de munitions retrouvés dans l’Eure, la menace terroriste d’extrême droite se précise

Ce samedi 20 novembre, les services de la direction des opérations douanière du département de l’Eure ont découvert un véritable arsenal de guerre. La « cachette » aménagé à cet effet, se trouvait chez un jeune homme de 25 ans. Il venait d’être interpellé avec son complice, un caporal au 35ème régiment d’infanterie de Belfort, après un délit de fuite. Selon une source proche de l’enquête, des « éléments de propagande liée à l’extrême droite, des écussons, des affiches, de la documentation néonazie typique » ont également été retrouvés sur place. La menace terroriste d’extrême-droite se précise. Notre article.

En effet, ce ne sont « pas moins de 130 armes, dont des fusils d’assaut AR-15 et AK-47, au moins deux pistolets-mitrailleurs, des armes de poing, deux fusils à pompe à canon et crosse sciée, 200 kilos de munitions di- verses, des grenades, cinq cartouches de 20 mm pour mitrailleuses d’avion » qui ont été retrouvés d’après les douaniers.

L’interpellation des deux individus est le fruit de la collaboration du service des renseignements avec la direction générale de la sécurité intérieure. L’opération des douanes a mis fin à l’étape de renseignement et le dossier a été transféré aux mains de la justice.
« Il s’agit de déterminer l’envergure et l’environnement des deux hommes, a indiqué une source policière au journal Le Monde. Et notamment de connaître leur rôle exact dans d’éventuelles filières d’approvisionnement de groupuscules liés à l’ultra-droite ou leur appartenance à l’un de ces groupes ».

Les saisies d’armes de guerre se multiplient en Europe chez les militants de l’extrême-droite.
En 2019, la police italienne avis mit la main sur des armes de guerre et de la propagande nazie dans le nord de la péninsule chez des sympathisants de l’extrême droite italienne.
L’enquête conjointe des services de renseignements belges et français a permis l’arrestation d’un groupuscule soupçonné d’être impliqué dans la fourniture d’armes à Coulibaly dans l’attentat de l’Hyper Cacher en 2015.