ALERTE – La retraite à 64 ans en catimini dès ce lundi ?

Retraite. La nouvelle vient de tomber. Ce mardi 15 novembre 2022, Mathilde Panot, la présidente des insoumis, a posé une question à l’Assemblée nationale : le gouvernement s’apprête-t-il à faire passer en catimini la retraite à 64 ans ? La non réponse d’Élisabeth Borne cet après-midi laisse craindre le pire. Repousser l’âge de départ à la retraite à 64 ans à travers un amendement sur le budget de la sécurité sociale, puis par 49.3, constituerait une véritable déclaration de guerre à l’ensemble du monde du travail. Réponse dès ce lundi 21 novembre. Notre article.

Retraite : l’âge de départ bientôt décalé à 64 ans via le PLFS ?

Voilà une information passée un peu inaperçue ce week-end. Le Sénat a voté un amendement prévoyant de décaler l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans. Ce, en profitant des débats sur le projet de loi de finances 2023 de la sécurité sociale (PLFSS). Le 49.3, arme préférée du gouvernement aurait pu être utilisé pour balayer cet amendement. Les mots de la Première ministre dans l’hémicycle, ce mardi 15 novembre 2022, laissent pourtant penser le contraire. Cet amendement pourrait bien être conservé dans le PLFSS final. Le 49.3 n’est pas exclu pour le faire passer. Ainsi, le gouvernement décalerait en catimini l’âge de départ à la retraite à 64 ans. Un passage en force aussi violent que fourbe.

Déclaration de guerre contre le monde du travail : la France insoumise sonne l’alerte

En 2017 déjà, Jean-Luc Mélenchon mettait en garde les électeurs. Si vous élisez « Fillon, Macron ou Le Pen, vous allez cracher du sang ». Au vu des lois anti-sociales et de la brutalité policière qui s’est déchaînée pendant le premier quinquennat Macron, force est de constater que le tribun du peuple avait raison. 

Cette fois-ci encore, la France insoumise sonne l’alerte. Le pouvoir macroniste semble tenté par l’opportunité offerte par Les Républicains d’engager le pays vers la pire régression sociale sans aucun vote, via un amendement caché, dans la grande bouillie anti-démocratique de la procédure 49.3.


Mardi 15 novembre, question aux gouvernement. Mathilde Panot, présidente du groupe parlementaire insoumis à l’Assemblée nationale, mène l’enquête : « Samedi dernier, les sénateurs vous ont servi sur un plateau le report de l’âge de départ à la retraite à 64 ans, avec 43 annuités, en l’introduisant dans le PLFSS. Pratique, une mesure adoptée en catimini, pas de mouvement social. Un petit 49.3 et le tour serait joué ! ».

« Madame la Première ministre, vous voilà prévenue. Un seul geste, et vous nous trouverez dans la rue dès le lendemain. Un seul geste, et nous vous ferons battre en retraite ! », s’est exclamée Mathilde Panot à la fin de sa prise de parole dans l’hémicycle, juste avant celle de la Première ministre. 

En guise de réponse, Élisabeth Borne s’est contentée de se moquer de la présidente de groupe, faisant mine de croire que les insoumis auraient oublié les résultats de l’élection présidentielle. Les élus de la NUPES n’ont jamais contesté la légitimité de l’élection du Président. En revanche, la Première ministre semble, elle, bien sujette à l’amnésie sélective. Emmanuel Macron n’a été élu que grâce aux votes de la gauche pour faire barrage au péril brun, non sur son programme, encore moins pour mener une réforme des retraites à 65 ans : 79 % des Français sont contre !

« Nous regarderons ces propositions avec attention »

Finalement, Élisabeth Borne lâche : « En effet, parallèlement, les sénateurs ont avancé des propositions, même si elles ne viennent pas de notre majorité, nous regarderons ces propositions avec attention ».

Les pires craintes semblent se confirmer. Mathilde Panot relance Élisabeth Borne : « Madame la Première ministre, êtes-vous en train de nous confirmer que vous allez passer en catimini la réforme des retraites dans le PLFSS que vous étudiez avec intérêt comme vous venez de nous le dire ? ». Pas de réponse. Comme dit Johnny « t’as rien dit, tu l’as déjà dit, c’est ta gueule que je prends au mot, parfois un seul regard suffit pour vous planter mieux qu’un couteau ».

Le vote du PLFSS a lieu le 21 novembre à l’Assemblée nationale. À ce moment-là, la représentation nationale décidera. Si la macronie franchit le Rubicon et décale l’âge de départ à la retraite à 64 ans, les insoumis sonneront la mobilisation générale contre cette déclaration de guerre au monde du travail.