Victoire : l’Exit tax rétablie par les députés, pour les riches la fête est finie

Deuxième victoire pour le peuple. Après le vote cette nuit en faveur d’une taxe sur les super-dividendes, l’Assemblée vient de rétablir l’«Exit tax ». Une taxe sur les « plus-values latentes » des chefs d’entreprise qui décident de transférer leur domiciliation fiscale à l’étranger. Une mesure supprimée par Emmanuel Macron en 2019 au nom de l’attractivité de la France et de la théorie du « ruissellement ». 160 milliards d’euros d’aides publique distribuées chaque année aux entreprises sans aucune contrepartie, le premier post de dépense de l’État, et ce sont les dividendes plus que les augmentations de salaires qui ruissellent en macronie. Mais pour les riches et leur Président, la fête est finie.

Une deuxième victoire de suite qui advient dans un contexte explosif : après les raffineries, les docks, c’est désormais des réacteurs nucléaires qui entrent en grève. Suite à l’annonce des réquisitions de salariés par la Première ministre, déclaration de guerre au monde du travail, la CGT a annoncé une journée de grève générale mardi. « Que la CGT permette au pays de fonctionner » a déclaré le président hier soir sur France 2. La macronie est fragile. Elle enchaîne les défaites à l’Assemblée. La colère sociale continue de monter, alors que la grande marche de dimanche se profile. Notre article.

Rétablissement de l’Exit tax : nouvelle défaite pour Macron et pour les riches

Nouvelle victoire pour le travail, nouvelle défaite pour le capital. Après le vote cette nuit en faveur d’une taxe sur les super-dividendes, le peuple vient d’obtenir une nouvelle victoire à l’Assemblée nationale. Les députés ont voté, dans le cadre de l’examen en première lecture du budget 2023, le rétablissement dans sa version initiale de l’« exit tax » concernant l’exil fiscal des entrepreneurs, contre l’avis du gouvernement. 155 voix pour, 133 voix contre. La suppression partielle de l’« exit tax », au nom de l’attractivité de la France, était une mesure forte du premier quinquennat Macron en 2019.

Une victoire qui advient dans un contexte explosif : après les raffineries, les docks, c’est désormais des réacteurs nucléaires qui entrent en grève. Suite à l’annonce des réquisitions de salariés par la Première ministre, attaque contre le droit de grève et déclaration de guerre au monde du travail, la CGT a annoncé une journée de grève générale mardi. « Que la CGT permette au pays de fonctionner » a déclaré le président hier soir sur France 2. La macronie est fragile. La colère sociale continue de monter.

19 milliards de profit en 6 mois, 2,6 milliards d’euros de dividendes exceptionnels la semaine dernière, +52% pour la rémunération de son PDG, et toujours pas d’augmentation significative de salaires malgré l’inflation historique qui frappe le pays, les salariés de Total ont de quoi en avoir gros. Le peuple a de quoi en avoir gros. Vous avez, lecteurs, de quoi être dans une colère immense. La mission flash sur les super-profits a permis à l’Insoumission de vous révéler des chiffres ahurissants : +30 milliards de profit en une seule année pour Rodolphe Saadé, le patron de la CMA CGM.

Ces profiteurs de crise, ces parasites, ces assistés, ces séparatistes d’en haut, ils ont des noms, ils ont des visages. Alors que le club des 5 milliardaires possède autant que 27 millions d’entre nous, alors que 63 milliardaires polluent plus que la moitié de la pollution française, à nous d’arrêter de nous diviser entre nous, de nous comparer à notre collègue, à notre voisin, et de relever collectivement la tête vers le haut. Vers la caste qui vous détruit et vous exploite vous, et la planète. À nous collectivement de relever la tête, et de tous descendre dans la rue dimanche à partir de 14 heures place de la Nation pour l’Union populaire.

raffineries