Grande marche à Paris le 16 octobre contre la vie chère et l’inaction climatique

16 organisations politiques et syndicales ont lancé un appel pour une grande marche contre la vie chère et l’inaction climatique le 16 octobre à Paris.

Europe Écologie-Les Verts, Ensemble !, Gauche Démocratique et sociale (GDS), Gauche Écosocialiste, Génération·s, La France insoumise, L’Alternative, La Voix lycéenne, Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Nouvelle Donne, Parti de gauche (PG), Parti ouvrier indépendant (POI), Parti socialiste, Place publique, Pour une Écologie Populaire et Sociale (PEPS), Révolution Écologique pour le Vivant (REV) s’adressent à toutes celles et ceux, associations, syndicats, partis politiques, à toutes les personnes, structurées ou non dans un collectif de lutte, qui se reconnaissent dans le mot d’ordre “fin du monde, fin du mois même combat” à se rassembler pour marcher le 16 octobre contre la vie chère et l’inaction climatique d’Emmanuel Macron. Notre article.

La rentrée sociale s’annonçait jusqu’alors chargée mais dispersée. Déjà annoncée : un rassemblement pour la santé le jeudi 22 septembre, une grève pour le climat le 23, une manifestation pour le climat le 25, puis le 29 septembre la manifestation intersyndicale pour les salaires. Il manquait une démonstration de forces où converge toutes ces luttes.

L’attente d’une convergence des luttes en France est forte face à un grand capital déchainé de toute limite politique par Emmanuel Macron et une extrême-droite invitée à diffuser ses idées nauséabondes sur la plupart des grands plateaux des télévisions détenues par nos milliardaires.

Cette demande populaire a conduit à des initiatives comme Plus jamais ça, une alliance inédite de syndicats et d’associations qui rassemblent plus de 30 organisations autour d’un projet de rupture écologique et sociale. Cette même force centrifuge autour d’une rupture avec le système économique sauvage qui exploite les humains et la nature a permis la Nupes : une alliance historique des partis de gauche sur un programme de rupture. 

Depuis le début de l’été, les partis politiques, syndicats et associations convaincus de la nécessité de cette rupture se rencontrent pour faire émerger les conditions d’une grande marche pour permettre la convergence des luttes face aux urgences sociales et climatiques dont l’adversaire commun est maintenant bien connu : Emmanuel Macron, entouré de ses amis milliardaires, de McKinsey, Rothschild et Uber.

Le cadre est maintenant posé : une grande marche contre la vie chère et l’inaction climatique, le 16 octobre à Paris. 

Vendredi 16 septembre, l’appel a été lancé par 16 organisations syndicales et politiques. Ce texte est une invitation au rassemblement de tous les collectifs de lutte, associatifs, syndicaux, politiques, citoyens qui voudraient voir appliquer les 14 mesures de justice sociale et climatique proposées.   

L’insoumission publie cet appel dans son intégralité. Le peuple, en première ligne face à  l’inflation et aux catastrophes climatiques a besoin d’une grande marche de faire bloc, d’unir toutes ses forces pour dégager la caste d’inconscients qui se vautre dans ses privilèges, fait des superprofits grâce à la crise et achètent des bunkers en Nouvelle-Zélande qu’ils baptisent du doux nom « d’assurance apocalypse. ». 

Vous connaissez des collectifs de lutte qui seraient prêts à rejoindre ce grand mouvement de rassemblement populaire qui débute avec la grande marche du 16 octobre à Paris ? Vous pouvez contribuer en les incitant à signer sur [email protected]

L’appel à la grande marche du 16 octobre 2022 : 

Vie chère, urgence climatique, retraites : mobilisons-nous !

Les prix explosent et les fins de mois sont de plus en plus difficiles. Mais le pouvoir macroniste refuse d’augmenter les salaires, de geler les loyers ou de bloquer les prix face à la vie chère. Pire encore, il prévoit de nouvelles attaques contre le régime des retraites et l’assurance-chômage et organise la destruction des services publics, notamment ceux de l’éducation et de la santé.

La planète brûle et l’eau manque. Mais le gouvernement, déjà condamné pour inaction environnementale, poursuit une politique antiécologique qui met en danger l’avenir même de notre écosystème. Il y a urgence à agir pour planifier la transition indispensable face à l’urgence climatique pour en finir avec notre dépendance aux énergies fossiles et aux fluctuations des prix du gaz et du pétrole. 

Pendant que le peuple subit et que la planète souffre, Macron protège ses amis les plus fortunés : quelques superprofiteurs continuent à engranger. Les dividendes versés aux actionnaires ont atteint cette année un record historique. Les hyper riches peuvent toujours profiter de leurs jets et yachts super-polluants : les restrictions ne les concernent jamais. La taxe sur les superprofits, pourtant mise en place dans de nombreux pays d’Europe, n’est toujours pas à l’ordre du jour ! 

Cette situation ne peut plus durer. Nous lançons un appel à une grande marche contre la vie chère et l’inaction climatique à Paris le dimanche 16 octobre, précédée par des initiatives symboliques le samedi 15 octobre.

Cette initiative nationale s’inscrira dans la continuité des mobilisations engagées par les syndicats et associations, dont les journées nationales d’action des 22 et 29 septembre et la mobilisation climat du 23 septembre.

Nous marcherons :

  • pour la hausse des salaires et des minimas sociaux et contre la réforme de l’assurance chômage
  • pour le blocage des prix de l’énergie, des produits de première nécessité et le gel des loyers
  • pour la taxation immédiate des superprofits 
  • pour des investissements massifs dans la bifurcation écologique créatrice d’emplois locaux ; et notamment dans les transports en commun pour les rendre accessibles à tous, dans l’isolation des logements pour réduire les factures et les pollutions, dans la conversion vers une agriculture écologique pour rendre l’alimentation saine accessible à tous, dans les énergies renouvelables moins coûteuses et écologiques 
  • contre le report de l’âge de départ à la retraite et pour le retour à la retraite à 60 ans
  • pour une allocation d’autonomie pour les jeunes dès 18 ans

Nous proposons à l’ensemble des organisations syndicales, associatives, politiques et aux collectifs de citoyens qui partagent ces revendications de construire avec nous cette initiative commune.