Jets privés : la caste crache sur le peuple

Comparaison entre déplacements en train et en char à voile en conférence de presse d’avant match, publicités pour des voyages en jets privés vers Ibiza, vols de 20 minutes et tour de la Terre en huit jours de vacances. Au cours de cet été, le plus frais du reste de notre vie, les ultrariches ont encore survolé le débat par leur mépris assumé pour l’intérêt général humain. Retour sur les péripéties de la polémique jets privés avec le dernier protagoniste en date : Kylian Mbappé. Notre article.

Kylian je t’adore. Comme toi, comme des milliers d’enfants du XXème siècle, j’ai rêvé de jouer aussi bien que Zidane. Toi plus que n’importe quel enfant, tu as réussi. Aujourd’hui, je suis fier que la France ait mise au monde un athlète aussi performant que toi, que des milliers d’enfants du XXIème siècle rêvent maintenant de jouer aussi bien que toi.

Grâce à toi, à l’été 2018, j’ai connu la liesse populaire. Quatre mois avant le mouvement des Gilets jaunes, j’ai vécu la joie des chants repris en chœur, les inconnus qui se tcheckent, se serrent dans les bras, se sourient. Qui sait combien des solidarités de lutte qui ont émergé à partir du 17 novembre trouvent leurs racines dans ces rencontres impromptues ouvertes par ton doublé en finale. J’ai vu les Françaises et les Français heureux d’être ensemble dans les rues, ivres de découvrir ton talent exploser aux yeux du monde et fier du collectif qui représentait notre patrie pendant ce mois de compétition footballistique mondiale. 

Kylian, je t’adore, par pitié laissent les rires goguenards à celles et ceux qui n’auront jamais à expliquer à des enfants où sont passés les éléphants et les abeilles, la douceur printanière et la neige sur les toits

Ton talent, ballon au pied, t’a permis d’accéder à un microcosme pourri par le fric, une montagne inimaginable d’argent et toutes les consommations indécentes qu’elle permet. Impossible de ne pas être en partie contaminé. C’est la force du système capitaliste que de gâter une poignée pour maintenir la docilité du reste de la population, prisonnière de l’espoir d’atteindre un jour une vie sans limite, ni financière, ni morale. 

Seulement, chaque fois que tu croises un Sepp Blatter ou même un Christophe Galtier, je voudrais tant que tu te souviennes qu’il y a de fortes chances qu’ils meurent avant que la catastrophe climatique soit totalement hors de contrôle. Alors, c’est à toi que les enfants viendront demander « Et toi ? Qu’est-ce que tu as fait pour éviter cela ? » 

Il reste une limite que le capitalisme ne peut pas briser : la limite physique 

Si nous n’engageons pas d’urgence une bifurcation radicale de nos modes de production, de consommation, de déplacement, de tous nos réseaux, c’est sur cette limite que nous allons tous nous fracasser violemment. Tous ? Non. Une poignée d’irréductibles inconséquents parviendra à s’approprier pour son usage le dernier endroit vivable de la planète.

Cette poignée d’êtres totalement immoraux, tu les connais. Ils ne manquent pas une occasion de t’inviter pour gratter un peu de ton aura populaire. Tu les fréquentes peut-être, sûrement en apprécies-tu certains. 

Écoute-les bien Kylian. Vois combien ils changent de manière de parler en fonction de la couleur de leur interlocuteur. Devant toi, probablement n’évoquent-t-ils pas Bondy, mais vois le mépris qu’ils ont pour ceux qui ont moins, pour ceux qui ne sont rien. À ton avis, que pensent-ils vraiment de tous ces gens qui t’ont entouré, accompagné, aimé dès tes premiers pas et pas seulement depuis que tu gagnes des millions d’euros ?

Vois leur double-discours. Pour tes amis, toutes tes connaissances d’enfance, les professeurs, les soignants, les animateurs des colonies qui ont fait découvrir à des enfants, autrement bloqués au quartier pendant les vacances, des activités aussi géniales que le char à voile, pour les entraîneurs de foot de Bondy, pour toutes ces personnes qui t’ont permis d’arriver là où tu es aujourd’hui, tous les efforts. Pour la caste, la luxure en toute impunité. 

Dis-nous, est-ce qu’ils poussent le cynisme jusqu’à couper la wifi comme le demande le gouvernement à la population avant de s’envoler dans leurs jets privés ? 

Regarde ce journal acheté par François-Henri Pinault tenter de salir l’image du candidat à la présidentielle qui a rassemblé 53,5% des suffrages de ta ville, qui porté les espoirs de notre génération en épinglant le bilan carbone de sa visite à ses alliés politiques en Amérique latine. Oui oui, bien sûr messieurs les références du journalisme d’investigation, il est tout à fait légitime de s’indigner des 3 tonnes de CO2 émis par Jean-Luc Mélenchon quand le jet privé de Pinault, votre patron, a émis pour ses vacances en famille pour le seul mois de juillet 250 tonnes de CO2. 

Et même, regarde combien les membres du gouvernement s’indignent des trajets en jets privés des footballeurs, idoles populaires par excellence, et trouvent tout à fait normal quand c’est leur idole à eux, Jean Castex, qui fait l’aller retour en jet-privé pour aller voter

FblGO0hXwAMNa6j

Kylian, notre génération a besoin de toutes les forces pour sortir de l’impasse dans laquelle le système du capitalisme déchaîné a poussé nos parents à s’engouffrer. Nous avons besoin de toi, de ta capacité à inspirer, à faire rêver pour changer le monde. Le peuple qui t’adule a besoin de cette rupture nette avec ce système qui opprime les humains et la nature. 

Kylian, pour le bien commun, puisse-tu rejeter cette caste qui n’a que dédain pour tout ce que tu représentes. Puisse-tu commencer à crocheter et frapper le capitalisme avec autant d’adresse et de puissance que les ballons ronds.

Par Ulysse Kummer.