Castex, écologie et jets privés : le grand foutage de gueule

Jean Castex. L’usage de jets privés nuit gravement à la santé de la planète et des êtres vivants qui s’y trouvent. Il nuit également à la crédibilité pourtant déjà limité du premier ministre du « champion de la Terre ». Crédibilité déjà entachée par une condamnation par la justice pour inaction climatique. Notre article.

Peut-on aller à Nantes, signer un « contrat de relance et de transition écologique« , vanter une « écologie des résultats, cette écologie concrète, loin des dogmes et des postures«  et rentrer le jour même en jet privé sans passer pour un guignol ? Non. Non. Et non.

Pas besoin de grandes phrases, d’analyses sociologiques ou de vastes enquêtes d’opinion, les jets privés, en 2022 (et déjà depuis un certain temps), c’est immoral. Quel niveau de déconnexion, de mépris et de cynisme faut-il atteindre pour ne pas s’en rendre compte ?

Un trajet en jet privé est 1721 fois plus polluant qu’en train pour aller à Nantes. Mille – sept cent – vingt et une fois plus. Pour mieux se rendre compte : un TGV à deux étages transporte environ 500 passagers.

M. Castex, en allant à Nantes, en ce sombre 21 février 2021, pollue plus que tous les passagers des TGV de 6h29, 7h44 et 9h35.

Et bien sûr, rebelote au retour. En moyenne, le jet privé rejette 1500 fois plus de CO2 que le train. Castex considère-t-il qu’il vaut 1500 humains ? Que sont temps est 1500 fois plus précieux ? Précieux au point de mettre en péril la survie des générations futures ? C’est probable. Et c’est grave. Gravement antidémocratique et antirépublicain.

En avril 2022, il est temps de lui offrir un dernier voyage, loin, très loin de Matignon. Il est temps qu’ils dégagent, tous, toute cette clique de jeteurs privés qui crament toutes les quatre heures leur quota pour l’année !

Les Macron méprisants, les Castex inconscients, les Darmanin violents, les Blanquer menteur, qu’ils s’en aillent tous.

Avec le programme l’Avenir en Commun, le peuple reprendra le pouvoir sur ses représentants grâce au référundum révocatoire. Avec la règle verte, nous entrerons dans une nouvelle ère, celle du respect de notre maison commune.

Cette Terre, belle et nourricière qu’une petite caste décérébrée s’amuse à faire brûler pour vendre les cendres. Nous construirons une nouvelle organisation sociale, celle de l’harmonie entre les êtres humains et avec la nature.