Génération Mélenchon : LFI a réuni 450 jeunes cet été pour préparer la suite

450 jeunes de la Génération Mélenchon s’étaient donnés rendez-vous cet été à Upie, près de Valence, pour les « AMFIS Jeunes » de La France Insoumise (LFI). Ceux-ci ont eu lieu du 21 au 25 août. 23 conférences et ateliers avec de nombreux parlementaires et nouveaux militants agrégés au fur et à mesure des campagnes présidentielle et législatives. Cette quatrième édition des « AMFIS jeunes » a permis de préparer les troupes pour la suite. Cerise sur le gâteau, la présence d’un certain… Jean-Luc Mélenchon. Précarité étudiante, pouvoir d’achat, urgence climatique, casses des services publics… Les combats s’annoncent nombreux en cette rentrée sociale explosive. Notre récit.

Formations théoriques, ateliers pratiques et points politiques : le programme chargé des « AMFIS Jeunes »

Les « AMFIS jeunes », comme leurs noms l’indiquent, sont des journées de formation pour les jeunes insoumises et insoumis. À travers des ateliers thématiques : prendre la parole en public, maquettage, organiser un évènement, monter un groupe lycéen, militer en cité U, comment visibiliser le militantisme auprès de la presse locale et même militer par les jeux vidéos. L’ambiance était à la fois studieuse et fraternelle. Avec des journées de formation chargées, de 9h à 20 heures. Ça ne rigole pas chez les jeunes insoumis.

Ces ateliers pratiques s’articulant avec des formations théoriques et des points politiques. Les jeunes militants ont ainsi pu assister à une conférence intitulée « Face à l’urgence climatique, organisons la planification écologique », animée par Manon Dervin, l’autrice de l’ouvrage Écologie Populaire. Une autre conférence sur le féminisme et les violences sexistes et sexuelles animée par Sarah Legrain ou encore sur le matérialisme historique. Enfin, les députés Adrien Quatennens, Mathilde Panot et Manuel Bompard, mais aussi la co-coordinatrice des Groupes d’action de LFI, Alexandra Mortet, ont fait des points politiques à l’aube d’une rentrée sociale qui s’annonce explosive.

« Nous devons avoir une attitude de combat et nous projeter vers les batailles qui viennent. Il faut continuer à convaincre les gens qu’ils peuvent vous faire confiance ! », a martelé Manuel Bompard, le chef d’orchestre des campagnes présidentielle et législatives de LFI. De quoi revigorer les 450 militants présents dans la salle le premier soir des « AMFIS jeunes ». Deux jours plus tard, Mathilde Panot a déclenché un tonnerre d’applaudissements grâce à cette phrase : « Nous sommes la seule alternative à ce monde de malheur. Ce que nous faisons à l’Assemblée nationale, et en dehors, est la preuve qu’un autre monde est encore possible ! »

La conférence de Jean-Luc Mélenchon, point d’orgue des « AMFIS jeunes »

La conférence de Jean-Luc Mélenchon a été le point d’orgue de ces « AMFIS jeunes ». Le leader de la gauche ne s’était pas rendu aux précédentes éditions. C’était une première, qui a ravi le cœur de tous les jeunes militants présents sur place. Jean-Luc Mélenchon a dressé un bilan approfondi de la période politique qui vient de se terminer. Il a rappelé que la NUPES avait remporté le premier tour des élections législatives et en a vanté les mérites, l’unité, la force de la NUPES, a été rendue possible grâce au programme de rupture approuvé par toutes les forces qui la composent (LFI, PS, EELV, Génération.s, PCF).

image 4
Accueil de Jean-Luc Mélenchon par Aurélien Lecoq et Emma Fourreau, co-animateurs des Jeunes Insoumis.e.s, par Gabriel Rupert

Le tribun insoumis a pu revenir sur les missions qui sont de désormais celles du mouvement insoumis : « Nous ne construisons pas un parti révolutionnaire, mais nous aidons le peuple français à devenir un peuple révolutionnaire. » Comme pendant le meeting de clôture des universtés d’été du mouvement, Jean-Luc Mélenchon a lancé un appel à la mobilisation générale. « Dans la phase dans laquelle nous nous trouvons, il faut construire, bâtir, organiser. Il faut répandre autour de vous la culture de l’action. On ne se résigne jamais. Le 4ème tour, c’est l’action ! », a-t-il martelé. Son passage aux « AMFIS jeunes » s’est terminé par une séance de dédicaces et une grande photo de la (grande) Génération Mélenchon.

image 2
Photo des Jeunes Insoumis.e.s juste après la conférence de Jean-Luc Mélenchon, par Édouard Richard

Préparer la Génération Mélenchon aux combats à venir

L’objectif des ces « AMFIS jeunes » était de préparer la Génération Mélenchon aux combats à venir. Et ils sont nombreux. La conférence « face à Macron, la jeunesse s’organise » a rappelé aux jeunes insoumises et insoumis les combats liés à la précarité étudiante et à la casse de l’université. Éléonore Schmitt (secrétaire nationale du syndicat étudiant l’Alternative) et Imane Ouelhadj (présidente du syndicat étudiant UNEF) étaient invités à cette occasion. Ils ont appelé tous deux les jeunes militants à se mobiliser face au rouleau compresseur macroniste : réforme du système des bourses à venir, menace de l’augmentation des frais d’inscription…

« Lutter contre l’ubérisation », par l’euro-députée Leïla Chaibi, « Ramener la jeunesse aux urnes » par le député Hadrien Clouet et par Tristan Haute, maître de conférences en science politique, « La réforme du bac et le renforcement des inégalités scolaires » par les députés Nathalie Oziol et Louis Boyard… Autant de conférences/ateliers, en plus de ceux cités précédemment, ont ainsi pu former les jeunes militants plus ou moins expérimentés sur ces différents sujets.

Qui dit « AMFIS Jeunes » ne dit pas seulement ateliers pratiques et conférences théoriques. Une soirée concert avec le groupe Nous Sommes Punk (composé uniquement d’insoumis), une soirée film, une soirée dansante improvisée en salle plénière. Des moments comme ceux-là étaient nécessaires pour souder les liens entre les 450 jeunes présents.

image 5
Concert du groupe Nous Sommes Punk

Un franc succès, dû en grande partie à l’équipe de jeunes insoumis.e.s qui les ont organisés, sous la houlette vigilante d’Aurélien Lecoq et Emma Fourreau, les deux co-animateurs des Jeunes Insoumis.e.s. Ces « AMFIS jeunes » ont rempli leur mission : former tous les jeunes présents et les préparer à la lutte qui continue. Leur transmettre des savoirs et des savoir-faire qu’ils pourront eux-mêmes transmettre à leurs camarades, partout en France. Souder plusieurs centaines de jeunes qui ne se connaissaient pas la veille et qui repartent le poing levé, prêts à mener le combat.

L’urgence écologique, face à une macronie déjà condamnée par la justice pour inaction climatique, la précarité étudiante qui s’aggrave et contre laquelle Emmanuel Macron n’a rien fait, la crise sociale généralisée que LREM veut régler en distribuant des miettes au peuple étranglé par l’inflation, en ne voulant toujours pas taxer les super-profits... Les combats sont nombreux. Mais cette Génération Mélenchon semble prête à les relever. À la fin de la conférence de Jean-Luc Mélenchon, un insoumis a crié : « On fera mieux, Jean-Luc ! »

Par Nadim Février