Scandale : Elie Hatem, défenseur de l’antisémite Charles Maurras, reçu à l’Élysée par Emmanuel Macron

Elie Hatem, ancien de l’Action Française, grand défenseur de l’antisémite Charles Maurras, a été reçu à l’Élysée par Emmanuel Macron. La réception en grande pompe au palais président de ce militant royaliste radicalisé, connu dans les cercles d’extrême-droite, avait suscité un tollé en 2019. Une information importante à rappeler alors que Macron a banalisé l’extrême-droite pendant son premier quinquennat (réhabilitation de Philippe Pétain, de Charles Maurras, chasse à l’islamo-gauchisme…) et que LREM lui tend la main depuis quelques semaines. Sans pour autant l’assumer. Notre article.

Elie Hatem, un militant royaliste, admirateur de Charles Maurras, reçu en grande pompe à l’Élysée

Avant que l’Élysée ne reçoive un invité, les CV sont épluchés ? Cela semblerait la moindre des choses. Le chef de l’État ne rencontre pas n’importe qui, n’importe comment. Dès lors, comment croire qu’il ne savait pas qui était Elie Hatem ? Recevoir un admirateur de Charles Maurras à l’Élysée ? Pas l’air d’avoir posé de problème à Emmanuel Macron et à ses équipes.

En avril 2018, l’hôte d’Emmanuel Macron avait participé à un meeting d’hommage à Charles Maurras. « Je ne suis pas contre le Juif en tant que personne, mais contre le judaïsme politique », s’était-il justifié. Candidat du Front National (FN) aux élections municipales de 2014, Elie Hatem expliquait « ne pas être du tout républicain », selon Streetpress. Son souhait ? « Retourner à l’identité de la France millénaire », « avec un Roi au sommet de l’état et une société purement française, identitairement française et fidèle à sa tradition ». L’extrême-droite royaliste dans toute sa splendeur.

Tollé général. Le député Alexis Corbière n’avait pas caché sa colère : « nostalgique de Pétain et de la collaboration, adepte de Charles Maurras et de son ‘antisémitisme d’Etat’, Elie Hatem a été reçu par Emmanuel et Brigitte Macron […] c’est inacceptable ». De même pour l’Union des Étudiants Juifs de France (UEJF), indignés (voir tweet ci-dessus).

Extrême-droite banalisée, 89 députées RN à l’Assemblée : une information rappelée dans un contexte bien particulier

Pourquoi rappeler cette information datant de 2019 ? Parce que le contexte politique n’est plus le même. 89 députés Rassemblement National (RN) ont été élus à l’Assemblée nationale. Le barrage républicain s’est retourné, des députés LREM votent aujourd’hui pour faire élire des députés RN à la vice-présidence de l’Assemblée, pour faire barrage à la NUPES. Plutôt Hitler que le Front Populaire hier, plutôt Le Pen que Mélenchon aujourd’hui.

Le parti d’extrême-droite, qui se prétend en opposition à Emmanuel Macron, a refusé de voté la motion de censure du gouvernement. Une alliance tacite entre le parti présidentiel et un parti fasciste pour gouverner le pays. Une alliance capital-fasciste qui se confirme.

Certaines personnalités, comme Mathilde Panot, se battent heureusement encore contre l’explosion de l’extrême-droite dans le pays. Contre la banalisation de l’extrême-droite par Emmanuel Macron pendant 5 ans. À cause de ce combat pour démasquer l’alliance LREM & RN, la présidente des insoumis s’est pris un violent torrent de boue de la macronie ce week-end. Mais les faits sont têtus, en témoignent les 5 années qui viennent de se refermer, où Emmanuel Macron n’a eu de cesse de faire monter l’extrême-droite. Les 5 années qui s’ouvrent s’avèrent décisives si l’on veut empêcher l’extrême-droite de fracasser un autre plafond de verre en 2027.