Cette incroyable vidéo révélant qu’Engie rejette des milliers de m3 de gaz dans l’atmosphère

Engie. Hier, nous découvrions ces images d’un immense panache de fumée blanche, assortie d’un bruit assourdissant sur un site Storengy, filiale d’Engie qui stocke le gaz en France. Cette pratique s’appelle la mise à l’évent. Sous les ordres des cadres de Storengy, des équipes laissent ainsi s’échapper délibérément des milliers de m3 de gaz pour des opérations de maintenance. « Et là, on mettait tout le gaz dans l’atmosphère alors qu’on n’avait pas besoin ! C’est des milliers et des milliers de m3 qui partent aux petits oiseaux », rapporte un salarié témoignant à visage caché.

« La consommation d’un village pour l’hiver, elle va partir parfois sur un torchage« , continue le salarié. Quand la journaliste lui demande si l’on « gâche du gaz« , il répond : « Nous, on disait ‘on gâche’, eux ils disaient ‘non, on gagne du temps« . Les chiffres sont effarants. En moyenne pour cette filiale d’Engie, c’est 2 500 000 m3 qui sont relâchés chaque année. Problème : ce qui est rejeté, c’est du méthane extrême polluant. C’est un désastre écologique. D’autant plus qu’il a lieu à échelle mondiale : des tonnes de méthane par heure, soit l’équivalent des émissions de la Hollande depuis la révolution industrielle.

L’injustice est là : il n’existe aucune sanction pour les entreprises de gaz qui ne respectent pas la loi. En effet, des règles existent en France. Mais il semblerait qu’Engie s’en moque. Au-delà du gâchis de gaz et du désastre écologique, ces vidéos laissent un goût amer d’injustice. Les Français devraient se serrer la ceinture alors que l’on gâche autant de gaz qui permettrait à des millions d’entre eux de se chauffer ? Pour rappel, 12 millions de Français n’arrivent ont froid chez eux parce qu’ils n’arrivent pas à payer leur chauffage. Pendant que certains ont froid, d’autres gâchent du gaz et font des économies.

Ces images sont d’autant plus accablantes au vu de la dramatique situation à l’Est. On sait que la guerre russe en Ukraine a déjà et va continuer d’avoir des conséquences sur les prix de l’énergie. Certains responsables politiques appellent à moins se chauffer. Ils en viendraient presque à faire culpabiliser les Français de se chauffer au gaz, parce qu’il serait russe, alors que c’est pas eux qui l’ont choisi. Il serait temps de revenir au réel. S’il accédait à l’Elysée, Jean-Luc Mélenchon aurait deux moyens de lutter contre cette situation : le blocage des prix dès son arrivée, et les sanctions radicales pour ces entreprises comme Engie qui font des économies sur le chauffage des Français.