63 milliardaires polluent plus que 50% des Français

63 milliardaires français polluent plus que… 50% des Français. La responsabilité de l’Humanité face au dérèglement climatique est très inégalement partagée. Les ultra-riches et leurs vies luxueuses sont extrêmement polluants, beaucoup plus qu’un travailleur qui n’a d’autres choix que de consommer de l’essence pour se déplacer. D’après une étude publiée par Oxfam et Greenpeace cette année, « les milliardaires Français brûlent la planète ». En 2007 déjà, Hervé Kempf publiait Comment les riches détruisent la planète (Seuil).

Ces données doivent être rappelées, alors que la France a vécu son deuxième été le plus chaud après celui de 2003. Canicules, incendies, sécheresses… La France a suffoqué à cause du dérèglement climatique. Contre les milliardaires et pour sauver notre planète, il faut une écologie populaire. Notre article.

3 milliardaires polluent à eux seuls autant que 20% des Français

Dans leur rapport, Oxfam et Greenpeace ont calculé l’empreinte carbone de 63 milliardaires français. Les chiffres sont ahurissants. Les deux ONG ont voulu se concentrer sur les émissions de gaz à effet de serre issues « des actifs financiers de ces ultra-riches ». Ainsi, « le patrimoine financier des milliardaires français émet 152 millions de tonnes équivalent CO2 par an ». C’est plus que 50% des Français. C’est plus que les émissions du Danemark, de la Finlande et de la Suède réunies.

Ils ont des noms. Ils ont des adresses. Gérard Mulliez, fondateur du groupe Auchan arrive en première position des milliardaires pollueurs. Son empreinte carbone est « trois millions de fois plus élevée que celle d’un foyer français moyen. » Viennent en deuxième et troisième positions Rodolphe Saadé, détenant « les trois-quarts de la compagnie de fret maritime CMA-CGM« , et Emmanuel Besnier, PDG de Lactalis. La comparaison de pollution entre ces trois milliardaires et les Français est à couper le souffle. En effet, ils « émettent autant de CO2 que 20% des Français. »

image 3

« L’écologie sans luttes des classes, c’est du jardinage ! »

La bifurcation écologique ne peut se faire sans justice sociale. En France, la fiscalité carbone est inégale et injuste par rapport à la responsabilité de telle ou telle classe sociale vis-à-vis du dérèglement climatique. Si ce sont les milliardaires qui polluent le plus, il est légitime que le poids de cette bifurcation repose en premier sur eux.

Le poids de la transition écologique doit être transféré des consommateurs les plus précaires, qui polluent le moins, aux producteurs les plus riches, qui polluent le plus et ont les moyens de transformer ces outils de production précise Alexandre Poidatz (Oxfam France). Or, ce n’est pas le cas aujourd’hui. À titre d’exemple, « la fiscalité carbone pèse proportionnellement quatre fois plus sur les 20 % de foyers les plus précaires que sur les 20 % de ménages les plus riches. »

Contre les milliardaires, pour une écologie populaire

Est venu aujourd’hui le temps de l’écologie populaire, et surtout que les milliardaires paient. Ainsi, les insoumis et leurs partenaires de la NUPES, alliance historique de la gauche, souhaitent instaurer une « TVA grand luxe ». Ils veulent également rétablir l’ISF et le renforcer, en incluant « un volet climatique visant à taxer les gros pollueurs ». Il faut toucher les milliardaires directement au portefeuille. Plus largement, les insoumis sont pour une écologie populaire. Contre « l’écologie des petits pas », « contre une écologie d’accommodement ».

Face à l’urgence climatique, nombreux sont les Français qui approuvent les mesures du programme de la NUPES pour l’endiguer. Ainsi, la planification écologique est approuvée par 83% des Français qui sont favorables à la « règle verte ». Elle correspond à l’interdiction de prélever chaque année plus de matières premières que la Terre n’est capable d’en reconstituer en un an. Aussi, c’est 89% des Français qui sont favorables à l’interdiction du glyphosate

Une écologie populaire qu’a portée Jean-Luc Mélenchon pendant la campagne présidentielle, et que les insoumis continuent de défendre bec et ongles. Face à eux, la macronie continue de leur opposer l’écologie « des petits pas », l’écologie des petits gestes, « réaliste » face aux illusions d’écologistes soit-disant utopistes. Sauf que l’ère des incertitudes dans laquelle nous rentrons et l’urgence climatique qui fonce vers nous oblige à mener des politiques écologiques radicales. Difficlement compréhensible chez LREM, alors que l’État a été condamné par la justice deux fois pour inaction climatique… sous le premier quinquennant Macron. Le temps d’une écologie populaire est venu.

Pour aller plus loin : Les riches détruisent la planète : les chiffres chocs… pour une écologie populaire !

Par Nadim Février