Portrait – Anthony Smith, le plus célèbre inspecteur du travail rejoint Mélenchon

Anthony Smith, inspecteur du travail mis à pied par la ministre du Travail Muriel Pénicaud pendant le premier confinement rejoint l’Union Populaire en soutien à Jean-Luc Mélenchon. Un renfort de poids pour le Parlement de l’Union populaire. Notre portrait.

Anthony Smith : une mise à pied d’un inspecteur qui défendait les droits des travailleurs

Anthony Smith était inspecteur du travail en poste dans la Marne, lorsqu’il a été mis à pied en plein confinement en avril 2020. Il est sanctionné par une mutation disciplinaire en Seine-et-Marne et par le retrait de ses mandats syndicaux. Il lui était reproché d’avoir exigé la mise à disposition de matériel de protection individuelle face au Covid-19 (masques, surblouses, charlottes, gants) ainsi que la mise en œuvre de mesures de protection pour les salariées d’une association d’aide à domicile (Aradopa), alors que ces mesures n’étaient pas obligatoires. 

A gauche, plusieurs figures se mobilisent pour soutenir Anthony Smith 

Après sa suspension par la direction du Travail à cause d’un procédé « non conforme aux prescriptions sanitaires » d’après la ministre (oui, souvenez-vous, cette période où les masques étaient « inutiles » selon Olivier Véran…), les organisations syndicales ont pleinement soutenu Anthony Smith. Ainsi, la CGT, la FSU, la CNT et SUD ont saisi l’Organisation Internationale du Travail. Une pétition lancée au mois d’avril 2020 avait recueilli plus de 150 000 signatures. 

Des figures de premier plan de la gauche, dont la France insoumise, ont fait bloc pour défendre l’inspecteur du travail. Ainsi, le 27 avril, une tribune de personnalités parmi lesquelles Jean-Luc Mélenchon, parue dans Libération, dénonçait « la poursuite de l’activité économique à tout prix, et quel qu’en soit le coût pour les salarié.es ». 

Les élus de la France insoumise, de Jean-Luc Mélenchon à François Ruffin, en passant par Adrien Quatennens et Danièle Obono ont protesté contre la mise à pied d’Anthony Smith sur les réseaux sociaux. 

Réhabilité, Anthony Smith continue le combat et la lutte pour les droits sociaux au travail

Anthony Smith est réintégré en octobre 2020, sa sanction « allégée » par la nouvelle minsitre du travail Elisabeth Borne. Il a saisi la justice pour que sa sanction soit complètement levée. Il attend une réponse probablement en ce début 2022. Il a également saisi le Défenseur des droits.

Il déplore la logique qui consiste en « plus de contrôles, moins de moyens » dans le cadre de l’inspection du travail et l’explique : « En moins de deux quinquennats, on a réduit de quasiment 20  % les effectifs affectés au contrôle. C’est totalement incompréhensible car aujourd’hui comme demain dans l’après-Covid, on a besoin de l’inspection du travail, d’inspectrices et d’inspecteurs du travail. » Fervent défenseur des droits sociaux au travail, il ne veut pas voir la crise les réduire, « mais à l’inverse, les développer comme le droit à la protection« .

Anthony Smith rejoint la campagne de Jean-Luc Mélenchon

Anthony a rejoint en décembre 2021 le Parlement de l’Union Populaire qui appuie la candidature de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle de 2022. Preuve s’il le fallait que la France insoumise est un mouvement qui a un pied à la fois dans les institutions et dans la rue, au plus proche des mouvements sociaux et de la répression sociale du quotidien.

Par Willy Leroy