glucksmann guetté retraite

Retraite à 60 ans – Les insoumis mettent Raphaël Glucksmann face à ses trahisons

Raphaël Glucksmann est contre la retraite à 60 ans. Invité de France 3 ce dimanche 12 mai 2024, la tête de liste du Parti socialiste ne s’en cache pas et le revendique. Dans la même interview, il se dit favorable au marché européen de l’électricité qui fait exploser les factures. En direct, celui désigné par le PS pour conduire leur liste aux élections du 9 juin assume son opposition au programme de la NUPES.

Clémence Guetté, députée LFI, s’est fendue d’une lettre ouverte ce 14 mai, adressée à Olivier Faure, Premier secrétaire du PS. Lui qui était pourtant un grand défenseur de la NUPES à ses débuts, aujourd’hui la rejette et soutient un candidat ouvertement opposé à cette alliance qui a porté 151 députés à l’Assemblée nationale. Dans sa lettre, Clémence Guetté tacle Raphaël Glucksmann et demande des comptes au Premier secrétaire socialiste. « Le PS a-t-il décidé de liquider le programme partagé de la NUPES sur lequel ses députés se sont fait élire avec la France insoumise en 2022 ? », demande-t-elle expressément.

La veille, en meeting à Amiens, Manon Aubry, la tête de liste LFI aux élections du 9 juin, adressait la même pique au candidat socialiste : « Avant, le PS attendait d’être au pouvoir pour renier leur programme. Maintenant, ils le font même avant ! ». La séquence est forte en clarification. LFI s’impose comme seul mouvement défendant avec clarté la hausse des salaires et la retraite à 60 ans, contre un PS en plein retour au hollandisme, entre compromissions et trahison des classes populaires. Notre article.

Dans une lettre ouverte, Clémence Guetté tacle Raphaël Glucksmann et demande des comptes à Olivier Faure

Tout part d’une question de Francis Letellier, intervieweur pour l’émission hebdomadaire « Dimanche en Politique » sur France 3. Rappelant la mobilisation historique des Français contre la retraite à 64 ans imposée de force par Emmanuel Macron, le journaliste interroge Raphaël Glucksmann : « êtes-vous favorable à un retour à la retraite à 60 ans ? ». Le candidat socialiste bégaye : « Après, ça, ça peut se discuter, ce n’est pas 60 ans universel… ».

Francis Letellier le relance. « Ce n’est pas 60 ans universel, ce ne sera pas 60 ans universel ». Tout est dit, sans ambiguïté. Contrairement à ce qui était inscrit dans le programme de la NUPES, signé par le PS en 2022, la tête de liste ce parti pour les élections du 9 juin renie l’une des mesures clés de ce programme. Une mesure d’ailleurs soutenue par 7 Français sur 10.

À un autre moment de l’interview, Raphaël Glucksmann affirme qu’il « ne faut pas sortir du marché européen de l’électricité », pourtant responsable de la hausse des factures d’énergie. Là encore, une position contradictoire avec le programme partagé de la NUPES qui prévoit la sortie de ce marché. Un sujet sur lequel LFI alerte depuis de nombreux mois.

Manon Aubry, tête de liste de LFI, martèle partout la position de LFI à ce sujet. Et pour cause, les insoumis ont pour avantage la clarté et la constance. Au Parlement européen, le groupe LFI mené par Manon Aubry est le seul à avoir combattu ce marché lors du dernier vote, le 11 avril, qui a acté la fin des tarifs réglementés et la généralisation de la privatisation de l’électricité.

Marie Toussaint, tête de liste des Écologistes aux élections européennes, a voté pour ce texte aux côtés de la droite macroniste et Bellamy. Raphaël Glucksmann, lui, a opté pour la politique de la chaise vide : il n’a pas daigné être présent pour ce vote crucial. Bardella a, lui aussi, fait la démonstration de son inutilité en s’abstenant.

Un combat que mène Manon Aubry notamment aux côtés de Marina Mesure, eurodéputée LFI de son groupe au Parlement européen, qui porte ce combat depuis de nombreuses années. « Les factures d’énergie ont déjà explosé de 45% en deux ans. Des familles n’arrivent plus à se chauffer, des entreprises risquent de mettre la clé sous la porte », rappelait Manon Aubry sur TF1.

Pour aller plus loin : Glucksmann, Hayer et Bellamy : les 3 faux ennemis

Il n’en fallut pas davantage à Clémence Guetté pour publier une lettre ouverte, adressée à Olivier Faure, au sujet des prises des positions de Glucksmann. La députée LFI rappelle tout d’abord que les partis de gauche auraient « pu mener ensemble cette bataille [des européennes] et aller chercher la victoire face à l’extrême droite. Ce serait le cas aujourd’hui si vous, comme les écologistes et les communistes, aviez accepté l’idée d’une liste unie de la NUPES que nous proposions ».

Dans la suite de sa lettre, Clémence Guetté interroge le Premier secrétaire du PS sur ces deux déclarations de Raphaël Glucksmann et tente d’y voir plus clair. Le PS a-t-il décidé de liquider le programme partagé de la NUPES sur lequel ses députés se sont fait élire avec la France insoumise en 2022 ?

La députée insoumise d’enfoncer le clou : « La gauche molle », avec laquelle vous aviez juré avoir rompu en 2022, est-elle à nouveau à la tête du Parti socialiste ? ». À cette heure, toujours aucune réponse des deux personnalités socialistes. Celles-ci ne pourront pas se murer dans le silence, face à l’importance des questions posées par la députée LFI.

Partager

Vous avez aimé cet article ?

Recevez chaque semaine une sélection de nos meilleurs articles en vous abonnant.

Les + vus

Soutenez les médias insoumis !

Abonnez-vous à l’ensemble des médias insoumis et recevez à votre domicile l’hebdo et le magazine de l’insoumission.