Léa Salamé face à Manuel Bompard, première garde du système

Manuel Bompard était ce lundi l’invité de Léa Salamé sur France Inter. Après avoir longtemps fustigé la désunion de la gauche, tous les arguments sont bons pour discréditer les efforts mis en œuvre pour une coalition écologique et sociale en vue des législatives. Burkini, casseurs, CCIF, international, Samuel Paty, rappel des insultes… Léa Salamé face à Manuel Bompard, l’interview la plus piteuse de l’Histoire ? Léa Salamé, première garde du système. Notre article.

L’incroyable agressivité de Léa Salamé face à Manuel Bompard

Nous aurions pu croire que les discussions en cours pour l’union de la gauche aux élections législatives seraient saluées, tant la désunion a été reprochée et bien souvent imputée personnellement au leader de La France Insoumise. Il n’en est rien. L’interview de Manuel Bompard, le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, par Léa Salamé ce lundi, est dans ce sens particulièrement intéressante.

La journaliste, déjà épinglée par le conseil de déontologie du journalisme pour son agressivité à l’égard de Jean-Luc Mélenchon durant la campagne présidentielle, s’est appliquée à minimiser la portée d’un accord pourtant historique entre LFI et EELV, en passant toute l’interview à souligner les désaccords du passé. Comme s’ils devaient être indépassables, alors même que l’ensemble des commentateurs s’accordent depuis 10 ans sur l’urgente nécessité d’une union, sans laquelle la gauche ne pourrait jamais gagner.

Burkini, casseurs, tout est bon pour minimiser un accord historique à gauche

L’intervieweuse a également invoqué des divergences sur le fond. D’abord, la désobéissance aux traités européens présentée comme un périel. Sans faire son travail de journaliste et préciser que de nombreux cas de désobéissances ont déjà eu lieu en France et dans d’autres pays européens comme l’Allemagne ou l’Espagne. Puis, la question de la livraison d’armes lourdes à l’Ukraine, affublée de la suspicion d’un refus de solidarité envers un pays européen.

Partant de l’opposition de La France Insoumise à la loi contre le séparatisme, Léa Salamé a ensuite fait un nouveau procès en « islamo-gauchisme » au directeur de campagne de celui qui a rassemblé plus de 22% des suffrages à la présidentielle. Et Léa Salamé de même remettre sur le tapis… le burkini ! La priorité absolue des Français. Le chiffon rouge des casseurs sera enfin agité pour détourner l’attention d’un rendez-vous avec l’Histoire, 86 ans après la victoire du Front populaire. Si Léa Salamé est aussi agressive, c’est bon signe. Le système tremble. Leur peur doit nous encourager : la victoire est possible. 

                                                                                                                      Lynda Ben Chatouh