300 000 personnes favorables à l’inscription du droit à l’eau dans la Constitution

294 912 votes et 99,61 % de votants favorables à l’inscription du droit à l’eau et à l’assainissement dans la constitution française, à protéger l’eau et à interdire son accaparement par les multinationales. La première votation nationale sur l’eau que la France ait connu est un franc succès.

Le 22 mars, des mouvements politiques (France insoumise, Ensemble, Génération.s, Nouvelle Donne, Gauche démocratique et sociale…) et des associations (Confédération nationale du Logement, Eau bien commun, des collectifs…) ont en effet lancé une grande campagne nationale d’éducation populaire pour promouvoir le principe de l’eau en tant que bien commun. Il s’agit de défendre l’inscription du droit à l’eau et l’assainissement dans la Constitution et de refuser son appropriation privée.

La votation citoyenne s’est tenue jusqu’au mardi 13 avril. Chacune et chacun était invité à répondre, en ligne ou à des points physiques de votation à la question « êtes-vous favorable à l’inscription dans la constitution française du droit à l’eau et à l’assainissement, à protéger l’eau et à interdire son accaparement par les multinationales ? ».

Le coup d’envoi de la campagne a été donné le 21 mars avec succès avec une marche à Volvic contre la surexploitation de la nappe menée par des collectifs locaux . Des auditions et des formations (voir ici) ont été menées sur les sujets de l’eau en Guadeloupe, sur le droit à l’eau, sur la gestion publique, sur le rôle de l’agriculture. Le 6 avril, la manifestation en ligne a placé le hashtag #VotationEau dans les tendances importantes de Twitter. Le meeting en réalité virtuelle de Jean-Luc Mélenchon le 10 avril sur le thème de l’eau est venu donner un point d’orgue à la campagne.

Nous pouvons d’ores et déjà parlé d’un succès populaire puisqu’à travers tout le pays, 20 132 personnes ont voté aux points de vote se sont tenus de manière physique et 274 780 en ligne ont voté en ligne. La campagne a souligné l’enjeu majeur pour les habitants qu’est l’eau.

Les organisateurs de la campagne se sont retrouvés devant le ministère de la Transition écologique ce mercredi à 14h pour proclamer les résultats de la votation. “Si nous sommes ici aujourd’hui (…) c’est avant tout dire qu’il y a alerte sur l’eau” a déclaré la députée Mathilde Panot, coordinatrice de la campagne, à la conférence de presse. La députée a aussi rappelé qu’entre 1964 et 1990 la France a connu 13 épisodes de sécheresse et 62 entre 1991 et 2015, mais aussi que « 300 000 personnes n’ont pas du tout accès à l’eau dans notre pays ».

Retrouvez toutes les informations de la campagne sur https://eau.vote/.

Partager

Vous avez aimé cet article ?

Recevez chaque semaine une sélection de nos meilleurs articles en vous abonnant.

Les + vus

Soutenez les médias insoumis !

Abonnez-vous à l’ensemble des médias insoumis et recevez à votre domicile l’hebdo et le magazine de l’insoumission.