Une planification écologique et démocratique : Mélenchon prône la reconquête du temps long

Ce samedi 10 octobre 2020, La France insoumise tenait à Paris la première édition de son « Agora ». Un espace de réflexion et de débat où plusieurs invités du monde universitaire et associatif débattaient avec les insoumis autour d’une question : « Quel rôle et quelle place pour l’État face à l’urgence écologique ? ». En conclusion de cette journée, Jean-Luc Mélenchon a livré un discours autour du temps long et de la planification. Le porte-parole des insoumis affirme sa stature d’homme d’État.

Faire face au changement climatique

Au centre du discours de Jean-Luc Mélenchon : le changement climatique et ses effets sur le cycle de l’eau. Le député insoumis a ainsi parlé de la sècheresse, avec l’exemple du Doubs à sec (objet d’un déplacement récent du député insoumis) ou de la construction de « bassines » dans certaines régions agricoles pour accumuler l’eau (objet d’un déplacement à venir le lendemain). Il a aussi parlé des inondations dans le sud de la France et a expliqué comment le réchauffement de la Méditerranée provoque une augmentation de l’évaporation qui est à l’origine de pluies plus importantes qui tombent sur des sols imperméabilisés et ruissellent davantage.

Il a ainsi évoqué le cas de l’agriculture intensive qui, en utilisant des pesticides, détruit la vie et la spongiosité des sols et augmente le ruissellement. Avec des effets en cascade : inondations lors des fortes pluies et sècheresses du fait de la mauvaise infiltration de l’eau dans les sols.

Planification et reconquête du temps long : l’État stratège

Face à ce changement climatique désormais irréversible, Jean-Luc Mélenchon a appelé à mobiliser les moyens de l’État et à planifier pour faire les réparations et les constructions nécessaires pour s’adapter, tout en changeant nos modes de production anti-écologique. Pour réaliser ces tâches d’intérêt général, le député insoumis a appelé a établir une conscription. Alors que Veolia essaie d’absorber Suez, il a aussi expliqué que si les insoumis arrivaient au pouvoir en 2022, les entreprises liées à la gestion de l’eau seraient nationalisées par l’État pour protéger ce bien commun de la rapacité des mains du privé.

Enfin, Jean-Luc Mélenchon a insisté sur la question de la reconquête du temps long face au temps court imposé par le capitalisme. Il a expliqué que la planification était l’outil de la reconquête du temps long mais aussi du sens. Il a montré comment et pourquoi cette planification devait être le résultat d’une expression démocratique de la souveraineté populaire et que celle-ci devrait s’articuler entre l’échelle nationale par l’Etat et l’échelle locale par la commune. Avec ce discours, Mélenchon affirme une nouvelle fois sa stature d’homme d’État.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Vous avez aimé cet article ?

Recevez tous les mercredi une sélection de nos meilleurs articles.