Masques : obligatoires et toujours pas gratuits

Depuis ce vendredi 28 août au matin, les masques sont obligatoires dans toutes les rues de la capitale et de la petite couronne. À partir de lundi, ils le seront pour tous les élèves de plus de 11 ans qui reprennent le chemin de l’école. Pourtant, les masques ne sont toujours pas gratuits. Obligatoires mais pas gratuits ? Un nouveau genre de taxe : la dépense obligatoire. La France insoumise a déposé dès le 12 mai une proposition de loi réclamant leur gratuité. Le gouvernement reste sourd.

L’obligation du port du masque s’étend : lieux publics ouverts, entreprises, écoles

Ça y est. Depuis ce matin, le masque est obligatoire dans toutes les rues de la capitale et de la petite couronne. C’était déjà dans le cas dans certains secteurs de Marseille, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Nantes, Toulon, Montpellier, Biarritz, Perpignan, Saint-Etienne… L’obligation s’étend. Depuis le 20 juillet, le port du masque est obligatoire dans les « lieux publics clôt » (magasins, transports, etc). Le 31 juillet, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé que les préfets pouvaient, par arrêté, étendre l’obligation du port du masque aux lieux publics ouverts. À partir de ce lundi 1er septembre, le masque sera également obligatoire dans les entreprises et dans les écoles, pour tous les élèves de plus de 11 ans.

L’évolution de la doctrine gouvernementale sur le port du masque est donc radicale. Rappelez-vous. « Le port de masque, en population générale dans la rue, ça ne sert à rien », Edouard Philippe, Premier ministre, le 13 mars. « Je suis surpris de voir par la fenêtre de mon ministère le nombre de personnes qui sont dans la rue avec des masques (…) alors que cela ne correspond pas à des recommandations », Olivier Véran, ministre de la Santé, le 16 mars. « Les Français ne pourront pas acheter de masques dans les pharmacies, car ce n’est pas nécessaire si on n’est pas malade », Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, le 17 mars. Ou encore : « Il n’y a pas de preuve que le port du masque dans la population apportera un bénéfice. Ce serait plutôt le contraire, à cause d’une mauvaise utilisation« , Édouard Philippe, le 1er avril.

Masque obligatoire ? Masque gratuit

Il y a donc eu une série de mensonges d’État en fonction du stock de masques disponibles. Quand les stocks étaient vides, 600 millions de masques ayant été brûlé sous le quinquennat Macron, les masques étaient inutiles. Maintenant que les stocks sont pleins, ils deviennent obligatoires. Problème : les masques sont toujours à la charge des citoyens. Et ça coûte cher, très cher même pour beaucoup de foyers. Pour un ménage de 4 personnes ? 228€ par mois.

À partir de lundi, les écoles rouvrent dans tout le pays. L’école est obligatoire en France depuis le 28 mars 1882. Pourtant, nous nous acheminons bien vers une rentrée scolaire avec port du masque obligatoire… à la charge des parents. Un véritable scandale. La France insoumise réclame depuis le 12 mai la gratuité des masques. Les exposés de sa proposition de loi sont clairs : « Même si le coût unitaire du masque peut sembler modique, il ne sera pas à la portée des personnes les plus démunies déjà fortement touchées par la crise sociale (…). Celles‑ci seront placées devant l’alternative de payer des masques, ou de manger à leur faim. » Masque obligatoire ? Masque gratuit.

Par Pierre Joigneaux.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Vous avez aimé cet article ?

Recevez tous les mercredi une sélection de nos meilleurs articles.