Macron/Philippe : le remaniement inutile

Édouard Philippe vient de présenter la démission de son gouvernement. Fragilisé par sa mauvaise gestion de la crise sanitaire, le Président de la République prépare un remaniement… qui ne sert à rien. Emmanuel Macron peut changer ou non ses Ministres, le cap reste le même. En pire ! Retour de la réforme des retraites, remise en cause des 35 heures : la fin du quinquennat ne présage rien de bon.

Après l’Affaire Benalla, le mouvement des gilets jaunes, le plus long mouvement social de la Vème République contre la réforme des retraites, le chaos gouvernemental pendant la crise du coronavirus… ce remaniement est censé être une nouvelle étape dans le quinquennat Macron. Mais après la démission d’Édouard Philippe le casse-tête commence pour le président. Le réservoir de personnalités appréciées au sein de la République en Marche est percé. Son groupe parlementaire a perdu sa majorité absolue à l’Assemblée nationale, LREM a subi une lourde défaite dans les urnes, balayé dans tout le pays aux municipales. Le Président de la République est en réalité plus fragilisé que jamais.

Une fois de plus, Emmanuel Macron va donc faire de la communication pour tenter de glisser la poussière sous le tapis. Mais derrière les jolis mots, il entend durcir sa ligne anti-sociale. Cela alors même que la crise sanitaire a mis en lumière les ravages de 30 ans de politique néolibérale dans notre pays. Nos hôpitaux détruits, nos industries stratégiques délocalisées, la compétition et la concurrence libre et non faussée au sommet de la hiérarchie des normes ont montré leurs limites. La crise a révélé le besoin de solidarité, de protection des salariés, de la fin de l’austérité dans nos services publics. Le président prend pourtant le chemin inverse. Emmanuel Macron a en effet annoncé la couleur dans un entretien accordé à la presse régionale. La réforme des retraites serait de retour. Les 35 heures seraient remis en cause.

Plus que jamais, les droits sociaux des salariés semblent être dans le viseur du Président de la République. Plus que jamais, il faudra donc être solidaires dans la lutte pour faire face aux attaques de la macronie.

Par Pierre Joigneaux.