Coronavirus – Le meeting numérique de Jean-Luc Mélenchon fait « salle » comble !

Après le meeting en hologramme de la dernière élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon vient de réaliser une nouvelle fois une première mondiale… en plein confinement dû au coronavirus. Le chef de file des insoumis était en effet en direct du siège de la France insoumise ce vendredi 17 avril pour un meeting numérique. Participaient également sur place la députée Mathilde Panot et le député européen Manuel Bompard et, à distance, les députés Adrien Quatennens et Caroline Fiat – cette dernière ayant repris, dans la période, son ancien travail d’aide-soignante pour prêter main forte face au coronavirus. 

« Salle » comble : 20 000 personnes en direct, plus de 200 000 vues ! 

Le dispositif, inédit, permettait à plus d’une centaine de personnes de « participer » au meeting comme « membre du public numérique ». Ces personnes s’affichaient sur plusieurs écrans dans la salle ainsi que sur la vidéo du meeting diffusée sur quatre réseaux sociaux (YouTube, Facebook, Twitch et Twitter). Au total, plus de 20 000 personnes étaient présentes en permanence en temps réel sur les différents réseaux sociaux. Un nombre impressionnant qui représente plus de 4 fois le Palais des Sports, plus de trois fois le Zénith ou encore… La salle Paris-Bercy intégralement remplie.

Mais si l’on regarde les chiffres dans les détails, ce sont en réalité plus de 200 000 personnes qui ont participé de près ou de loin au meeting numérique de Jean-Luc Mélenchon. En effet, au moment où le direct s’est arrêté, la vidéo affichait déjà plus de 135 000 vues sur Facebook, plus de 50 000 sur YouTube et plus de 15 000 sur Twitter. Total : 200 000. Il aurait donc fallu deux Stades de France pour contenir toutes celles et ceux qui ont, à un moment ou un autre de la soirée, participé à ce meeting. 

Mélenchon appelle à « faire tomber le mur de la dette ». 

Mais au-delà de la nouveauté sur la forme, ce meeting était surtout pour Jean-Luc Mélenchon et les députés insoumis l’occasion de rappeler leurs mots d’ordre. Le chef de file des insoumis a ainsi consacré une large part de son discours à la question de la dette et a appelé à « Transformer les 18% de dette française que possède la Banque centrale européenne dans ses coffres en dette perpétuelle sans intérêts ». Un moyen d’annuler la dette sur le long terme et, surtout, une « solution pacifique et raisonnée » comme il l’a rappelé. Une proposition qu’il avait formulée le matin même lors d’une intervention à l’Assemblée nationale (voir ci-dessous). 

Le député européen insoumis Manuel Bompard a quant à lui estimé que l’Union européenne n’avait « pas été à la hauteur » du moment avec son « obsession de refuser tout protectionnisme ». Mathilde Panot, vice-présidente du groupe insoumis à l’Assemblée nationale a de son côté expliqué que, du côté du gouvernement français, « tout nous a été refusé » : « moratoire sur les loyers, un chèque spécial pour les familles en précarité énergétique, le rétablissement de l’ISF ». Face à l’inaction du gouvernement, les insoumis ont d’ailleurs lancé une pétition pour le rétablissement de l’ISF

Intervenant à distance dans une vidéo, le coordinateur du mouvement insoumis Adrien Quatennens a quant à lui rappelé que la France insoumise avait remis en débat son programme « L’Avenir en commun » pour préparer le monde d’après. Intervenant elle aussi en vidéo en fin de meeting, la députée insoumise Caroline Fiat a rappelé qu’elle avait remis un rapport accablant sur les EHPAD dont les conclusions n’avaient malheureusement pas mises en œuvre par les macronistes ; elle a par ailleurs appelé à respecter les mesures de confinement qui permettent de sauver des vies. Le meeting s’est conclu avec des vidéos d’applaudissements des soignants accompagnés en fond de la chanson « On est là » interprétée par la Compagnie Jolie Môme.